Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Les deux-tiers de la faune sauvage ont disparu en moins de 50 ans, selon le WWF
Actualités

Les deux-tiers de la faune sauvage ont disparu en moins de 50 ans, selon le WWF

Le monde a perdu plus des deux-tiers de ses populations d’animaux sauvages en moins de 50 ans, principalement à cause de l’activité humaine, avertit jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui pointe les dangers de cet effondrement pour l’avenir de l’humanité.

Moins 52 % en 2014, moins 58 % en 2016, moins 60 % en 2018… Tous les deux ans depuis 1998, l’ONG internationale WWF publie son rapport Planète vivante sur l’état de santé de la planète et les impacts des activités humaines sur celle-ci. L’indicateur principal est l’Indice planète vivante (IPV), que l’ONG calcule avec l’appui de la Société zoologique de Londres.

« Il mesure l’abondance des populations mondiales de vertébrés sauvages (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens, reptiles), détaille Véronique Andrieux, directrice générale de WWF France. Il est calculé à partir de milliers de données sur le suivi scientifique de 21.000 populations de plus de 4.000 espèces de vertébrés sauvages. »

Un déclin qui se poursuit

C’est cet indicateur qui a dégringolé sans discontinuer ces dernières années, et qui dégringole encore dans la 13e édition du rapport que publie WWF ce jeudi. Nous voilà à 68 % de déclin moyen des populations de vertébrés sauvages étudiées entre 1970 et 2016 [date à laquelle remontent les dernières données sur lesquelles s’appuie ce rapport].

Arnaud Gauffier, directeur des programmes du WWF France, invite à ne pas surinterpréter ce chiffre. « Cela ne veut pas dire que nous avons perdu 68 % des animaux de la planète depuis 1970, insiste-t-il. Le chiffre ne porte que sur les populations de vertébrés que nous avons suivies. » Soit une toute petite partie du vivant. « Ensuite, poursuit-il, le nombre d’espèces suivies varie à chaque rapport – celui publié ce jeudi intègre 400 espèces et 4.870 populations de plus que celui de 2018 –, ce dont il faut tenir compte lorsqu’on compare les éditions les unes aux autres. »

Le rapport Planète vivante signale même quelques espèces dont les populations sont en augmentation en France (le vautour moine, le flamant rose, le lynx ou les saumons) et à l’étranger (la baleine à bosse du Pacifique Nord, le tigre au Népal, le panda géant, les populations de girafes du parc national Kruger en Afrique du Sud).

« Une chute affolante en Amérique centrale et du sud »

Mais à ces bonnes nouvelles répondent les mauvaises. En France, « le moineau domestique a connu une baisse de 60 % de sa population depuis 1960 et la tortue luth de Guyane a quasiment disparu en raison du braconnage de ses œufs, des collisions, de l’érosion des plages, des captures accidentelles », prend pour exemple Véronique Andrieux. Elle cite aussi, à l’international, les gorilles des plaines orientales, en déclin de 87 % dans le parc national de Kahuzi-Biega, en République démocratique du Congo.

Et puis il y a cette tendance générale, qui est bel et bien à une baisse de l’abondance des populations d’animaux sauvages suivies. Moins 68 % n’est que la moyenne. Elle cache des disparités d’une région à l’autre. « Ces dernières années, la vitesse du déclin a un peu ralenti en Europe et en Amérique du nord, notamment parce que les politiques de protection de la biodiversité mis en place ces dernières années ont commencé à porter leurs fruits, note Arnaud Gauffier. Mais en Amérique centrale et du sud, ça plonge à une vitesse affolante. » Les populations des animaux sauvages vertébrés étudiées dans ce coin du globe ont effectivement chuté de 94 % entre 1970 et 2016, « soit le déclin le plus important jamais observé dans une région », souligne le rapport Planète vivante.

Le changement climatique, pas (encore) la première pression

Les causes de ces chutes de biodiversité sont multiples. Planète Vivante 2020 en dresse cinq, toutes en lien avec l’activité humaine. Par ordre de leurs impacts : la perte et la dégradation des habitats, la surexploitation des ressources [la pêche essentiellement, mais aussi la chasse, le braconnage], la pollution, les espèces invasives et les maladies. Et, enfin, le changement climatique. Si ce dernier est encore aujourd’hui en bout de liste, le WWF rappelle tout de même que « les effets du changement climatique sur les espèces étaient extrêmement rares il y a trente ans, alors qu’ils sont encore monnaie courante aujourd’hui. »

La preuve en 2020, avec une augmentation record des mégafeux de 13 %, illustre la directrice générale du WWF France. Ceux qui ont ravagé l’Australie entre fin 2019 et début 2020 auraient entraîné la mort d’ un milliard d’animaux en ne comptant que les vertébrés, selon les estimations de l’Université de Sydney. « Le changement climatique pourrait devenir la première pression sur le vivant si rien n’est fait, reprend Véronique Andrieux. Même avec des efforts importants d’atténuation du changement climatique, 20 % des vertébrés sauvages risquent de disparaître en 2100 en raison du réchauffement climatique. »

La production agricole au cœur du problème

En attendant, c’est bien sur notre système mondial de production alimentaire que s’attarde cette treizième édition de Planète vivante. On en revient au premier facteur de perte directe de biodiversité : la perte et la dégradation des habitats. On parle ici, principalement, du changement d’affectation des terres au profit, notamment, de l’agriculture intensive et de l’élevage industriel. « 80 % de la déforestation mondiale est due à l’extension agricole, commence Arnaud Gauffier. Cela continue aujourd’hui et s’accentue même dans certaines zones comme au Brésil , où les feux en Amazonie sont majoritairement d’origine humaine et dans un but d’extension des terres agricoles ». Mais tous nos écosystèmes sont menacés par la production alimentaire au sens large, pas seulement les forêts. « Les savanes [celle par exemple du Cerrado, au Brésil toujours, grignotée pour permettre la culture du soja], mais aussi les zones humides, les fonds marins via la pêche en eaux profondes, qui abîme les habitats, ou encore les récifs coralliens avec certaines pêches, encore pratiquées, à la dynamite ou au cyanure. »

Autre chiffre inquiétant pour le WWF : « 52 % des terres agricoles au niveau mondial sont dégradées sous une forme ou une autre (salinisation [accumulation de sels dans le sol], érosion, perte de fertilité) ». « C’est un gros enjeu, parce qu’en parvenant à restaurer ces terres, on réduit le besoin des agriculteurs à s’étendre sur la forêt ou d’autres écosystèmes naturels, explique Arnaud Gauffier. Il y a des succès en la matière. Par exemple, le plateau des Loess, en Chine, qui a été restauré et est maintenant beaucoup plus productif qu’il ne l’était par le passé. Il faudrait y parvenir au Brésil sur les près 30 millions d’hectares* de prairies qui sont aujourd’hui estimées dégradées et peu productives. On réduirait alors la pression sur l’Amazonie et le Cerrado. »

Agir sur différents fronts

C’est l’une des solutions pour endiguer la perte d’abondance de la biodiversité. Il y en a d’autres, selon « Bending the curve » [Inverser la courbe], coalition internationale d’une quarantaine d’institutions, de centres de recherche et d’ONG (dont WWF) qui publie ce jeudi, dans Nature, une analyse des différents scénarios d’actions qui permettraient d’endiguer la chute de biodiversité terrestre.

« Au final, un seul permettrait de repasser au-dessus du niveau zéro – qui correspond à l’état actuel de la biodiversité – à l’horizon 2100, indique Arnaud Gauffier. C’est celui qui combine des actions dans différentes directions. A la fois l’extension et une meilleure gestion du réseau d’aires naturelles protégées, la recherche d’une production agricole aux impacts moindres sur l’environnement et, enfin, une baisse de nos consommations, en particulier de protéines animales. »


Source : 20 Minutes
Crédit : Jody amiet / AFP

Une tortue luth pondant sous la surveillance de membres de l'association Kwata, sur une plage de Remire-Montjoly, en Guyane Française.

Les deux-tiers de la faune sauvage ont disparu en moins de 50 ans, selon le WWF Actualités

Les deux-tiers de la faune sauvage ont disparu en moins de 50 ans, selon le WWF

Le monde a perdu plus des deux-tiers de ses populations d’animaux sauvages en moins de 50 ans, principalement à cause de l’activité humaine, avertit jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui pointe les dangers de cet effondrement pour l’avenir de l’humanité.

Moins 52 % en 2014, moins 58 % en 2016, moins 60 % en 2018… Tous les deux ans depuis 1998, l’ONG internationale WWF publie son rapport Planète vivante sur l’état de santé de la planète et les impacts des activités humaines sur celle-ci. L’indicateur principal est l’Indice planète vivante (IPV), que l’ONG calcule avec l’appui de la Société zoologique de Londres.

« Il mesure l’abondance des populations mondiales de vertébrés sauvages (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens, reptiles), détaille Véronique Andrieux, directrice générale de WWF France. Il est calculé à partir de milliers de données sur le suivi scientifique de 21.000 populations de plus de 4.000 espèces de vertébrés sauvages. »

Un déclin qui se poursuit

C’est cet indicateur qui a dégringolé sans discontinuer ces dernières années, et qui dégringole encore dans la 13e édition du rapport que publie WWF ce jeudi. Nous voilà à 68 % de déclin moyen des populations de vertébrés sauvages étudiées entre 1970 et 2016 [date à laquelle remontent les dernières données sur lesquelles s’appuie ce rapport].

Arnaud Gauffier, directeur des programmes du WWF France, invite à ne pas surinterpréter ce chiffre. « Cela ne veut pas dire que nous avons perdu 68 % des animaux de la planète depuis 1970, insiste-t-il. Le chiffre ne porte que sur les populations de vertébrés que nous avons suivies. » Soit une toute petite partie du vivant. « Ensuite, poursuit-il, le nombre d’espèces suivies varie à chaque rapport – celui publié ce jeudi intègre 400 espèces et 4.870 populations de plus que celui de 2018 –, ce dont il faut tenir compte lorsqu’on compare les éditions les unes aux autres. »

Le rapport Planète vivante signale même quelques espèces dont les populations sont en augmentation en France (le vautour moine, le flamant rose, le lynx ou les saumons) et à l’étranger (la baleine à bosse du Pacifique Nord, le tigre au Népal, le panda géant, les populations de girafes du parc national Kruger en Afrique du Sud).

« Une chute affolante en Amérique centrale et du sud »

Mais à ces bonnes nouvelles répondent les mauvaises. En France, « le moineau domestique a connu une baisse de 60 % de sa population depuis 1960 et la tortue luth de Guyane a quasiment disparu en raison du braconnage de ses œufs, des collisions, de l’érosion des plages, des captures accidentelles », prend pour exemple Véronique Andrieux. Elle cite aussi, à l’international, les gorilles des plaines orientales, en déclin de 87 % dans le parc national de Kahuzi-Biega, en République démocratique du Congo.

Et puis il y a cette tendance générale, qui est bel et bien à une baisse de l’abondance des populations d’animaux sauvages suivies. Moins 68 % n’est que la moyenne. Elle cache des disparités d’une région à l’autre. « Ces dernières années, la vitesse du déclin a un peu ralenti en Europe et en Amérique du nord, notamment parce que les politiques de protection de la biodiversité mis en place ces dernières années ont commencé à porter leurs fruits, note Arnaud Gauffier. Mais en Amérique centrale et du sud, ça plonge à une vitesse affolante. » Les populations des animaux sauvages vertébrés étudiées dans ce coin du globe ont effectivement chuté de 94 % entre 1970 et 2016, « soit le déclin le plus important jamais observé dans une région », souligne le rapport Planète vivante.

Le changement climatique, pas (encore) la première pression

Les causes de ces chutes de biodiversité sont multiples. Planète Vivante 2020 en dresse cinq, toutes en lien avec l’activité humaine. Par ordre de leurs impacts : la perte et la dégradation des habitats, la surexploitation des ressources [la pêche essentiellement, mais aussi la chasse, le braconnage], la pollution, les espèces invasives et les maladies. Et, enfin, le changement climatique. Si ce dernier est encore aujourd’hui en bout de liste, le WWF rappelle tout de même que « les effets du changement climatique sur les espèces étaient extrêmement rares il y a trente ans, alors qu’ils sont encore monnaie courante aujourd’hui. »

La preuve en 2020, avec une augmentation record des mégafeux de 13 %, illustre la directrice générale du WWF France. Ceux qui ont ravagé l’Australie entre fin 2019 et début 2020 auraient entraîné la mort d’ un milliard d’animaux en ne comptant que les vertébrés, selon les estimations de l’Université de Sydney. « Le changement climatique pourrait devenir la première pression sur le vivant si rien n’est fait, reprend Véronique Andrieux. Même avec des efforts importants d’atténuation du changement climatique, 20 % des vertébrés sauvages risquent de disparaître en 2100 en raison du réchauffement climatique. »

La production agricole au cœur du problème

En attendant, c’est bien sur notre système mondial de production alimentaire que s’attarde cette treizième édition de Planète vivante. On en revient au premier facteur de perte directe de biodiversité : la perte et la dégradation des habitats. On parle ici, principalement, du changement d’affectation des terres au profit, notamment, de l’agriculture intensive et de l’élevage industriel. « 80 % de la déforestation mondiale est due à l’extension agricole, commence Arnaud Gauffier. Cela continue aujourd’hui et s’accentue même dans certaines zones comme au Brésil , où les feux en Amazonie sont majoritairement d’origine humaine et dans un but d’extension des terres agricoles ». Mais tous nos écosystèmes sont menacés par la production alimentaire au sens large, pas seulement les forêts. « Les savanes [celle par exemple du Cerrado, au Brésil toujours, grignotée pour permettre la culture du soja], mais aussi les zones humides, les fonds marins via la pêche en eaux profondes, qui abîme les habitats, ou encore les récifs coralliens avec certaines pêches, encore pratiquées, à la dynamite ou au cyanure. »

Autre chiffre inquiétant pour le WWF : « 52 % des terres agricoles au niveau mondial sont dégradées sous une forme ou une autre (salinisation [accumulation de sels dans le sol], érosion, perte de fertilité) ». « C’est un gros enjeu, parce qu’en parvenant à restaurer ces terres, on réduit le besoin des agriculteurs à s’étendre sur la forêt ou d’autres écosystèmes naturels, explique Arnaud Gauffier. Il y a des succès en la matière. Par exemple, le plateau des Loess, en Chine, qui a été restauré et est maintenant beaucoup plus productif qu’il ne l’était par le passé. Il faudrait y parvenir au Brésil sur les près 30 millions d’hectares* de prairies qui sont aujourd’hui estimées dégradées et peu productives. On réduirait alors la pression sur l’Amazonie et le Cerrado. »

Agir sur différents fronts

C’est l’une des solutions pour endiguer la perte d’abondance de la biodiversité. Il y en a d’autres, selon « Bending the curve » [Inverser la courbe], coalition internationale d’une quarantaine d’institutions, de centres de recherche et d’ONG (dont WWF) qui publie ce jeudi, dans Nature, une analyse des différents scénarios d’actions qui permettraient d’endiguer la chute de biodiversité terrestre.

« Au final, un seul permettrait de repasser au-dessus du niveau zéro – qui correspond à l’état actuel de la biodiversité – à l’horizon 2100, indique Arnaud Gauffier. C’est celui qui combine des actions dans différentes directions. A la fois l’extension et une meilleure gestion du réseau d’aires naturelles protégées, la recherche d’une production agricole aux impacts moindres sur l’environnement et, enfin, une baisse de nos consommations, en particulier de protéines animales. »


Source : 20 Minutes
Crédit : Jody amiet / AFP

Une tortue luth pondant sous la surveillance de membres de l'association Kwata, sur une plage de Remire-Montjoly, en Guyane Française.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

04 - Alpes de Haute Provence

Du 5 juin 2020 au 15 décembre

VISITE LUDIQUE
SALAGON, PARC & JARDINS

Une nouveauté pour les familles : un jeu de la cocotte pour explorer les jardins et découvrir les secrets du monument de Salagon de façon ludique !

Musée de Salagon
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


Du 5 juin au 15 décembre

COURSE D'ORIENTATION
MUSÉE DE PRÉHISTOIRE DES GORGES DU VERDON

Une course d’orientation familiale pour découvrir le village préhistorique. A l'aide du dépliant disponible gratuitement à l'accueil du Musée, participez à cette course d’orientation ludique et instructive qui vous conduira tout droit vers le village préhistorique reconstitué.

Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon
Route de Montmeyan
04500 Quinson
04 92 74 09 59
www.museeprehistoire.com


13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités