Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

L'éléphant de forêt d'Afrique en réel danger d'extinction
Actualités

L'éléphant de forêt d'Afrique en réel danger d'extinction

Il a beau être le plus grand animal terrestre, la destruction de son habitat et les braconniers ont décimé la population d'éléphants d'Afrique. L'éléphant de forêt est même menacé d'extinction, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

La population d'éléphants des forêts d'Afrique a chuté de 86% en 30 ans

Loxodonta cyclotis, plus petit que son cousin des savanes et vivant essentiellement dans les forêts d'Afrique centrale et d'Afrique de l'Ouest, a vu sa population chuter de 86% en 30 ans et il est désormais considéré comme en danger critique d'extinction, a mis en garde l'UICN jeudi dans une mise à jour de sa liste rouge des espèces menacées. La population des éléphants de savane (Loxodonta africana) a pour sa part plongé d'au moins 60% ces 50 dernières années, et se retrouve classé "en danger".

L'UICN fait désormais une distinction entre les deux espèces d'éléphants qu'on trouve sur le continent. La classification des deux espèces "souligne les pressions constantes auxquelles doivent faire face ces animaux emblématiques", souligne Bruno Oberle, le directeur général de l'organisation, une des principales ONG mondiales oeuvrant pour la préservation de la biodiversité. Il y a 50 ans, environ 1,5 million d'éléphants sillonnaient toute l'Afrique mais le plus récent recensement des grands mammifères, en 2016, n'en dénombrait plus que 415.000.

Un signal d'alarme

"Ce sont vraiment des baisses marquées", explique à l'AFP, Benson Okita-Ouma, de l'ONG Save the elephants et co-président du groupe des spécialistes des éléphants d'Afrique au sein de l'UICN. Ce déclin devrait d'ores et déjà "sonner l'alarme", a-t-il estimé, même si le prochain recensement n'est pas attendu avant 2021 ou 2023. Les éléphants ne vont pas disparaître d'Afrique du jour au lendemain, selon lui, mais "cette classification doit nous servir d'avertissement : si nous n'inversons pas le cours des choses, nous avons de bonnes chances de voir ces animaux frappés d'extinction".

"C'est le monde entier qui doit réaliser que nous sommes sur une pente escarpée, en termes de survie de ces éléphants", insiste Benson Okita-Ouma. Les experts estiment sur la base de l'étude du génome qu'il vaut mieux traiter séparément les deux espèces d'éléphant africain - il en existe une troisième en Asie -, selon l'UICN. Les éléphants de forêt occupent aujourd'hui seulement un quart de leur territoire originel et les populations les pus importantes se trouvent au Gabon et au Congo. L'éléphant de savane préfère pour sa part un habitat plus ouvert en Afrique sub-saharienne.

Victime du braconnage intensif

La chute du nombre de spécimens pour les deux espèces s'est accélérée depuis 2008, quand le braconnage pour les défenses en ivoire s'est intensifié, pour atteindre son apogée en 2011. Et même si le phénomène a perdu en intensité, il continue de menacer les éléphants, souligne l'UICN. Pour M. Okita-Ouma, plus inquiétant peut-être est la destruction de l'habitat des éléphants pour augmenter la surface des terres agricoles ou l'exploitation forestière. "Si nous ne planifions pas correctement notre exploitation de la terre, il y aura des formes indirectes de mort" même si nous devions stopper le braconnage et autres abattages illégaux.

Le rapport met aussi l'accent sur des aspects plus positifs, comme les succès en matière de conservation au Gabon et au Congo dans des zones protégées bien gérées. Dans le sud de l'Afrique, le nombre d'éléphants de savane est aussi stable voire en croissance dans la zone de conservation transfrontalière du Kavango-Zambèze. "Plusieurs pays africains ont montré la voie ces dernières années, prouvant qu'on pouvait inverser la tendance", insiste M. Oberle. La pandémie a elle aussi un impact sur les efforts de protection de la nature en privant les pays des revenus du tourisme qui servaient à financer en partie ces efforts. A l'inverse, la chute de l'activité humaine a permis aux éléphants de "recoloniser" certaines zones dont l'activité humaine les avait chassés.


Source : AFP / Sciences et Avenir
Crédit : AMAURY HAUCHARD / AFP

L'éléphant de forêt d'Afrique en réel danger d'extinction Actualités

L'éléphant de forêt d'Afrique en réel danger d'extinction

Il a beau être le plus grand animal terrestre, la destruction de son habitat et les braconniers ont décimé la population d'éléphants d'Afrique. L'éléphant de forêt est même menacé d'extinction, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

La population d'éléphants des forêts d'Afrique a chuté de 86% en 30 ans

Loxodonta cyclotis, plus petit que son cousin des savanes et vivant essentiellement dans les forêts d'Afrique centrale et d'Afrique de l'Ouest, a vu sa population chuter de 86% en 30 ans et il est désormais considéré comme en danger critique d'extinction, a mis en garde l'UICN jeudi dans une mise à jour de sa liste rouge des espèces menacées. La population des éléphants de savane (Loxodonta africana) a pour sa part plongé d'au moins 60% ces 50 dernières années, et se retrouve classé "en danger".

L'UICN fait désormais une distinction entre les deux espèces d'éléphants qu'on trouve sur le continent. La classification des deux espèces "souligne les pressions constantes auxquelles doivent faire face ces animaux emblématiques", souligne Bruno Oberle, le directeur général de l'organisation, une des principales ONG mondiales oeuvrant pour la préservation de la biodiversité. Il y a 50 ans, environ 1,5 million d'éléphants sillonnaient toute l'Afrique mais le plus récent recensement des grands mammifères, en 2016, n'en dénombrait plus que 415.000.

Un signal d'alarme

"Ce sont vraiment des baisses marquées", explique à l'AFP, Benson Okita-Ouma, de l'ONG Save the elephants et co-président du groupe des spécialistes des éléphants d'Afrique au sein de l'UICN. Ce déclin devrait d'ores et déjà "sonner l'alarme", a-t-il estimé, même si le prochain recensement n'est pas attendu avant 2021 ou 2023. Les éléphants ne vont pas disparaître d'Afrique du jour au lendemain, selon lui, mais "cette classification doit nous servir d'avertissement : si nous n'inversons pas le cours des choses, nous avons de bonnes chances de voir ces animaux frappés d'extinction".

"C'est le monde entier qui doit réaliser que nous sommes sur une pente escarpée, en termes de survie de ces éléphants", insiste Benson Okita-Ouma. Les experts estiment sur la base de l'étude du génome qu'il vaut mieux traiter séparément les deux espèces d'éléphant africain - il en existe une troisième en Asie -, selon l'UICN. Les éléphants de forêt occupent aujourd'hui seulement un quart de leur territoire originel et les populations les pus importantes se trouvent au Gabon et au Congo. L'éléphant de savane préfère pour sa part un habitat plus ouvert en Afrique sub-saharienne.

Victime du braconnage intensif

La chute du nombre de spécimens pour les deux espèces s'est accélérée depuis 2008, quand le braconnage pour les défenses en ivoire s'est intensifié, pour atteindre son apogée en 2011. Et même si le phénomène a perdu en intensité, il continue de menacer les éléphants, souligne l'UICN. Pour M. Okita-Ouma, plus inquiétant peut-être est la destruction de l'habitat des éléphants pour augmenter la surface des terres agricoles ou l'exploitation forestière. "Si nous ne planifions pas correctement notre exploitation de la terre, il y aura des formes indirectes de mort" même si nous devions stopper le braconnage et autres abattages illégaux.

Le rapport met aussi l'accent sur des aspects plus positifs, comme les succès en matière de conservation au Gabon et au Congo dans des zones protégées bien gérées. Dans le sud de l'Afrique, le nombre d'éléphants de savane est aussi stable voire en croissance dans la zone de conservation transfrontalière du Kavango-Zambèze. "Plusieurs pays africains ont montré la voie ces dernières années, prouvant qu'on pouvait inverser la tendance", insiste M. Oberle. La pandémie a elle aussi un impact sur les efforts de protection de la nature en privant les pays des revenus du tourisme qui servaient à financer en partie ces efforts. A l'inverse, la chute de l'activité humaine a permis aux éléphants de "recoloniser" certaines zones dont l'activité humaine les avait chassés.


Source : AFP / Sciences et Avenir
Crédit : AMAURY HAUCHARD / AFP

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

A partir du 28 février

EXPOSITION - VISITE VIRTUELLE GRATUITE
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES, LE TEMPS DE L'INTIMITÉ"

En raison de l'épidémie et de la fermeture nationale des musées, l'exposition n'aura malheureusement été ouverte au public que pendant cinq semaines.
La visite virtuelle est accessible gratuitement, depuis le site internet du Musée de Lodève et sans limite de temps. Les salles de l'exposition en 360°, les commentaires audio des œuvres... visitez l'exposition comme si vous y étiez sur votre ordinateur ou votre smartphone.
Visiter l'exposition

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


46 - Lot

Jusqu'en juin

JEU DE PISTE - MUSEE CHAMPOLLION
LE MUSÉE SORT DE SES MURS !

On vous invite à un jeu de piste autour de la maison natale de Jean-François Champollion pour tester vos connaissances sur le célèbre déchiffreur des hiéroglyphes, sur l’Égypte antique et sur les écritures du monde.
Installés derrière les vitrines, situées de la place Champollion à la rue Séguier en passant par la place des Écritures, 7 panneaux illustrés vous permettront de redécouvrir en famille le musée Champollion - Les Écritures du Monde et ses collections. Accès libre, tous les jours.

Musée Champollion
Place Champollion
46100 Figeac
05 65 50 31 08
www.musee-champollion.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités