Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Le trou dans la couche d’ozone s'est encore réduit
Actualités

Le trou dans la couche d’ozone s'est encore réduit

Bonne nouvelle pour la planète. Le trou dans la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique s'est exceptionnellement rétréci cette année, selon les mesures satellitaires de la NASA et de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) publiées cette semaine.

Chaque année, lorsque l'hiver se termine dans l'hémisphère Sud, c'est-à-dire en septembre, un trou se forme dans la couche d'ozone. A son maximum, ce trou saisonnier mesure habituellement environ 20,7 millions de kilomètres carrés.

Mais cette année, son étendue maximale n'a été que de 16,4 millions de kilomètres carrés, le 8 septembre, puis celle-ci s'est progressivement réduite jusqu'à mesurer moins de 10 millions de kilomètres carrés pour le reste des mois de septembre et octobre.

« C'est une excellente nouvelle pour l'ozone dans l'hémisphère Sud », a commenté Paul Newman, scientifique en chef des sciences de la Terre au Goddard Space Flight Center de la NASA. Toutefois, le scientifique a prévenu que ce phénomène était dû à des conditions météorologiques atypiques. « Ce que nous observons cette année est dû à la hausse des températures stratosphériques. Ce n'est pas un signe que l'ozone atmosphérique est soudain en passe de se rétablir », a-t-il souligné.

Située à une quinzaine de kilomètres de la surface de la Terre, dans une couche de l'atmosphère appelée stratosphère, la couche d'ozone nous protège de la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet, qui peut causer le cancer de la peau et la cataracte, avoir un effet préjudiciable sur le système immunitaire et endommager les plantes.

Les variations de cette couche atmosphérique sont observées par des satellites, comme le satellite Aura de la NASA et le satellite Suomi NPP de la NOAA. Au pôle Sud, le personnel de la NOAA lance également des ballons météorologiques munis de « sondes » pour effectuer des mesures au plus près du trou.

La Chine accusée de dégrader la couche d'ozone

C'est à la fin des années 70 que les scientifiques ont mis en évidence pour la première fois une diminution de l'ozone au-dessus du pôle Sud. En Arctique, au pôle Nord, où il fait habituellement un peu moins froid qu'en Antarctique, une diminution de l'ozone a également été constatée, quoique très variable et plus limitée.

Le processus chimique provoquant l'appauvrissement de la couche d'ozone est lié aux chlorofluorocarbures (CFC), des gaz très utilisés à l'époque dans l'industrie du froid, dans les nettoyants industriels, les propulseurs des aérosols et les mousses isolantes, car ininflammables, non toxiques et très peu coûteux à la production. Problème, ces CFC ont une durée de vie de 50 à 100 ans et persistent longtemps dans l'atmosphère.

Alors que dans les années 70 la réalité du changement climatique était encore mise en doute, la découverte de ce « trou » dans le bouclier naturel de la Terre a fait l'effet d'un signal d'alarme et a abouti en 1987 à la mise en place du Protocole de Montréal. Cet accord international a pour objectif d'éliminer complètement les substances qui réduisent la couche d'ozone.

Depuis, le « trou » de la couche d'ozone ne cesse de décroître, le texte ayant été ratifié en 2009 par les 197 membres de l'ONU, en faisant le premier traité à atteindre l'objectif d'une ratification universelle. Mais le bouclier naturel de la Terre n'a pas encore retrouvé toute son épaisseur. Les progrès ont de plus été freinés par la Chine, qui continue à produire secrètement des CFC, d'après plusieurs enquêtes.


Source : Les Echos
Crédit : Copernicus/ECMWF

Modélisation 3D du trou dans la couche d'ozone par le Service pour la surveillance de l'atmosphère européen Copernicus (CAMS).

Le trou dans la couche d’ozone s'est encore réduit Actualités

Le trou dans la couche d’ozone s'est encore réduit

Bonne nouvelle pour la planète. Le trou dans la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique s'est exceptionnellement rétréci cette année, selon les mesures satellitaires de la NASA et de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) publiées cette semaine.

Chaque année, lorsque l'hiver se termine dans l'hémisphère Sud, c'est-à-dire en septembre, un trou se forme dans la couche d'ozone. A son maximum, ce trou saisonnier mesure habituellement environ 20,7 millions de kilomètres carrés.

Mais cette année, son étendue maximale n'a été que de 16,4 millions de kilomètres carrés, le 8 septembre, puis celle-ci s'est progressivement réduite jusqu'à mesurer moins de 10 millions de kilomètres carrés pour le reste des mois de septembre et octobre.

« C'est une excellente nouvelle pour l'ozone dans l'hémisphère Sud », a commenté Paul Newman, scientifique en chef des sciences de la Terre au Goddard Space Flight Center de la NASA. Toutefois, le scientifique a prévenu que ce phénomène était dû à des conditions météorologiques atypiques. « Ce que nous observons cette année est dû à la hausse des températures stratosphériques. Ce n'est pas un signe que l'ozone atmosphérique est soudain en passe de se rétablir », a-t-il souligné.

Située à une quinzaine de kilomètres de la surface de la Terre, dans une couche de l'atmosphère appelée stratosphère, la couche d'ozone nous protège de la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet, qui peut causer le cancer de la peau et la cataracte, avoir un effet préjudiciable sur le système immunitaire et endommager les plantes.

Les variations de cette couche atmosphérique sont observées par des satellites, comme le satellite Aura de la NASA et le satellite Suomi NPP de la NOAA. Au pôle Sud, le personnel de la NOAA lance également des ballons météorologiques munis de « sondes » pour effectuer des mesures au plus près du trou.

La Chine accusée de dégrader la couche d'ozone

C'est à la fin des années 70 que les scientifiques ont mis en évidence pour la première fois une diminution de l'ozone au-dessus du pôle Sud. En Arctique, au pôle Nord, où il fait habituellement un peu moins froid qu'en Antarctique, une diminution de l'ozone a également été constatée, quoique très variable et plus limitée.

Le processus chimique provoquant l'appauvrissement de la couche d'ozone est lié aux chlorofluorocarbures (CFC), des gaz très utilisés à l'époque dans l'industrie du froid, dans les nettoyants industriels, les propulseurs des aérosols et les mousses isolantes, car ininflammables, non toxiques et très peu coûteux à la production. Problème, ces CFC ont une durée de vie de 50 à 100 ans et persistent longtemps dans l'atmosphère.

Alors que dans les années 70 la réalité du changement climatique était encore mise en doute, la découverte de ce « trou » dans le bouclier naturel de la Terre a fait l'effet d'un signal d'alarme et a abouti en 1987 à la mise en place du Protocole de Montréal. Cet accord international a pour objectif d'éliminer complètement les substances qui réduisent la couche d'ozone.

Depuis, le « trou » de la couche d'ozone ne cesse de décroître, le texte ayant été ratifié en 2009 par les 197 membres de l'ONU, en faisant le premier traité à atteindre l'objectif d'une ratification universelle. Mais le bouclier naturel de la Terre n'a pas encore retrouvé toute son épaisseur. Les progrès ont de plus été freinés par la Chine, qui continue à produire secrètement des CFC, d'après plusieurs enquêtes.


Source : Les Echos
Crédit : Copernicus/ECMWF

Modélisation 3D du trou dans la couche d'ozone par le Service pour la surveillance de l'atmosphère européen Copernicus (CAMS).

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités