Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

La restauration collective face au gaspillage alimentaire
Actualités

La restauration collective face au gaspillage alimentaire

Mettre la restauration collective en ordre de marche sur la question du gaspillage alimentaire. C’est l’un des volets du projet de loi issu des Etats généraux de l’alimentation présenté ce mercredi matin en conseil des ministres. Ce point a été moins médiatisé que les mesures visant à remettre à plat les relations entre agriculteurs, industriels et grande distribution. « Pourtant, ce n’est pas rien, glisse Laurence Gouthière, en charge de la lutte contre le gaspillage alimentaire à l’ Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Concrètement, le projet de loi obligerait la restauration collective et l’industrie agroalimentaire à mettre en place un diagnostic et à diffuser des outils prédictifs pour prévenir le gaspillage alimentaire. Dans un second temps, ils auraient aussi obligation de donner leurs excédents alimentaires à des associations d’aide alimentaires au-delà d’un certain seuil. « Ce seuil comme le délai dans lequel devront se faire les diagnostics n’ont pas encore été précisés. Les discussions commencent. »

Déjà en place dans la grande distribution

Ces deux mêmes contraintes avaient déjà été imposées à la grande distribution par la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Pour quels résultats ? « Nous manquons encore d’évaluations nationales de la mesure, indique à 20 Minutes le député socialiste de la Mayenne Guillaume Garot à l’origine de ce texte législatif. Des retours que nous avons sur le terrain, nous pouvons estimer entre 10 et 15 % la hausse des dons des grandes surfaces aux associations dans les départements où des collectes étaient déjà instaurées avant la loi. »

L’Ademe aussi a tenté d’évaluer la mesure. Mais plus cette fois-ci du côté du gaspillage évitée. En novembre dernier, elle estimait à 22 % la réduction du gaspillage en trois mois dans dix magasins de grandes enseignes nationales qui s’étaient portés volontaires pour cette étude. Soit [si les efforts sont maintenus] 160 tonnes de produits économisés sur un an pour l’ensemble de ces dix magasins et 70.000 euros en moyenne d’économie totale sur un an par magasin », précisait l’agence.

Du potentiel dans la restauration collective ?

Faut-il s’attendre à un même impact dans la restauration collective ? Pour ce qui est des dons aux associations, la tâche s’annonce plus difficile. « Une grande surface peut redistribuer relativement facilement ses produits secs ou frais, mais redistribuer des plats chauds, ceux servis en restauration collective, est bien plus compliqué, fait remarquer Guillaume Garot. Il faudra travailler bien plus en amont avec les associations susceptibles de recevoir ces dons. »

En revanche, sur la réduction en amont du gaspillage alimentaire, il y a du potentiel. « Par restauration collective, on entend les cantines scolaires, des restaurants d’entreprises, des repas servis dans les hôpitaux ou les Ephad (hébergements médicalisés pour personnes âgées), explique Laurence Gouthière. C’est-à-dire l’ensemble des établissements dans lesquels une partie du coût du repas est prise en charge par l’employeur ou par une institution et où les repas servis sont cadrés par les recommandations nutritionnelles. En France, cela représente 72.000 lieux de restauration en tout et 3,8 milliards de repas servis en 2015. »

Dix millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année en France sur l’ensemble de la chaîne, selon l’Ademe. « La restauration collective représente 8 % de ce gaspillage, reprend Laurence Gouthière. Pour comparaison, la grande distribution, c’était 14 %. »

Des audits déjà réalisés

En instaurant des diagnostics obligatoires dans la restauration collective pour repérer les gaspillages, le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation s’attaquer à une source majeure du gaspillage alimentaire. Pour tout dire, ce travail a d’ores et déjà commencé. « En 2015 déjà, la loi "Transition énergétique croissant verte" d’août 2015 demandait à la restauration collective de mettre en place des démarches de lutte contre le gaspillage alimentaire », rappelle Laurence Gouthière. Démarche ? Le terme est vague mais cette loi avait déjà poussé des écoles, des hôpitaux et autres acteurs de la restauration collective à contacter l’Ademe ou des associations environnementales pour les aider à mettre en place ces diagnostics.

La dynamique se poursuit à ce jour. « Ce jeudi, justement, ’ARS (Agence régionale de santé) de Normandie organise à Caen une journée dédiée au gaspillage alimentaire en centre hospitalier et dans les Ephad », note Laurence Gouthière.

Des astuces souvent toutes simples…

Du coup, l’Ademe a déjà des retours d’expériences en matière de lutte contre le gaspillage dans la restauration collective. Un guide est même déjà en ligne et compile des mesures parfois toute simple à instaurer. Comme celui de proposer des assiettes « petites faims » et des assiettes « grandes faim » de différents diamètres pour les self-services. « Quand il s’agit d’assiette standardisée, on a tendance à la remplir quel que soit son appétit et, souvent donc, à ne pas finir », note Laurence Gouthière. Une autre astuce est de faire intervenir les producteurs sur le lieu de restauration, poursuit la référente « gaspillage alimentaire » à l’Ademe. « Si vous avez conscience du chemin parcouru par les aliments jusqu’à votre assiette et si vous pouvez mettre un visage sur celui qui les a produits, vous les jetterez moins facilement à la poubelle. »

Guillaume Garot, lui, prend l’exemple du pain, « de plus en plus disponible dans la salle de restauration et non plus à l’entrée du self au moment où l’on compose son plateau-repas ». Un petit détail qui change parfois tout : « Il faut se lever pour aller chercher le pain, ce qui amène à se poser la question de savoir si on en a vraiment besoin. »

… des économies à la clé ?

Mises bout à bout, ces petites astuces engrangent des économies non négligeables. « Il est possible de réduire en moyenne 30 % du gaspillage alimentaire dans un établissement de restauration collective sans investissements lourds mais en faisant preuve de bon sens, note Laurence Gouthière. Or, pour un hôpital, où l’on sert trois repas quotidiens 365 jours par an, 300.000 euros [coûts des matières premières] sont jetés chaque année. En moyenne, en collège, on est autour des 30.000 euros. »

Ce projet de loi devrait être examiné par le Parlement à compter de mars pour une adoption avant la pause parlementaire estivale.

 
Source : 20 Minutes
Crédit : SERGE POUZET/SIPA

La restauration collective face au gaspillage alimentaire Actualités

La restauration collective face au gaspillage alimentaire

Mettre la restauration collective en ordre de marche sur la question du gaspillage alimentaire. C’est l’un des volets du projet de loi issu des Etats généraux de l’alimentation présenté ce mercredi matin en conseil des ministres. Ce point a été moins médiatisé que les mesures visant à remettre à plat les relations entre agriculteurs, industriels et grande distribution. « Pourtant, ce n’est pas rien, glisse Laurence Gouthière, en charge de la lutte contre le gaspillage alimentaire à l’ Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Concrètement, le projet de loi obligerait la restauration collective et l’industrie agroalimentaire à mettre en place un diagnostic et à diffuser des outils prédictifs pour prévenir le gaspillage alimentaire. Dans un second temps, ils auraient aussi obligation de donner leurs excédents alimentaires à des associations d’aide alimentaires au-delà d’un certain seuil. « Ce seuil comme le délai dans lequel devront se faire les diagnostics n’ont pas encore été précisés. Les discussions commencent. »

Déjà en place dans la grande distribution

Ces deux mêmes contraintes avaient déjà été imposées à la grande distribution par la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Pour quels résultats ? « Nous manquons encore d’évaluations nationales de la mesure, indique à 20 Minutes le député socialiste de la Mayenne Guillaume Garot à l’origine de ce texte législatif. Des retours que nous avons sur le terrain, nous pouvons estimer entre 10 et 15 % la hausse des dons des grandes surfaces aux associations dans les départements où des collectes étaient déjà instaurées avant la loi. »

L’Ademe aussi a tenté d’évaluer la mesure. Mais plus cette fois-ci du côté du gaspillage évitée. En novembre dernier, elle estimait à 22 % la réduction du gaspillage en trois mois dans dix magasins de grandes enseignes nationales qui s’étaient portés volontaires pour cette étude. Soit [si les efforts sont maintenus] 160 tonnes de produits économisés sur un an pour l’ensemble de ces dix magasins et 70.000 euros en moyenne d’économie totale sur un an par magasin », précisait l’agence.

Du potentiel dans la restauration collective ?

Faut-il s’attendre à un même impact dans la restauration collective ? Pour ce qui est des dons aux associations, la tâche s’annonce plus difficile. « Une grande surface peut redistribuer relativement facilement ses produits secs ou frais, mais redistribuer des plats chauds, ceux servis en restauration collective, est bien plus compliqué, fait remarquer Guillaume Garot. Il faudra travailler bien plus en amont avec les associations susceptibles de recevoir ces dons. »

En revanche, sur la réduction en amont du gaspillage alimentaire, il y a du potentiel. « Par restauration collective, on entend les cantines scolaires, des restaurants d’entreprises, des repas servis dans les hôpitaux ou les Ephad (hébergements médicalisés pour personnes âgées), explique Laurence Gouthière. C’est-à-dire l’ensemble des établissements dans lesquels une partie du coût du repas est prise en charge par l’employeur ou par une institution et où les repas servis sont cadrés par les recommandations nutritionnelles. En France, cela représente 72.000 lieux de restauration en tout et 3,8 milliards de repas servis en 2015. »

Dix millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année en France sur l’ensemble de la chaîne, selon l’Ademe. « La restauration collective représente 8 % de ce gaspillage, reprend Laurence Gouthière. Pour comparaison, la grande distribution, c’était 14 %. »

Des audits déjà réalisés

En instaurant des diagnostics obligatoires dans la restauration collective pour repérer les gaspillages, le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation s’attaquer à une source majeure du gaspillage alimentaire. Pour tout dire, ce travail a d’ores et déjà commencé. « En 2015 déjà, la loi "Transition énergétique croissant verte" d’août 2015 demandait à la restauration collective de mettre en place des démarches de lutte contre le gaspillage alimentaire », rappelle Laurence Gouthière. Démarche ? Le terme est vague mais cette loi avait déjà poussé des écoles, des hôpitaux et autres acteurs de la restauration collective à contacter l’Ademe ou des associations environnementales pour les aider à mettre en place ces diagnostics.

La dynamique se poursuit à ce jour. « Ce jeudi, justement, ’ARS (Agence régionale de santé) de Normandie organise à Caen une journée dédiée au gaspillage alimentaire en centre hospitalier et dans les Ephad », note Laurence Gouthière.

Des astuces souvent toutes simples…

Du coup, l’Ademe a déjà des retours d’expériences en matière de lutte contre le gaspillage dans la restauration collective. Un guide est même déjà en ligne et compile des mesures parfois toute simple à instaurer. Comme celui de proposer des assiettes « petites faims » et des assiettes « grandes faim » de différents diamètres pour les self-services. « Quand il s’agit d’assiette standardisée, on a tendance à la remplir quel que soit son appétit et, souvent donc, à ne pas finir », note Laurence Gouthière. Une autre astuce est de faire intervenir les producteurs sur le lieu de restauration, poursuit la référente « gaspillage alimentaire » à l’Ademe. « Si vous avez conscience du chemin parcouru par les aliments jusqu’à votre assiette et si vous pouvez mettre un visage sur celui qui les a produits, vous les jetterez moins facilement à la poubelle. »

Guillaume Garot, lui, prend l’exemple du pain, « de plus en plus disponible dans la salle de restauration et non plus à l’entrée du self au moment où l’on compose son plateau-repas ». Un petit détail qui change parfois tout : « Il faut se lever pour aller chercher le pain, ce qui amène à se poser la question de savoir si on en a vraiment besoin. »

… des économies à la clé ?

Mises bout à bout, ces petites astuces engrangent des économies non négligeables. « Il est possible de réduire en moyenne 30 % du gaspillage alimentaire dans un établissement de restauration collective sans investissements lourds mais en faisant preuve de bon sens, note Laurence Gouthière. Or, pour un hôpital, où l’on sert trois repas quotidiens 365 jours par an, 300.000 euros [coûts des matières premières] sont jetés chaque année. En moyenne, en collège, on est autour des 30.000 euros. »

Ce projet de loi devrait être examiné par le Parlement à compter de mars pour une adoption avant la pause parlementaire estivale.

 
Source : 20 Minutes
Crédit : SERGE POUZET/SIPA

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

02 - Aisne

Le 27 septembre

VISITE GUIDEE NOCTURNE

A la tombée de la nuit, l'homme mystère vous conte l'histoire du fort à la lumière de la lanterne.

Fort de Condé
20 ter rue du Bois Morin
02880 Chivres-Val
03 23 54 40 00
www.fortdeconde.com


03 - Allier

Jusqu'au 30 septembre

EXPOSITION
"HALTE AUX ENVAHISSEURS"

Découvrez les espèces exotiques envahissantes installées sur le trrritoire de Montluçon Communauté.
Des conseils sont également donnés pour les identifier et éviter leur propagation.

Maison de la Combraille
Place Pierre Bitard
03420 Marcillat-en-Combraille
04 70 51 10 23
maisondelacombraille.over-blog.com


07 - Ardèche

Jusqu'au 11 octobre

CANOE KAYAK EN ARDECHE

Canoë Kayak 07 propose cette saison des journées découvertes permettant de découvrir cette activité gratuitement.
Les 17 et 24 mai, 7, 14, 21, 28 juin, 5 juillet, 30 aout, 6, 13, 20, 27 septembre et 4, 11 octobre.
Mini-descente du pont d’Arc, 8 km, le matin à 9h à AM à 15h, sur réservation au 04 75 37 17 79 ou par email : charmasson.yves@wanadoo.fr

Canoë Kayak 07
Quartier de Châmes
07150 Vallon Pont d’Arc
04 75 88 03 06
www.canoekayak07.com


09 - Ariège

Le 23 octobre

ANIMATION
"VIENS GOÛTER À LA MAISON" et "PERLES PRÉHISTORIQUES"

De 14h00 à 17h30, à l’aide de silex, d’os, de grès ou encore de cuir, vous découvrirez comment réaliser des éléments de parures en stéatite. Ainsi embellis, vous pourrez déguster un délicieux goûter maison.
Sur inscription. Adulte 8,50 €, enfant 7 €.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


Le 19 octobre

INITIATION AU TRAVAIL MANUEL DU BOIS

De 14h00 à 17h30, venez découvrir le travail manuel du bois tout au long de cette après-midi. Vous fabriquerez une spatule grâce à la plane et au banc à planer (sorte de banc-étau) et peut être d’autres objets en bois du quotidien.
Sur inscription. Adulte 18 €, enfant 15 €.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


18 - Cher

Le 28 septembre

SPECTACLE MUSEUM
"CABINET DE CURIOSITÉS ZOOPOÉTIQUES"

Un spectacle en hommage à la fantaisie des hommes qui produit depuis des siècles des légendes autour des animaux imaginaires !
Par la Cie du Petit Théâtre Dakoté, avec les CDC Pays de Nérondes et des Trois Provinces À partir de 16h30 visite libre de La Tuilerie 18h début du spectacle - 6 € (entrée + spectacle).

La Tuilerie
27 rue du lieutenant Petit
18150 La Guerche-sur-l’Aubois
02 48 74 23 93
www.ciap-latuilerie.fr


Jusqu'au 2 novembre

EXPOSITION
"PORTRAITS DE JARDINS"

Du jardin médiéval, vivrier et médicinal, jusqu’aux jardins ouvriers nourriciers en passant par le jardin ornemental et le jardin sauvage réserve de biodiversité, l’exposition vous propose de parcourir une histoire des jardins intimement liée à celle des Hommes.

La Tuilerie
27 rue du lieutenant Petit
18150 La Guerche-sur-l’Aubois
02 48 74 23 93
www.ciap-latuilerie.fr


21 - Côte d'Or

► Jusqu'au 17 novembre

EXPOSITION
"NATURE INCOGNITO" : la face cachée des villes

Vous me reconnaissez ? Je fais partie des millions d’espèces sauvages, animales ou végétales qui vivent dans les villes, tout près de chez nous et qui, pour la plupart, demeurent « Incognito » !
La nouvelle exposition du Jardin des sciences & Biodiversité vous invite à voir la ville autrement

Le Jardin des Sciences
Parc de l’Arquebuse
1 avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'armor

Le 15 septembre

SEANCES AU PLANETARIUM

A l'occasion de l'équinoxe, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.
A 15h00 : "Les astres et les Marées" - A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


► Le 22 septembre

JOURNEE DU PATRIMOINE
PLANETARIUM DE BRETAGNE

A 15h, séance "Voyage au coeur du Moyen-âge" : venez découvrir un pan méconnu de l'histoire bretonne au Planétarium de Bretagne.
A 16h, séance "Hubble" : venez découvrir les magnifiques images prise par le télescope spatial Hubble.

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


26 - Drôme

Jusqu'au 24 septembre

EXPOSITION
Tableaux de l'artiste Brigitte Nêmes

Jardin Zen d’Erik Borja
26600 Beaumont-Monteux
04 75 07 32 27
www.erikborja.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Les 21 et 22 septembre

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE
MUSÉE DE LA LUNETTE

Tout le week-end sur le parvis du Musée : création d'une oeuvre illusion d'optique éphémère par l'artiste Streepainter 3D JM Navallo.

Musée de la Lunette
Place Jean Jaurès
39400 Morez - Hauts de Bienne
03 84 33 39 30
www.musee-lunette.fr


48 - Lozère

Le 24 septembre

VANNERIE

Agnès apportera ses connaissances et son savoir-faire. Les plus courageux pourront s'essayer à la tâche. De 14h30 à 17h.

La Ferme Caussenarde d'Autrefois
Hyelzas, 48150 Hures-La Parade
04 66 45 65 25
www.ferme-caussenarde.com


Jusqu'au 30 octobre

EXPOSITION PHOTOS

Jérôme Lauze propose de découvrir "La Lozère En Toutes Saisons".

La Ferme Caussenarde d'Autrefois
Hyelzas, 48150 Hures-La Parade
04 66 45 65 25
www.ferme-caussenarde.com


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


68 - Haut-Rhin

 ► Jusqu'au 29 septembre

EXPOSITION
"PENNY TOYS, JOUETS CENTENAIRES À QUAT’SOUS"

Une rétrospective inédite à Soultz sur des jouets peu connus du grand public, les penny toys. Ils étaient vendus par des colporteurs dans les foires et marchés du 19e siècle aux années 1950. Bon marché, ces jouets étaient accessibles au plus grand nombre et cachaient souvent, en prime, une friandise, un bonbon…

La Nef des Jouets
12 rue Jean Jaurès
68360 Soultz
03 89 74 30 92
www.ville-soultz.fr


 ► Les 21 et 22 septembre

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE
MUSÉES DE SOULTZ

Nef des Jouets : Exposition "Penny Toys, jouets centenaires à quat’sous". Des jeux géants (morpion, puissance 4, cartes, petits chevaux…) seront mis en place dans les étages.
Bucheneck : Exposition "Les couleurs de l’Alsace" - acryliques de Erika Rosson.
Dans les deux musées : dimanche durant toute l’après-midi, récitals et pièces pianistiques, par Sarah Frick et Sandrine Weidmann et Structures gonflables dans les jardins des musées.

La Nef des Jouets
12 rue Jean Jaurès - 68360 Soulz
03 89 74 30 92
Musée du Bucheneck
Rue Kageneck- 68360 Soulz
03 89 76 02 22


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 3 novembre

EXPOSITION
"VU, PAS VU, PAS PRIS …"
Mimétisme et camouflage dans la nature

Manger ou être mangé... la lutte pour la survie dans le monde animal passe par différents stratagèmes. Illustrations, animaux vivants ou naturalisés, tout est mis en œuvre dans l’exposition pour que mimétisme, camouflage, et dissimulation n’aient plus de secret pour vous.

Centre Eden
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


78 - Yvelines

Octobre

FÊTE DU GOÛT

Textures, saveurs, odeurs, goûts et parfum seront à l'honneur. Eveillez vos sens en dégustant et en analysant les yaourts de la ferme de Grignon ! Réservée aux 7-12 ans, réservation obligatoire.

Ferme de Grignon - AgroParisTech
Route de la Ferme
01 30 54 37 34
www.fermedegrignon.fr


87 - Haute-Vienne

Les 21 et 22 septembre

JOURNÉES DU PATRIMOINE
LE JARDIN DE LILIANE
Jardin remarquable

Visites guidée à 14h30. Salon de thé, vente de plantes... 5 € - Gratuit jusqu'à 16 ans.

Le Jardin de Liliane
Chateau des Bermondet
87310 Saint-Laurent-sur-Gorre
06 43 89 33 59
http://www.jardindeliliane.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités