Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

À la basilique Saint-Denis, plus de 200 nouvelles tombes mises au jour par les archéologues
Actualités

À la basilique Saint-Denis, plus de 200 nouvelles tombes mises au jour par les archéologues

Une dense nécropole utilisée dès le 5e siècle a été révélée au cours de l'année écoulée par des archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Une fouille réalisée en vue de la reconstruction de la tour nord et de la flèche du célèbre édifice gothique, demeure éternelle des rois de France.

En admirant l’édifice gothique depuis le parvis extérieur, on se dit effectivement que la flèche manque cruellement. Ce vide, source de crispation pour les phobiques de l’asymétrie, fut laissé par un violent coup de foudre qui s’abattit sur la basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) un soir de 1837. "Dix ans plus tard, la flèche fut entièrement démontée, car trop fragilisée", raconte Yvan Lafarge, archéologue spécialiste des bâtiments à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il fut bien prévu de la rebâtir au 19e siècle, mais de l’avis de Viollet-le-Duc (1814-1879) lui-même, après diagnostic, l’édifice n’allait supporter un nouvel ouvrage fait de 2000 tonnes de pierres. Il fut donc accepté que la basilique resterait "chauve" d’un côté pendant une dizaine d’années, le temps pour le restaurateur de Notre-Dame de Paris d’élaborer un nouveau projet. Celui-ci ne vit jamais le jour, et la basilique Saint-Denis garda sa drôle d’allure. Celle qu’elle affiche encore aujourd’hui.

À l’horizon 2028 pourtant, la demeure de 43 rois et 32 reines de France devrait retrouver son ancienne silhouette. "Viollet-le-Duc s’était en réalité trompé dans ses calculs, et nous avons réalisé après analyses que les fondations étaient suffisamment solides pour soutenir une nouvelle flèche", poursuit Yvan Lafarge. Cette dernière va donc enfin être reconstruite à l’identique, après validation du projet en 2017. Onze ans de travaux monumentaux – qui débuteront par l’injection de béton dans les fondations médiévales pour les consolider -, sont prévus et financés en partie par le conseil régional. Avec en préambule, bien entendu, une fouille préventive minutieuse. "Le site a une histoire exceptionnelle, donc nous étions certains que nous allions trouver énormément de choses", confie Cyrille Le Forestier, anthropologue pour l’Inrap chargé de superviser la fouille aux côtés d'Yvan Lafarge.

Plus de 200 sarcophages en excellent état

Les deux chercheurs n’en attendaient cependant pas tant : entre juin 2022 et aujourd’hui, leur équipe a mis au jour plus de 200 sépultures issues de l’ancienne nécropole sur laquelle a été bâtie la basilique. 110 tombes de l’époque mérovingienne (entre le 5e et le 8e siècle après J.-C.) et 100 de l’époque carolingienne (entre le 8e et le 10e siècle après J.-C.), dans un état de conservation remarquable malgré leur agencement chaotique. "Non seulement nous ne nous attendions pas à une densité de tombes pareille, mais nous avons été surpris de trouver des sarcophages en plâtre – le matériau privilégié pour renfermer les dépouilles en Ile-de-France à cette époque – quasi intacts", se réjouit Cyrille Le Forestier.

Sur les parois blanchâtres des sarcophages gisant au sein des travées, on peut en effet encore distinguer de délicats décors d’inspiration chrétienne, à l’instar de croix encerclées ou de chrisme (les deux majuscules grecques X et P formant le monogramme du Christ). "Le plâtre est un matériau qui se conserve particulièrement mal car il se désagrège à la moindre infiltration d’eau", poursuit l’archéologue. "Vu leur nombre ici, nous avons été très gâtés." Une préservation que les archéologues attribuent à la bonne herméticité de l’ouvrage qui commença à recouvrir le cimetière en 1137. Sous l’impulsion de l’abbé Suger (environ 1080-1151), l’abbaye existante est agrandie et transformée en une magistrale basilique pensée pour faire de l’ombre à Rome. Au 13e siècle, Saint-Louis inaugure ainsi le tout premier joyau de l’art gothique. Un joyau avec sa flèche donc, qui culminait à 90 mètres de hauteur. Trois de plus que celle de Notre-Dame.

Des morts bien peu bavards

Mais l’accomplissement d’un tel chef-d’œuvre demande forcément des sacrifices. Parmi les pierres utilisées pour les fondations se détachent ça et là quelques motifs sculptés qui semblent n’avoir rien à faire ici. Des chapiteaux, corniches et autres éléments d’architecture romane issus du bâtiment précédent et réemployés sans ménagement au 12e siècle par les bâtisseurs du nouvel édifice gothique. En de nombreux endroits, on constate aussi que les cuves de plâtres et autres contenants en pierre de l’ancienne nécropole ont été tronqués pour laisser place aux murs. "Lorsqu’ils gênaient la construction, les tombes ont été amputées et les ossements repoussés en petits tas dans le coin opposé du cercueil", explique Cyrille Le Forestier. À l’inverse, d’autres sarcophages ont été rallongés, lorsque qu’un défunt déplacé était vraisemblablement trop grand pour sa nouvelle demeure. "L’agencement de certains squelettes nous laisse presque deviner les gestes de la main effectués par les ouvriers chargés du chantier", continue l’anthropologue.

Ces individus, des hommes adultes pour la plupart (même si des ossements de femmes et d’enfants ont également été dégagés), sont tous des anonymes. "Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’aristocrates mais le peu de mobilier retrouvé dans les tombes nous empêche malheureusement de le savoir." Rares sont en effet les objets qui accompagnaient les morts : seules des boucles de ceintures, des épingles à cheveux, des couteaux en métal et quelques bijoux, dont un petit pendentif en or, ont été retrouvés. Sur ce point, Yvan Lafarge et Cyrille Le Forestier s’avouent légèrement déçus : "On pensait tout de même trouver des sépultures un peu plus riches, mais ce ne fut pas le cas", regrette le premier. "Il est aussi possible que nous ayons affaire à des ecclésiastiques, ce qui expliquerait le côté modeste des tombes. Mais à ce stade encore, on ne peut déduire quoi que ce soit."

Analyses en laboratoire

Des recherches en laboratoire devraient être menées pour obtenir un maximum d’informations sur ces morts : leur sexe, leur âge, mais aussi leur état de santé, la façon dont ils s’alimentaient ou leurs liens de parenté. "Ces ossements sont des sources d’information précieuses sur l’aristocratie de l’époque qui ne fait l’objet que d’une maigre documentation à l’heure actuelle", affirme Cyrille Le Forestier. Un partenariat avec l’Institut Max-Planck de Leipzig et l’Université de Harvard pourrait également permettre de rechercher d’éventuelles traces de la peste justinienne (qui sévit entre le 6e et le 8e siècle dans l’Empire romain d’Orient puis d’Occident) parmi leurs pathologies.

Le 17 mai au plus tard, tous les vestiges déterrés auront disparu pour laisser place au béton. Ils seront transférés dans des réserves régionales en vue d’être un jour, peut-être, exposés. D’ici un an environ, les échafaudages qui permettront de poser les premières pierres de la flèche viendront enfin occuper les lieux à leur tour.


Source : Marine Benoit / Sciences et Avenir
Crédit : EMMANUELLE COLLADO, INRAP

Une vue de la fouille du massif occidental de Saint-Denis en mars 2023, sur laquelle on aperçoit plusieurs sarcophages de plâtre de l'époque mérovingienne.

À la basilique Saint-Denis, plus de 200 nouvelles tombes mises au jour par les archéologues Actualités

À la basilique Saint-Denis, plus de 200 nouvelles tombes mises au jour par les archéologues

Une dense nécropole utilisée dès le 5e siècle a été révélée au cours de l'année écoulée par des archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Une fouille réalisée en vue de la reconstruction de la tour nord et de la flèche du célèbre édifice gothique, demeure éternelle des rois de France.

En admirant l’édifice gothique depuis le parvis extérieur, on se dit effectivement que la flèche manque cruellement. Ce vide, source de crispation pour les phobiques de l’asymétrie, fut laissé par un violent coup de foudre qui s’abattit sur la basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) un soir de 1837. "Dix ans plus tard, la flèche fut entièrement démontée, car trop fragilisée", raconte Yvan Lafarge, archéologue spécialiste des bâtiments à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il fut bien prévu de la rebâtir au 19e siècle, mais de l’avis de Viollet-le-Duc (1814-1879) lui-même, après diagnostic, l’édifice n’allait supporter un nouvel ouvrage fait de 2000 tonnes de pierres. Il fut donc accepté que la basilique resterait "chauve" d’un côté pendant une dizaine d’années, le temps pour le restaurateur de Notre-Dame de Paris d’élaborer un nouveau projet. Celui-ci ne vit jamais le jour, et la basilique Saint-Denis garda sa drôle d’allure. Celle qu’elle affiche encore aujourd’hui.

À l’horizon 2028 pourtant, la demeure de 43 rois et 32 reines de France devrait retrouver son ancienne silhouette. "Viollet-le-Duc s’était en réalité trompé dans ses calculs, et nous avons réalisé après analyses que les fondations étaient suffisamment solides pour soutenir une nouvelle flèche", poursuit Yvan Lafarge. Cette dernière va donc enfin être reconstruite à l’identique, après validation du projet en 2017. Onze ans de travaux monumentaux – qui débuteront par l’injection de béton dans les fondations médiévales pour les consolider -, sont prévus et financés en partie par le conseil régional. Avec en préambule, bien entendu, une fouille préventive minutieuse. "Le site a une histoire exceptionnelle, donc nous étions certains que nous allions trouver énormément de choses", confie Cyrille Le Forestier, anthropologue pour l’Inrap chargé de superviser la fouille aux côtés d'Yvan Lafarge.

Plus de 200 sarcophages en excellent état

Les deux chercheurs n’en attendaient cependant pas tant : entre juin 2022 et aujourd’hui, leur équipe a mis au jour plus de 200 sépultures issues de l’ancienne nécropole sur laquelle a été bâtie la basilique. 110 tombes de l’époque mérovingienne (entre le 5e et le 8e siècle après J.-C.) et 100 de l’époque carolingienne (entre le 8e et le 10e siècle après J.-C.), dans un état de conservation remarquable malgré leur agencement chaotique. "Non seulement nous ne nous attendions pas à une densité de tombes pareille, mais nous avons été surpris de trouver des sarcophages en plâtre – le matériau privilégié pour renfermer les dépouilles en Ile-de-France à cette époque – quasi intacts", se réjouit Cyrille Le Forestier.

Sur les parois blanchâtres des sarcophages gisant au sein des travées, on peut en effet encore distinguer de délicats décors d’inspiration chrétienne, à l’instar de croix encerclées ou de chrisme (les deux majuscules grecques X et P formant le monogramme du Christ). "Le plâtre est un matériau qui se conserve particulièrement mal car il se désagrège à la moindre infiltration d’eau", poursuit l’archéologue. "Vu leur nombre ici, nous avons été très gâtés." Une préservation que les archéologues attribuent à la bonne herméticité de l’ouvrage qui commença à recouvrir le cimetière en 1137. Sous l’impulsion de l’abbé Suger (environ 1080-1151), l’abbaye existante est agrandie et transformée en une magistrale basilique pensée pour faire de l’ombre à Rome. Au 13e siècle, Saint-Louis inaugure ainsi le tout premier joyau de l’art gothique. Un joyau avec sa flèche donc, qui culminait à 90 mètres de hauteur. Trois de plus que celle de Notre-Dame.

Des morts bien peu bavards

Mais l’accomplissement d’un tel chef-d’œuvre demande forcément des sacrifices. Parmi les pierres utilisées pour les fondations se détachent ça et là quelques motifs sculptés qui semblent n’avoir rien à faire ici. Des chapiteaux, corniches et autres éléments d’architecture romane issus du bâtiment précédent et réemployés sans ménagement au 12e siècle par les bâtisseurs du nouvel édifice gothique. En de nombreux endroits, on constate aussi que les cuves de plâtres et autres contenants en pierre de l’ancienne nécropole ont été tronqués pour laisser place aux murs. "Lorsqu’ils gênaient la construction, les tombes ont été amputées et les ossements repoussés en petits tas dans le coin opposé du cercueil", explique Cyrille Le Forestier. À l’inverse, d’autres sarcophages ont été rallongés, lorsque qu’un défunt déplacé était vraisemblablement trop grand pour sa nouvelle demeure. "L’agencement de certains squelettes nous laisse presque deviner les gestes de la main effectués par les ouvriers chargés du chantier", continue l’anthropologue.

Ces individus, des hommes adultes pour la plupart (même si des ossements de femmes et d’enfants ont également été dégagés), sont tous des anonymes. "Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’aristocrates mais le peu de mobilier retrouvé dans les tombes nous empêche malheureusement de le savoir." Rares sont en effet les objets qui accompagnaient les morts : seules des boucles de ceintures, des épingles à cheveux, des couteaux en métal et quelques bijoux, dont un petit pendentif en or, ont été retrouvés. Sur ce point, Yvan Lafarge et Cyrille Le Forestier s’avouent légèrement déçus : "On pensait tout de même trouver des sépultures un peu plus riches, mais ce ne fut pas le cas", regrette le premier. "Il est aussi possible que nous ayons affaire à des ecclésiastiques, ce qui expliquerait le côté modeste des tombes. Mais à ce stade encore, on ne peut déduire quoi que ce soit."

Analyses en laboratoire

Des recherches en laboratoire devraient être menées pour obtenir un maximum d’informations sur ces morts : leur sexe, leur âge, mais aussi leur état de santé, la façon dont ils s’alimentaient ou leurs liens de parenté. "Ces ossements sont des sources d’information précieuses sur l’aristocratie de l’époque qui ne fait l’objet que d’une maigre documentation à l’heure actuelle", affirme Cyrille Le Forestier. Un partenariat avec l’Institut Max-Planck de Leipzig et l’Université de Harvard pourrait également permettre de rechercher d’éventuelles traces de la peste justinienne (qui sévit entre le 6e et le 8e siècle dans l’Empire romain d’Orient puis d’Occident) parmi leurs pathologies.

Le 17 mai au plus tard, tous les vestiges déterrés auront disparu pour laisser place au béton. Ils seront transférés dans des réserves régionales en vue d’être un jour, peut-être, exposés. D’ici un an environ, les échafaudages qui permettront de poser les premières pierres de la flèche viendront enfin occuper les lieux à leur tour.


Source : Marine Benoit / Sciences et Avenir
Crédit : EMMANUELLE COLLADO, INRAP

Une vue de la fouille du massif occidental de Saint-Denis en mars 2023, sur laquelle on aperçoit plusieurs sarcophages de plâtre de l'époque mérovingienne.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

11 - Aude

► En mai

"VISITES CONTÉES ET CHANTÉES"
MUSEE DU QUERCORB

Avec Rachel. 5€ adulte - 2 € enfant. Jeudi 9 mai à 18h : Aude Mystères - Contes de fées… à nous faire frissonner ! / Vendredi 10 mai à 18h : De l’utilité à la beauté - Histoires d’art et d’artisanat / Dimanche 12 mai à 11h : Contes et légendes en Occitanie - Camins e cants.

Musée du Quercorb
16 rue Barry du Lion 
11230 Puivert
04 68 69 81 51
www.museequercorb.com


► Jusqu'en novembre

EXPOSITION 
"CARTES ÉNERGÉTIQUES D'URS ZIMMERMANN"

Urs Zimmermann (1954-2022) était essentiellement sculpteur. Le village de Rennes-le-Château, où il avait élu domicile, expose toute l'année ses sculptures. Jusqu'en novembre, ce sont ses lectures énergétiques de certains lieux, transcris en dessins, qui sont exposées. Accessible avec le billet d'entrée du Domaine, tarif normal : 6 €.

Domaine et musée de l’Abbé Saunière
Rue de l’église 
11190 Rennes-le-Château
04 68 74 05 84
tourisme.rlc@orange.fr
www.rennes-le-chateau.fr


12 - Aveyron

► Jusqu'au 2 novembre 2025

EXPOSITION  
"LA VILLE MÉDIÉVALE, UN JEU D'ENFANT"

Parcourez la nouvelle exposition du Pays d'art et d'histoire à la découverte des trois formes urbaines du Moyen Âge : la sauveté, le bourg castral et la bastide. Cette exposition ludique et immersive, adaptée à tous les âges, vous fera remonter le temps en vous glissant dans la peau d'un moine, d'un chevalier ou d'un marchand. 

Maison du Gouverneur
1 rue du château
12270 Najac
05 65 81 94 47
https://maisondugouverneur-najac.fr


► Le 30 octobre

ATELIER EN FAMILLE ET JEUNE PUBLIC
"RECYCLAGE ASTUCIEUX ET PAPIER MÂCHÉ"

En peu de temps et tout autant d'imagination, à partir d'emballages, de contenants plastiques et autres déchets à recycler, vous pourrez créer le personnage de votre choix, inspiré du Moyen Âge ou pas, bâtir un royaume ou donner vie à un animal. 

Maison du Gouverneur
1 rue du château
12270 Najac
05 65 81 94 47
https://maisondugouverneur-najac.fr


21 - Côte d'Or

► Jusqu'au 5 janvier 2025

EXPOSITION 
"OCÉAN, ICI COMMENCE LA VIE"

Une exposition fascinante, captivante pour explorer, observer, découvrir, admirer, comprendre, agir… et prendre conscience de l'importance cruciale de l'océan dans l'équilibre de notre planète.

Le Jardin de l'Arquebuse
1 avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville 
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.ma-nature.dijon.fr


25 - Doubs

► Jusqu'au 9 mars 2025

EXPOSITION 
"À L'AFFÛT"

À travers son art, le photographe animalier et grand voyageur, exprime ses rêves, ses émotions et ses rencontres en captant l'instant, celui de l’animal au cœur de son environnement. 

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
03 81 54 45 13
www.salineroyale.com


30 - Gard

► Jusqu'au 30 septembre

EXPOSITION
"AIGA, L'EAU SOURCE D'INSPIRATION"

Une exposition dans laquelle les regards du photographe croisent ceux d'une peintre, d'une aquarelliste, d'une céramiste et de plasticiens. Face aux enjeux de l'eau, ces artistes ont pour but de créer de l'émotion et faire découvrir leur vision de cette eau source de vie, source d'énergie, source de débats.... 

La Maison de l'eau
30122 Les Plantiers
04 66 30 36 55 / 04 66 25 83 41
https://caussesaigoualcevennes.fr/la-maison-de-l-eau


31 - Haute Garonne

► Jusqu’au 22 septembre 

EXPOSITION 
"ANATOMIE DU FRANQUISME"

La nouvelle exposition du musée de la Résistance & de la Déportation traite des fondations sur lesquelles s'est construite cette dictature de quarante ans, fondations assombries et défigurées par les discours du régime lui-même et qui interrogent l'imaginaire collectif européen. 

Musée Départemental de la Résistance et de la Déportation
52 allée des Demoiselles
31400 Toulouse
05 34 33 17 40
http://musee-resistance.haute-garonne.fr


33 - Gironde

► Jusqu'au 24 septembre 

EXPOSITION 
"RECYCL'ART"

Marques et Emballages, développement durable et valorisation par le tri. Cette exposition sans cesse enrichie met en valeur l’histoire des grandes marques françaises à travers des objets, des affiches et des documents historiques. Ces emballages amènent également à réveiller la mémoire du passé industriel de la Papeterie de Beautiran.

Musée des Techniques
5 rue de Balambits
33640 Beautiran
05 57 97 75 11
www.villamaglya.fr


37 - Indre et Loire

► Jusqu'au 30 septembre

EXPOSITION 
"LES CHEFS D’OEUVRE DE LÉONARD DE VINCI EN GRAVURES"
dans les collections de la BnF  

La Joconde n'a pas toujours été l'œuvre la plus renommée de Léonard de Vinci. Découvrez la Cène de Santa Maria delle Grazie ainsi qu'une trentaine de l'artiste.

Château royal d’Amboise 
Montée de l’Emir Abd el Kader
37400 Amboise
02 47 57 00 98
www.chateau-amboise.com


► Jusqu'au 11 novembre

EXPOSITION
"LES SIEGES FRANÇAIS AU 18ÈME"

Ussé, le Château de la Belle au Bois Dormant vous présente l'histoire des sièges français au 18ème, une mini exposition entre esthétique et technique. Profitez de votre visite pour découvrir l’ouverture d’une nouvelle salle : le cabinet oriental.

Château d’Ussé
37420 Rigny-Ussé
02 47 95 54 05
www.chateaudusse.fr


38 - Isère

► Jusqu'au 30 mars 2025

EXPOSITION
"ARCABAS, L’ÉTOFFE HAUTE EN COULEUR"

Outre les toiles de jute et l’impression sur soie que l’on retrouve dans l’église de Saint-Hugues, l’exposition présente des objets textiles conçus par Arcabas. Dans son œuvre picturale dont certains tableaux sont également présentés, les motifs des costumes, les drapés témoignent d’une recherche plastique constante.

Musée arcabas en Chartreuse
Eglise de Saint-Hugues
38380 Saint-Pierre-de-Chartreuse
04 76 88 65 01
https://musees.isere.fr


42 - Loire

► Jusqu'au 22 septembre

EXPOSITION 
"INDONÉSIE RÉVÉLÉE"

Région d’une grande complexité culturelle, le pays se compose de 1100 de groupes ethniques différents.
Les collections ramenées par Daniel Pouget de ses voyages, notamment des îles de Bornéo, Sumatra et Sulawesi, nous dévoilent l’extraordinaire richesse des traditions et cultures des îles d’Indonésie.  

Musée des Civilisations Daniel Pouget
Place Madeleine Rousseau
42170 Saint-Just-Saint-Rambert
04 77 52 03 11
musee@stjust-strambert.com


► Jusqu'au 29 septembre 

EXPOSITION
"L'ART DES AFFICHISTES"

Après un premier volet d’octobre 2022 à février 2023 sur l’art des affichistes de cinéma de 1930 à 1960… voici un second volet consacré à la période 1960-2023.

Ecomusée des Monts du Forez
Place Alex Folléas 
42550 Usson en Forez 
04 77 50 68 87 
www.ecomusee-usson-en-forez.fr


► Jusqu'au 5 janvier 2025

EXPOSITION 
"POUPÉE N’EST PAS JOUER" 

L’exposition est consacrée aux différentes fonctions que peut prendre la poupée dans notre société quand elle n’est plus un simple jouet destiné aux enfants. Elle devient alors support de réflexion et d’analyse sur des phénomènes d’ordre historique, anthropologique, médical, social ou artistique...

Musée d’Allard
13 boulevard de la Préfecture
42600 Montbrison
04 77 96 39 15
www.facebook.com/museeallard


62 - Pas-de-Calais

► Du 8 au 26 juin 

EXPOSITION PEINTURE
CHRISTIAN LAMIRAND 

Le Musée Bruno Danvin expose les oeuvres de l'artiste Christian Lamirand les mercredis, samedis et dimanches de 14h30 à 17h30. Entrée gratuite.
Visites de groupes sur rdv les lundis, mardis et jeudis au 07 89 08 15 64

Musée municipal Bruno Danvin
Rue Oscar Ricque
62130 Saint-Pol-sur-Ternoise
03 21 04 56 25 / 07 89 08 15 64 
www.saintpolsurternoise.fr


67 - Bas-Rhin

► Le 9 juin

OPÉRA "LA FLÛTE ENCHANTÉE"
CHÂTEAU FORT DE FLECKENSTEIN

La Compagnie "La Chambre à Airs" propose une adaptation dépoussiérée, réécrite et réinventée de la "Flûte enchantée". Dimanche 9 juin 2024à 20h. Durée : 1h30. Tarif spécial "découverte culture" :5 € - gratuit jusque 11 ans. 
 
Château fort de Fleckenstein
Lieu-dit Fleckenstein
67510 Lembach
03 88 94 28 52
www.fleckenstein.fr


► Le 26 juin

RELAIS DE LA FLAMME OLYMPIQUE
CHÂTEAU FORT DE FLECKENSTEIN

Ouverture des inscriptions pour participer au passage de la flamme à Lembach/Fleckenstein le 26 juin 2024. Inscription obligatoire pour participer à l’évènement..
Seules les personnes inscrites auront accès au site du Fleckenstein et au parking du Gimbelhof (places limitées).

Fleckenstein, le Château des Défis
Lieu-dit Fleckenstein
67510 Lembach
03 88 94 28 52
www.fleckenstein.fr


70 - Haute-Saône

► Jusqu'au 15 novembre 

EXPOSITION
"JE MANGE, DONC JE SUIS" 

L'Écomusée présente une exposition intitulée conçue par le musée de l’Homme, un site du Muséum national d’Histoire naturelle. Elle aborde un sujet ô combien important : l’alimentation, pour découvrir ses aspects biologiques, culturels et écologiques. 

Ecomusée du Pays de la Cerise
206 Le Petit Fahys
70220 Fougerolles-Saint-Valbert
03 84 49 52 50
http://ecomusee-fougerolles.fr


71 - Saône et Loire

► Jusqu'au 3 novembre

EXPOSITION
"PLANTES ET LÉGENDES"

Plantesaux vertus prodigieuses, arbres mythiques, herbes magiques, fleurs ensorcelantes, potions de sorcières ou philtres d’amour, découvrez,à travers cette exposition, la profonde connexion entre l’homme et la nature ainsi que la manière dont elle a toujours joué un rôle central dans notre culture et imagination.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


► Jusqu'au 24 décembre

EXPOSITION
"LE CHAROLAIS, UN PAYSAGE DE BOCAGE"

Installée au dernier étage de la Maison du Charolais, cette exposition retrace l'histoire du bocage charolais, sa composition, son rôle et les enjeux de sa préservation pour la faune et la flore, ainsi que pour les habitants de ce beau territoire rural.

La Maison du Charolais
43 route de Mâcon (RCEA N79 sortie 12)
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


75 - Paris

► Jusqu'au 14 août

EXPOSITION
"CLÉMENCEAU ET LE SPORT"

A l’occasion des Jeux Olympiques de Paris 2024, le musée Clemenceau présente exposition-focus. Georges Clemenceau aimait le sport. Qui l’eut cru ! Cette nouvelle exposition évoque le goût du Tigre pour la chasse et les longues randonnées, tout comme l’équitation, l’épée, le cyclisme, la gymnastique et le tir.

Musée Clemenceau
8 rue Benjamin Franklin
75116 Paris
01 45 20 53 41
www.musee-clemenceau.fr


84 - Vaucluse

► Jusqu'au 31 mai 

EXPOSITION
"OCEAN"

L’océan est un vaste monde qui ne cesse de nous fasciner et qu’il convient de comprendre, d’étudier, de préserver et d’admirer. Cette exposition présente quatre artistes qui contribuent, par leurs approches artistiques, à cette réflexion et cette prise de conscience.
les photographes Rachael Talibart et Henley Spiers, les graveurs Hélène Baumel et Jean Chièze.

Château de Lourmarin
2 avenue Laurent Vibert
84160 Lourmarin
04 90 68 15 23
www.chateaudelourmarin.com


► Jusqu'au 16 juin

EXPOSITION 
"JEANNE COQUARD" 

Portraits d’enfants et d’amis, peints au fil des jours et des saisons, dans la lumière changeante qui traverse sa maison toujours ouverte, peuplent l’œuvre de Jeanne Coquard qui partagea sa vie avec le peintre Jean-Claude Imbert (1919-1993).

Musée Louis Vouland
17 rue Victor Hugo
84000 Avignon
04 90 86 03 79
www.vouland.com


► Jusqu'au 31 décembre 

EXPOSITION 
"CIRCUIT COURT"

Une exposition sous le signe du "local", et du mouvement. Paysages, scènes de la vie quotidienne, portraits et natures mortes, peintres des 19e et 20e siècles liés à Avignon ou sa région, œuvres issues de collections particulières des environs d'Avignon et du musée Vouland. 

Musée Louis Vouland
17 rue Victor Hugo
84000 Avignon
04 90 86 03 79
www.vouland.com


89 - Yonne

► Le 26 mai

ACTIVITÉS SENSORIELLES 
"VIN ET PARFUM"

La Cité des Climats et vins de Bourgogne vous fait plonger pendant 2h dans un univers olfactif unique mêlant dégustation de vin et art de la parfumerie. Au programme : découverte des arômes des vins, dégustation sensorielle, création de son propre parfum, et plus encore.(Alternative pour les mineurs et les non-buveurs d'alcool).

Cite de Beaune
https://reservation.citeclimatsvins-bourgogne.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités