Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Encore beaucoup d’huile de palme « sale » dans nos assiettes et nos produits de beauté
Actualités

Encore beaucoup d’huile de palme « sale » dans nos assiettes et nos produits de beauté

Colgate-Palmolive, General Mills, Hershey, Kellog’s, Kraft Heinz, L’Oréal, Mars, Mondelez, Nestlé, PepsiCo, Reckitt Benckiser et Unilever… Si on lit ainsi cette liste, il est difficile de trouver un point commun à ces douze multinationales de l’agroalimentaire et des cosmétiques.

C’est Greenpeace qui établit le lien dans son enquête intitulée « Le compte à rebours final » et publiée ce mercredi. Ces douze grands noms utilisent de l’ huile de palme dans leurs produits qu’elles se procurent en partie auprès d’au moins vingt producteurs qui contribuent à la destruction des forêts tropicales en Indonésie.
130 000 ha de forêt détruits par ces 25 producteurs en trois ans

Pendant plusieurs mois, en combinant images satellitaires, plaintes déposées, rapports passés et enquêtes sur le terrain, Greenpeace a passé au crible les activités de 25 producteurs d’huile de palme en Indonésie. « Ces 25 producteurs, nous étions sûrs qu’ils contribuaient à la déforestation », explique à 20 Minutes Cécile Leuba, chargée de campagne et forêts chez Greenpeace France. Et pas qu’un peu. Ils sont à l’origine de la destruction de plus de 130 000 hectares de forêt depuis 2015, dont 51 600 se trouvent en Papouasie indonésienne, une des régions du monde les plus riches en biodiversité et jusque-là préservée de l’industrie de l’huile de palme.

Une fois cela établi, Greenepace a remonté les chaînes d’approvisionnement de 18 multinationales de l’agroalimentaire et des cosmétiques utilisant de l’huile de palme. « La filière peut être comparée à un sablier, décrit Cécile Leuba. D’un côté, on trouve les importateurs d’huile de palme, de l’autre les producteurs. Dans ces deux catégories, ils sont à chaque fois très nombreux. Mais, entre les deux, il y a une poignée de négociants qui jouent les intermédiaires, dont  Wilmar International, qui représente à lui seul 43 % du négoce de l’huile de palme dans le monde. »

Des promesses non tenues

Des 18 multinationales prises en compte par Greenpeace dans son rapport, toutes avaient des relatiosn commerciales avec Wilmar International, « à l’exception de Danone », précise Cécile Leuba. Or ce négociant est aussi le principal client de 18 des 25 producteurs d’huile de palme ciblés par l’ONG. « Nous avons également vérifié, point par point, les liens qui pouvaient exister entre les 25 producteurs d’huile de palme et les 18 multinationales, poursuit Cécile Leuba. Nous avons ainsi découvert que 12 de ces 18 multinationales s’approvisionnaient [soit par l’intermédiaire de Wilmar International, soit par l’intermédiaire d’un autre négociant] auprès d’au moins 20 producteurs pris en compte dans notre enquête. » Et les six autres multinationales ? « Elles sont au-dessous des 20, mais aucune ne parvient à assurer à ses clients que ses produits alimentaires contiennent que de l’huile de palme zéro déforestation. »

Et c’est tout le problème pour Greenpeace sachant que l’ensemble de la filière – des importateurs aux producteurs en passant par les négociants – s’est progressivement engagé depuis 2010 à une politique « zéro déforestation ». Y compris Wilmar International qui avait suscité beaucoup d’espoir en 2013 en s’engageant à cesser « toute déforestation, toute destruction de tourbière, toute exploitation humaine ». Plusieurs grandes marques ont assuré à leurs clients qu’elles n’utiliseraient plus que de l’huile de palme « zéro déforestation » d’ici 2020. « Nous sommes à 500 jours de cette échéance et nous constatons qu’aucun acteur de la filière pris en compte dans cette enquête est sur la bonne trajectoire pour atteindre cet objectif. »

Un suivi des approvisionnements trop peu sérieux ?

Pourtant, des outils existent, comme High Carbon stock (HCS). « Cette méthodologie scientifique permet à un producteur qui s’engage dans une politique zéro déforestation d’identifier sur sa plantation les zones de forts protégées et celles qui ne le sont pas, explique Cécile Leuba. Elle n’est certes pas très simple à appliquer et certains producteurs peuvent laisser entendre qu’ils l’appliquent très bien sur une partie de leurs plantations en ayant de toutes autres pratiques sur d’autres parcelles. »

Pas simple donc de séparer le bon grain de l’ivraie. C’est alors la principale critique de Greenpeace à l’encontre des acheteurs d’huile de palme, multinationales comme négociants. « Ils manquent d’engagement et de sérieux sur le suivi de leurs approvisionnements, déplore Cécile Leuba. Ces entreprises attendent que nous toquions à leurs portes pour leur mettre sous les yeux les agissements de leurs fournisseurs. »

Une production qui grimpe, une déforestation qui s’accélère…

Et si c’est une question de volume, d’un manque d’huile de palme « zéro déforestation » sur le marché, alors Greenpeace demande tout simplement à ces multinationales de revoir à la baisse leur utilisation d’huile de palme. Peu chère à produire, elle est l’huile la plus consommée au monde, devant les huiles de soja, de colza et de tournesol. On en retrouve dans des produits alimentaires (80 % des usages), cosmétiques (10 %) et de plus en plus aussi transformée en carburant (10 %). « La demande et donc la production ne cessent de croître, rappelle Cécile Leuba. Nous sommes passés de 21 millions de tonnes produites en 2000 à 69 millions aujourd’hui. »

Cette hause de la production se fait au prix d’une déforestation massive en Malaisie et en Indonésie qui représentent à eux deux 85 % de la production mondiale d’huile de palme. Puits de carbone, ces forêts tropicales d’Asie du Sud-Est contribuent pourtant à lutter contre le réchauffement climatique. Elles abritent aussi une importante biodiversité. A commencer par les  orangs-outangs dont le déclin actuel des populations est plus rapide que ce que l'on pensait.


Source : 20 minutes
Crédit : ULET IFANSATI / GREENPEACE

Déboisement pour la plantation de palmiers à huile dans la concession PT Megakarya Jaya Raya, en Papouasie.

Encore beaucoup d’huile de palme « sale » dans nos assiettes et nos produits de beauté Actualités

Encore beaucoup d’huile de palme « sale » dans nos assiettes et nos produits de beauté

Colgate-Palmolive, General Mills, Hershey, Kellog’s, Kraft Heinz, L’Oréal, Mars, Mondelez, Nestlé, PepsiCo, Reckitt Benckiser et Unilever… Si on lit ainsi cette liste, il est difficile de trouver un point commun à ces douze multinationales de l’agroalimentaire et des cosmétiques.

C’est Greenpeace qui établit le lien dans son enquête intitulée « Le compte à rebours final » et publiée ce mercredi. Ces douze grands noms utilisent de l’ huile de palme dans leurs produits qu’elles se procurent en partie auprès d’au moins vingt producteurs qui contribuent à la destruction des forêts tropicales en Indonésie.
130 000 ha de forêt détruits par ces 25 producteurs en trois ans

Pendant plusieurs mois, en combinant images satellitaires, plaintes déposées, rapports passés et enquêtes sur le terrain, Greenpeace a passé au crible les activités de 25 producteurs d’huile de palme en Indonésie. « Ces 25 producteurs, nous étions sûrs qu’ils contribuaient à la déforestation », explique à 20 Minutes Cécile Leuba, chargée de campagne et forêts chez Greenpeace France. Et pas qu’un peu. Ils sont à l’origine de la destruction de plus de 130 000 hectares de forêt depuis 2015, dont 51 600 se trouvent en Papouasie indonésienne, une des régions du monde les plus riches en biodiversité et jusque-là préservée de l’industrie de l’huile de palme.

Une fois cela établi, Greenepace a remonté les chaînes d’approvisionnement de 18 multinationales de l’agroalimentaire et des cosmétiques utilisant de l’huile de palme. « La filière peut être comparée à un sablier, décrit Cécile Leuba. D’un côté, on trouve les importateurs d’huile de palme, de l’autre les producteurs. Dans ces deux catégories, ils sont à chaque fois très nombreux. Mais, entre les deux, il y a une poignée de négociants qui jouent les intermédiaires, dont  Wilmar International, qui représente à lui seul 43 % du négoce de l’huile de palme dans le monde. »

Des promesses non tenues

Des 18 multinationales prises en compte par Greenpeace dans son rapport, toutes avaient des relatiosn commerciales avec Wilmar International, « à l’exception de Danone », précise Cécile Leuba. Or ce négociant est aussi le principal client de 18 des 25 producteurs d’huile de palme ciblés par l’ONG. « Nous avons également vérifié, point par point, les liens qui pouvaient exister entre les 25 producteurs d’huile de palme et les 18 multinationales, poursuit Cécile Leuba. Nous avons ainsi découvert que 12 de ces 18 multinationales s’approvisionnaient [soit par l’intermédiaire de Wilmar International, soit par l’intermédiaire d’un autre négociant] auprès d’au moins 20 producteurs pris en compte dans notre enquête. » Et les six autres multinationales ? « Elles sont au-dessous des 20, mais aucune ne parvient à assurer à ses clients que ses produits alimentaires contiennent que de l’huile de palme zéro déforestation. »

Et c’est tout le problème pour Greenpeace sachant que l’ensemble de la filière – des importateurs aux producteurs en passant par les négociants – s’est progressivement engagé depuis 2010 à une politique « zéro déforestation ». Y compris Wilmar International qui avait suscité beaucoup d’espoir en 2013 en s’engageant à cesser « toute déforestation, toute destruction de tourbière, toute exploitation humaine ». Plusieurs grandes marques ont assuré à leurs clients qu’elles n’utiliseraient plus que de l’huile de palme « zéro déforestation » d’ici 2020. « Nous sommes à 500 jours de cette échéance et nous constatons qu’aucun acteur de la filière pris en compte dans cette enquête est sur la bonne trajectoire pour atteindre cet objectif. »

Un suivi des approvisionnements trop peu sérieux ?

Pourtant, des outils existent, comme High Carbon stock (HCS). « Cette méthodologie scientifique permet à un producteur qui s’engage dans une politique zéro déforestation d’identifier sur sa plantation les zones de forts protégées et celles qui ne le sont pas, explique Cécile Leuba. Elle n’est certes pas très simple à appliquer et certains producteurs peuvent laisser entendre qu’ils l’appliquent très bien sur une partie de leurs plantations en ayant de toutes autres pratiques sur d’autres parcelles. »

Pas simple donc de séparer le bon grain de l’ivraie. C’est alors la principale critique de Greenpeace à l’encontre des acheteurs d’huile de palme, multinationales comme négociants. « Ils manquent d’engagement et de sérieux sur le suivi de leurs approvisionnements, déplore Cécile Leuba. Ces entreprises attendent que nous toquions à leurs portes pour leur mettre sous les yeux les agissements de leurs fournisseurs. »

Une production qui grimpe, une déforestation qui s’accélère…

Et si c’est une question de volume, d’un manque d’huile de palme « zéro déforestation » sur le marché, alors Greenpeace demande tout simplement à ces multinationales de revoir à la baisse leur utilisation d’huile de palme. Peu chère à produire, elle est l’huile la plus consommée au monde, devant les huiles de soja, de colza et de tournesol. On en retrouve dans des produits alimentaires (80 % des usages), cosmétiques (10 %) et de plus en plus aussi transformée en carburant (10 %). « La demande et donc la production ne cessent de croître, rappelle Cécile Leuba. Nous sommes passés de 21 millions de tonnes produites en 2000 à 69 millions aujourd’hui. »

Cette hause de la production se fait au prix d’une déforestation massive en Malaisie et en Indonésie qui représentent à eux deux 85 % de la production mondiale d’huile de palme. Puits de carbone, ces forêts tropicales d’Asie du Sud-Est contribuent pourtant à lutter contre le réchauffement climatique. Elles abritent aussi une importante biodiversité. A commencer par les  orangs-outangs dont le déclin actuel des populations est plus rapide que ce que l'on pensait.


Source : 20 minutes
Crédit : ULET IFANSATI / GREENPEACE

Déboisement pour la plantation de palmiers à huile dans la concession PT Megakarya Jaya Raya, en Papouasie.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


09 - Ariège

Le 15 février

"FABRIQUE TA FLÈCHE ET TON PROPULSEUR ! "

Au coin du feu, vous vous transformerez en chasseur préhistorique ! Vous fabriquerezune flèche et un propulseur en bois avec les moyens disponibles au néolithique… Le tout se terminera par un bon goûter de chez nous !
Le samedi 15 février 2020 de 14h à 17h30. Sur inscription. 8,50 €/adulte – 7 €/enfant.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


Le 22 février

BALLADE EN RAQUETTE
"À LA DÉCOUVERTE DES TRACES DANS LA NEIGE..."

Venez découvrir la neige autrement. Vous apprendrez à lire la neige, à fabriquer un abri, à allumer un feu dans la neige ou interpréter des traces sur la neige...(Pique-nique tiré du sac).
Le samedi 22 février de 10h à 17h30. Sur inscription. 30 €/adulte & 25 €/enfant à partir de 12 ans. Location de raquettes : 5 €/personne.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


11 - Aude

Le 26 janvier

"L'UNIVERS DES POTIERS"

Plongez dans l'univers des potiers lors d'une visite guidée au musée. Tarif : 5 € / 3 €

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


22 - Côtes d'Armor

Du 15 décembre au 15 mars

EXPOSITION
"FRONDAISONS"
La fabrique d’un maquis de l’Argoat

Le pôle de l'Étang-Neuf présente l'oeuvre de Sophie Zénon, "Frondaisons", la fabrique de l'image d'un maquis de l'Argoat, une exposition de photographies et de vidéos.

Pôle de l'Étang-Neuf
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février

EXPOSITION
"Ensor, Magritte, Alechinsky..."

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Du 20 janvier au 2 avril

ATELIERS
"L’ŒIL ET LA MAIN"

Le Musée de la Lunette organise  une visite de l’exposition temporaire « Les lunettes en voient de toutes les couleurs ». Les enfants découvriront l’utilisation de la couleur en lunetterie, ses principes et surtout son design inspirant ! Ils participeront par la suite à un atelier artistique animé par l’une de nos artistes plasticiennes. Cet atelier est à destination des scolaires, de la maternelle au collège.

Musée de la Lunette
Place Jean Jaurès
39400 Morez - Hauts de Bienne
03 84 33 39 30
www.musee-lunette.fr


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


De janvier à mars

SEJOURS SCOLAIRES
"LES 4 ÉLÉMENTS" et "L'AUVERGNE DES NEIGES"

Des tarifs imbattables sur les séjours scolaires pour les mois de janvier, février et mars 2020 ! Séjours à réserver rapidement.

.Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


65 - Hautes-Pyrénées

Le 15 février

EXPÉDITION SOUTERRAINE
"GRAVER ET PEINDRE DANS UNE GROTTE"

Aller au fond d’une grotte pour peindre ou graver n’est pas une chose anodine ! Évoluer sur un sol accidenté, marcher, ramper ou encore escalader des parois dans l’obscurité et l’humidité montre que nos ancêtres prenaient des risques insensés ! Venez vivre un parcours initiatique dans la préhistoire. Réservation obligatoire. A partir de 8 ans.

Grottes préhistoriques de Gargas/Nestplori@
Route départementale 261
65660 Aventignan
https://grottesdegargas.fr


81 - Tarn

Jusqu'au 2 février

EXPOSITION
"PRESQUE"

Emmanuelle Pernet nous présente cette année, au travers d’une vingtaine de des-sins et d’une installation, son travail sur le mouvement et la persistance rétinienne.

Muséum d’histoire naturelle Philadelphe-Thomas
2 place Philadelphe Thomas
81600 Gaillac
05 63 57 36 31
www.ville-gaillac.fr


88 - Vosges

Du 21 au 23 février

SALON DES ANTIQUAIRES ET DE LA BROCANTE VOSGIENNE

35ème salon des antiquaires au Centre des Congrès à Épinal. 70 exposants venant de toute la France seront présents à cette occasion, venez chiner la lampe qui manque à votre salon !

Office de Tourisme
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités