Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Florange : ArcelorMittal soupçonné d'avoir déversé de l'acide dans la nature
Actualités

Florange : ArcelorMittal soupçonné d'avoir déversé de l'acide dans la nature

Tous les jours, de décembre 2016 à février 2017, il déversait 24 m3 d'acide usagé dans le dépotoir de l'usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), au lieu de le recycler. Voici ce qu'a révélé lundi à France Bleu Lorraine Nord un ancien chauffeur de camion sous-traitant de l'usine sidérurgique.

Sur ordre de ses supérieurs, cet employé - qui souhaite rester anonyme - effectuait cette tâche «avec la complicité de salariés d'Arcelor qui me donnaient les bons [de livraison]». Ces papiers stipulaient que le liquide n'était autre que «de la boue de fer ou de la boue d'épuration». De cette façon, l'entreprise évitait de confier l'acide au centre de recyclage de Malancourt-la-Montagne, -situé à une heure et demie de route-, une opération bien plus onéreuse.

«À Florange, je me retrouvais dans un crassier à devoir brancher mes tuyaux et déverser mon chargement en pleine nature, directement au sol, poursuit le chauffeur. Les rochers éclataient à cause de l'acidité du produit. Le soir, je rentrais avec les yeux rouges». Le chauffeur de camion, aujourd'hui au chômage, a fini par confier ses agissements à un pompier du site de Florange. L'entreprise l'a rapidement appris et décidé de le licencier pour «rupture de discrétion commerciale».

D'autres sous-traitants concernés ?

«France Bleu Lorraine Nord» n'est pas le premier média à traiter le dossier. Le 29 juin, «Le Républicain Lorrain», se basant sur le même témoignage, alerte que ces déversements de substances hautement toxiques, utilisées pour décaper l'acier transformé dans l'usine à froid, auraient déjà fait une victime. Un habitant du village mosellan affirme que son chien serait décédé trois semaine après bu du liquide au bord du crassier. «Sur place, nous avons effectivement constaté des traînées blanches sur le versant du crassier. Mais aussi des liquides orangés stagnants et autres mousses jaunes», décrit le journal.

Le lendemain, «Le Républicain Lorrain» ajoute qu’un autre sous-traitant -Malézieux- se serait lui aussi servi du dépotoir pour jeter les contenants des bassins d’orage, destinés à collecter les eaux polluées sur les routes. «On aspirait des bassins d’orage [sur le site d’ArcelorMittal], on pompait de la boue mélangée à de l’huile et des produits acide. On voyait les auréoles d’huile. Des produits qui devaient être traités chez Cédilor (NDLR. centre de recyclage situé à Malancourt-la-Montagne). Le personnel d’Arcelor, avec Veolia, faisait passer ça sous un autre nom. On allait tout déverser au crassier», confie un ancien salarié.

Arcelor nie toute responsabilité dans ces «prétendus versements»

«Il y a bien eu des déversements d'acide» dans le crassier de Marspich, où vont les déchets de l'usine ArcelorMittal de Florange, «mais on en ignore encore l'importance», a indiqué mardi Michel Liebgott, le président de la communauté d'agglomération du Val de Fensch à l'issue d'une réunion mardi avec les maires de Florange et Hayange ainsi que la direction d'ArcelorMittal.

Arcelor a nié toute responsabilité dans ces «prétendus versements», et ordonné l'ouverture d'une enquête interne «pour faire toute la lumière sur les faits». S'ils étaient avérés, «ils seraient extrêmement graves et contraires à toutes les règles d'ArcelorMittal en matière de gestion des résidus (...) et seraient le fait de personnes isolées au sein d’ArcelorMittal ou des entreprises sous-traitantes», a ajouté le groupe.

«Pour l'instant, ce qui est avéré c'est qu'il y a eu des versements d'acide, mais on n'en connaît pas l'importance», a expliqué Michel Liebgot. «Nous devons nous revoir la semaine prochaine, une fois que les enquêtes menées en interne par Arcelor ainsi que par la Dréal (direction régionale de l'environnement, ndlr) seront terminées», a-t-il ajouté, précisant que «la communauté d'agglomération se pose la question de porter plainte contre X», tout comme ArcelorMittal.
 

Source : Le Parisien
Crédit : PIERRE HECKLER / MAXPPP

Un ancien intérimaire d'une entreprises sous-traitante pour ArcelorMittal à Florange affirme avoir déversé de l'acide dans le crassier du site pendant trois mois.

Florange : ArcelorMittal soupçonné d'avoir déversé de l'acide dans la nature Actualités

Florange : ArcelorMittal soupçonné d'avoir déversé de l'acide dans la nature

Tous les jours, de décembre 2016 à février 2017, il déversait 24 m3 d'acide usagé dans le dépotoir de l'usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), au lieu de le recycler. Voici ce qu'a révélé lundi à France Bleu Lorraine Nord un ancien chauffeur de camion sous-traitant de l'usine sidérurgique.

Sur ordre de ses supérieurs, cet employé - qui souhaite rester anonyme - effectuait cette tâche «avec la complicité de salariés d'Arcelor qui me donnaient les bons [de livraison]». Ces papiers stipulaient que le liquide n'était autre que «de la boue de fer ou de la boue d'épuration». De cette façon, l'entreprise évitait de confier l'acide au centre de recyclage de Malancourt-la-Montagne, -situé à une heure et demie de route-, une opération bien plus onéreuse.

«À Florange, je me retrouvais dans un crassier à devoir brancher mes tuyaux et déverser mon chargement en pleine nature, directement au sol, poursuit le chauffeur. Les rochers éclataient à cause de l'acidité du produit. Le soir, je rentrais avec les yeux rouges». Le chauffeur de camion, aujourd'hui au chômage, a fini par confier ses agissements à un pompier du site de Florange. L'entreprise l'a rapidement appris et décidé de le licencier pour «rupture de discrétion commerciale».

D'autres sous-traitants concernés ?

«France Bleu Lorraine Nord» n'est pas le premier média à traiter le dossier. Le 29 juin, «Le Républicain Lorrain», se basant sur le même témoignage, alerte que ces déversements de substances hautement toxiques, utilisées pour décaper l'acier transformé dans l'usine à froid, auraient déjà fait une victime. Un habitant du village mosellan affirme que son chien serait décédé trois semaine après bu du liquide au bord du crassier. «Sur place, nous avons effectivement constaté des traînées blanches sur le versant du crassier. Mais aussi des liquides orangés stagnants et autres mousses jaunes», décrit le journal.

Le lendemain, «Le Républicain Lorrain» ajoute qu’un autre sous-traitant -Malézieux- se serait lui aussi servi du dépotoir pour jeter les contenants des bassins d’orage, destinés à collecter les eaux polluées sur les routes. «On aspirait des bassins d’orage [sur le site d’ArcelorMittal], on pompait de la boue mélangée à de l’huile et des produits acide. On voyait les auréoles d’huile. Des produits qui devaient être traités chez Cédilor (NDLR. centre de recyclage situé à Malancourt-la-Montagne). Le personnel d’Arcelor, avec Veolia, faisait passer ça sous un autre nom. On allait tout déverser au crassier», confie un ancien salarié.

Arcelor nie toute responsabilité dans ces «prétendus versements»

«Il y a bien eu des déversements d'acide» dans le crassier de Marspich, où vont les déchets de l'usine ArcelorMittal de Florange, «mais on en ignore encore l'importance», a indiqué mardi Michel Liebgott, le président de la communauté d'agglomération du Val de Fensch à l'issue d'une réunion mardi avec les maires de Florange et Hayange ainsi que la direction d'ArcelorMittal.

Arcelor a nié toute responsabilité dans ces «prétendus versements», et ordonné l'ouverture d'une enquête interne «pour faire toute la lumière sur les faits». S'ils étaient avérés, «ils seraient extrêmement graves et contraires à toutes les règles d'ArcelorMittal en matière de gestion des résidus (...) et seraient le fait de personnes isolées au sein d’ArcelorMittal ou des entreprises sous-traitantes», a ajouté le groupe.

«Pour l'instant, ce qui est avéré c'est qu'il y a eu des versements d'acide, mais on n'en connaît pas l'importance», a expliqué Michel Liebgot. «Nous devons nous revoir la semaine prochaine, une fois que les enquêtes menées en interne par Arcelor ainsi que par la Dréal (direction régionale de l'environnement, ndlr) seront terminées», a-t-il ajouté, précisant que «la communauté d'agglomération se pose la question de porter plainte contre X», tout comme ArcelorMittal.
 

Source : Le Parisien
Crédit : PIERRE HECKLER / MAXPPP

Un ancien intérimaire d'une entreprises sous-traitante pour ArcelorMittal à Florange affirme avoir déversé de l'acide dans le crassier du site pendant trois mois.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

21 - COTES-D'OR

Du 8 avril 2017 au 7 janvier 2018
"SAUVAGES"

Lynx boréal, Ours brun, Loup gris, Renard roux et Loutre d'Europe.
Cette nouvelle exposition propose une mise en scène originale adaptée à un public familial. De nombreuses illustrations, schémas, spécimens naturalisés, pièces archéologiques et ostéologiques, témoignages d’experts… apportent des éléments objectifs, de façon claire et synthétique sur ces cinq Mammifères Carnivores. Le visiteur pourra ainsi, en toute connaissance de cause, avoir un avis éclairé sur la place qu’il serait prêt à leur laisser.

Jardin des sciences
Avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville (Parc de l’Arquebuse)
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


30 - GARD

14 avril au 1er mai
"VENEZ VOLER DANS LA GROTTE DE LA SALAMANDRE"

Vivez une expérience extraordinaire : voler en ballon dans une énorme caverne… Embarquer dans l’’Aéroplume, un ballon plus léger que l’’air, mu par la force humaine.

Grotte de la Salamandre
30430 Méjannes le Clap
04 66 600 600
www.grottedelasalamandre.com


40 - LANDES

Du 15 avril au 26 novembre

"L'ART DES CHASSEURS PRÉHISTORIQUES"

A travers cette exposition, la Maison de la Dame propose de découvrir toutes les facettes de l'art des chasseurs préhistoriques.

La Maison de la Dame de Brassempouy
404 rue du Musée
40330 Brassempouy
05 58 89 21 73
www.prehistoire-brassempouy.fr


70 - HAUTE-SAONE

Du 29 septembre au 22 décembre
"LA SÉGRÉGATION ET LA GLOIRE, LES SOLDATS NOIRS-AMÉRICAINS AU CŒUR DE LA GRANDE GUERRE"

Cette exposition traite de l’engagement des noirs-américains dans la 1ère guerre mondiale. Ces derniers bien que libérés de l’esclavage en 1865 subissaient alors des discriminations économiques et sociales auxquelles s’ajoutaient dans les états du Sud des Etats-Unis, la ségrégation raciale.

Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme
24 Grande Rue
70290 Champagney
03 84 23 25 45
www.maisondelanegritude.fr


74 - HAUTE-SAVOIE

Jusqu'au 31 décembre 2018
EXPOSITION TEMPORAIRE
"Sibérie centrale et orientale"

Muséum des Papillons
et Insectes du Château de Faverges

293 chemin de la Vie Plaine
74210 Faverges
07 78 41 33 51
www.museum-faverges.com


81 - TARN

Du 1er décembre au 31 janvier 2018
FESTIVAL DES LANTERNES
Féérie des lumières d'Asie

Chaque soir à la tombée de la nuit, la féérie des lanternes chinoises illumine le site classé du parc Foucaud.
Autour du château, sous les arbres millénaires ornés de lumière, dans les bassins et pièces d'eau, vingt tableaux se succèdent entre pagodes, temples asiatiques, animaux fantastiques, nénuphars et autres pandas.

Parc de Foucaud
Avenue Dom Vaysette
81600 Gaillac
https://festivaldeslanternes-gaillac.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités