Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Donald Trump: un coup dur pour la lutte contre le réchauffement climatique
Actualités

Donald Trump: un coup dur pour la lutte contre le réchauffement climatique

Un résultat qui fait tousser bien des ONG et autres défenseurs de l’environnement. Le nouveau président des Etats-Unis a multiplié les preuves pendant cette campagne que l’environnement était le cadet de ses soucis. L’élection de Donald Trump fait donc craindre un avenir bien gris pour le deuxième pays le plus pollueur du monde… et surtout la planète entière.

Le réchauffement, un « canular des Chinois »

C’est simple, pour le nouveau président des Etats-Unis, le changement climatique n’existe pas. Les ouragans, inondations, vagues de froid et autres tsunamis ? Rien de nouveau sous le soleil, répondait le candidat : « Ça a toujours été comme ça, le temps change, il y a des tempêtes, de la pluie, et des belles journées. » Voire pire : le changement climatique un « canular créé par et pour les Chinois afin de rendre l’industrie manufacturière américaine non compétitive », avait avancé le milliardaire en 2015.

Se retirer de l’accord de Paris ?

S’il est hasardeux d’imaginer l’avenir de la planète sous l’ère Trump, on peut avancer que le nouveau président américain ne sera pas un militant vert… Il avait ainsi assuré pendant la campagne : « Je vais annuler l’accord de Paris sur le climat. ». Un accord entré en vigueur vendredi dernier.

Mais Ségolène Royal se veut rassurante : non, Donald Trump ne pourra décider seul de quitter l’accord. « L’accord de Paris dit lui-même que pendant trois ans on ne peut pas en sortir », a expliqué la ministre de l’Environnement au micro de RTL.

Mais selon le conseiller énergie de Trump,interrogé le 25 octobre en Virginie, le président a déjà bâti une stratégie : il devrait présenter le texte de l’accord au Sénat. Qui ne le ratifierait pas. Et Trump pourrait alors annoncer que les États-Unis se retirent du processus.

Mais pour Nicholas Dungan, directeur de recherche à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS), il n’aura même pas à se donner cette peine. « L’accord de Paris n’est pas un traité, rappelle ce spécialiste des Etats-Unis. Il n’a ni valeur juridique, ni sanction. Donald Trump n’a pas besoin d’y renoncer, il suffit de ne pas respecter ses engagements. » Une mauvaise nouvelle, donc, pour tous ceux qui voyaient dans cet accord de Paris une avancée.

Développer les énergies fossiles

Business avant santé. En janvier dernier, Trump affirmait même vouloir supprimer les subventions données à l’agence de protection de l’environnement américaine (EPA), une structure indépendante qui vise à étudier et protéger la nature et la santé des citoyens des États-Unis. Avec pour argument, à nouveau, que cette structure agit comme « un obstacle à la croissance et à l’emploi ».

Logiquement, il n’a pas à cœur de limiter charbon pour développer l’éolien. Pétrole, charbon sont ses marottes. Mais surtout le gaz de schiste, pourtant assez polémique. Il veut lever les restrictions à la production d’énergies fossiles et relancer le projet d’oléoduc Keystone XL.

Même si le nouveua Président n’exclut pas de s’intéresser à la pollution. « La propreté de l’air est un problème pressant. On veut un air et une eau propres. C’est très important pour moi », estimait-il fin 2015. Selon Le Figaro, il pourrait même développer les énergies renouvelables comme « l’éolien et le solaire », même si ce serait à côté des énergies fossiles.

Vraiment tout puissant ?

Nicholas Dungan, spécialiste des Etats-Unis, met en garde : « Certes, Trump n’est pas le choix des pro-environnement. Mais entre ce qu’il a dit pendant la campagne et ce qu’il va faire, il peut y avoir d’immenses différences. D’autant qu’il n’a jamais gouverné quoi que ce soit, si ce n’est son business. C’est trop tôt pour savoir s’il sera sensible aux opinions, aux pressions des autres pays. »

Certes, le président des Etats-Unis a un poids fondamental dans les décisions internationales sur le climat. Mais il devra composer avec la Chambre des représentants et le Sénat, où Républicains et Démocrates ne partagent pas forcément les idées de Trump. Mais également avec des entreprises qui ont déjà adopté des mesures pour limiter la pollution.

Ainsi, Achim Steiner, ex-directeur exécutif du Programme des Nations-Unies, rappelle dans le Sciences et Avenir : « L’économie mondiale a déjà commencé à évoluer vers un futur à bas carbone. Les marchés et les économies vont modérer les choix futurs de la politique américaine d’autant que les entreprises américaines et les investisseurs évaluent ce qui va continuer à rendre l’économie compétitive et investissent déjà dans des infrastructures à bas carbone ».

Et Pascal Canfin, directeur de WWF, nuance la portée des décisions du nouveau président climatoseptique. Dans un billet sur LinkedIn, l’ancien ministre délégué au Développement explique que : « le débat climatique est très polarisé dans le pays entre par exemple des États pétroliers et charbonniers d’un côté et de l’autre la Californie, l’un des leaders mondiaux de la transition énergétique et de la jonction entre économie verte et économie digitale.

Par ailleurs, de nombreuses grandes villes américaines, de Seattle à New York ont pris des décisions positives sur le climat et peuvent les mettre en œuvre quel que soit le gouvernement fédéral. »

 

Source : 20 minutes - Oihana Gabriel
Crédit : Saul Loeb AFP

Donald Trump est assez favorable au charbon comme source d'énergie.

Donald Trump: un coup dur pour la lutte contre le réchauffement climatique Actualités

Donald Trump: un coup dur pour la lutte contre le réchauffement climatique

Un résultat qui fait tousser bien des ONG et autres défenseurs de l’environnement. Le nouveau président des Etats-Unis a multiplié les preuves pendant cette campagne que l’environnement était le cadet de ses soucis. L’élection de Donald Trump fait donc craindre un avenir bien gris pour le deuxième pays le plus pollueur du monde… et surtout la planète entière.

Le réchauffement, un « canular des Chinois »

C’est simple, pour le nouveau président des Etats-Unis, le changement climatique n’existe pas. Les ouragans, inondations, vagues de froid et autres tsunamis ? Rien de nouveau sous le soleil, répondait le candidat : « Ça a toujours été comme ça, le temps change, il y a des tempêtes, de la pluie, et des belles journées. » Voire pire : le changement climatique un « canular créé par et pour les Chinois afin de rendre l’industrie manufacturière américaine non compétitive », avait avancé le milliardaire en 2015.

Se retirer de l’accord de Paris ?

S’il est hasardeux d’imaginer l’avenir de la planète sous l’ère Trump, on peut avancer que le nouveau président américain ne sera pas un militant vert… Il avait ainsi assuré pendant la campagne : « Je vais annuler l’accord de Paris sur le climat. ». Un accord entré en vigueur vendredi dernier.

Mais Ségolène Royal se veut rassurante : non, Donald Trump ne pourra décider seul de quitter l’accord. « L’accord de Paris dit lui-même que pendant trois ans on ne peut pas en sortir », a expliqué la ministre de l’Environnement au micro de RTL.

Mais selon le conseiller énergie de Trump,interrogé le 25 octobre en Virginie, le président a déjà bâti une stratégie : il devrait présenter le texte de l’accord au Sénat. Qui ne le ratifierait pas. Et Trump pourrait alors annoncer que les États-Unis se retirent du processus.

Mais pour Nicholas Dungan, directeur de recherche à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS), il n’aura même pas à se donner cette peine. « L’accord de Paris n’est pas un traité, rappelle ce spécialiste des Etats-Unis. Il n’a ni valeur juridique, ni sanction. Donald Trump n’a pas besoin d’y renoncer, il suffit de ne pas respecter ses engagements. » Une mauvaise nouvelle, donc, pour tous ceux qui voyaient dans cet accord de Paris une avancée.

Développer les énergies fossiles

Business avant santé. En janvier dernier, Trump affirmait même vouloir supprimer les subventions données à l’agence de protection de l’environnement américaine (EPA), une structure indépendante qui vise à étudier et protéger la nature et la santé des citoyens des États-Unis. Avec pour argument, à nouveau, que cette structure agit comme « un obstacle à la croissance et à l’emploi ».

Logiquement, il n’a pas à cœur de limiter charbon pour développer l’éolien. Pétrole, charbon sont ses marottes. Mais surtout le gaz de schiste, pourtant assez polémique. Il veut lever les restrictions à la production d’énergies fossiles et relancer le projet d’oléoduc Keystone XL.

Même si le nouveua Président n’exclut pas de s’intéresser à la pollution. « La propreté de l’air est un problème pressant. On veut un air et une eau propres. C’est très important pour moi », estimait-il fin 2015. Selon Le Figaro, il pourrait même développer les énergies renouvelables comme « l’éolien et le solaire », même si ce serait à côté des énergies fossiles.

Vraiment tout puissant ?

Nicholas Dungan, spécialiste des Etats-Unis, met en garde : « Certes, Trump n’est pas le choix des pro-environnement. Mais entre ce qu’il a dit pendant la campagne et ce qu’il va faire, il peut y avoir d’immenses différences. D’autant qu’il n’a jamais gouverné quoi que ce soit, si ce n’est son business. C’est trop tôt pour savoir s’il sera sensible aux opinions, aux pressions des autres pays. »

Certes, le président des Etats-Unis a un poids fondamental dans les décisions internationales sur le climat. Mais il devra composer avec la Chambre des représentants et le Sénat, où Républicains et Démocrates ne partagent pas forcément les idées de Trump. Mais également avec des entreprises qui ont déjà adopté des mesures pour limiter la pollution.

Ainsi, Achim Steiner, ex-directeur exécutif du Programme des Nations-Unies, rappelle dans le Sciences et Avenir : « L’économie mondiale a déjà commencé à évoluer vers un futur à bas carbone. Les marchés et les économies vont modérer les choix futurs de la politique américaine d’autant que les entreprises américaines et les investisseurs évaluent ce qui va continuer à rendre l’économie compétitive et investissent déjà dans des infrastructures à bas carbone ».

Et Pascal Canfin, directeur de WWF, nuance la portée des décisions du nouveau président climatoseptique. Dans un billet sur LinkedIn, l’ancien ministre délégué au Développement explique que : « le débat climatique est très polarisé dans le pays entre par exemple des États pétroliers et charbonniers d’un côté et de l’autre la Californie, l’un des leaders mondiaux de la transition énergétique et de la jonction entre économie verte et économie digitale.

Par ailleurs, de nombreuses grandes villes américaines, de Seattle à New York ont pris des décisions positives sur le climat et peuvent les mettre en œuvre quel que soit le gouvernement fédéral. »

 

Source : 20 minutes - Oihana Gabriel
Crédit : Saul Loeb AFP

Donald Trump est assez favorable au charbon comme source d'énergie.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


45 - Loiret

Du 9 au 24 octobre

CONCOURS PHOTOS
"AUTOMNE"  

L’automne est une saison extraordinaire à l’Arboretum des Grandes Bruyères. Les tableaux paysagers prennent des couleurs flamboyantes et les ambiances vous transportent en Chine et au Canada. Le rouge, l’orange et le jaune se déclinent en mille nuances éclatantes. Immergez-vous dans ces paysages, photographiez-les et tentez de gagner des cadeaux ! Ouvert à tous, petits et grands, amateurs et professionnels.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


Les 17 et 24 octobre

VISITES GUIDÉES - Arboretum des Grandes Bruyères
"DIMANCHE D'AUTOMNE"  

Visites guidées à 15h Certains arbres ont leurs plus beaux atours à l’automne. Ils revêtent leurs manteaux aux couleurs flamboyantes et créent entre eux des paysages exceptionnels. Au delà encore de la beauté, chacun a son histoire et ses petits secrets. Venez les découvrir et vous émerveiller ! Adulte 15 € / 6-12 ans 5 € / Gratuit jusqu'à 5 ans.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 7 novembre

EXPOSITION
"LA VIE SECRÈTE DU SOL"

Quand on sait que les organismes vivants du sol représentent environ ¼ des espèces animales connues et le rôle joué par ces organismes dans l’équilibre et la richesse des sols on comprend mieux l’importance de bien les connaitre pour mieux les protéger.
L’exposition « La vie secrète du sol », conçue et réalisée par le Centre Eden, lève le voile sur ce monde mystérieux, les mécanismes complexes et les interactions entre les organismes.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


74 - Haute-Savoie

Du 23 octobre au 6 novembre

ACRO AVENTURES TALLOIRES
"CHASSE AU TRÉSOR D’HALLOWEEN"

Partez à la chasse au trésor. Une activité familiale accessible à tous ! "Hervé l’Araignée" de 3 à 7 ans et "Le Fantôme des Dents de Lanfon" de 8 à 13 ans.

Acro'Aventures Talloires
Route de Planfait
74290 Talloires
06 07 56 90 58
www.talloires.acro-aventures.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités