Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des sites sacrés amérindiens détruits pour construire le mur de Trump en Arizona
Actualités

Des sites sacrés amérindiens détruits pour construire le mur de Trump en Arizona

Aux Etats-Unis, les équipes en charge de la construction du mur de Trump ont commencé à détruire des sites de l'Organ Pipe Cactus National Monument dans le désert de Sonora. Une opération dénoncée par la tribu des Tohono O'odham qui considère ces sites comme sacrés.

Alors que la justice a récemment autorisé le président Donald Trump à utiliser 3,6 milliards de dollars (environ 3,2 milliards d'euros) pour construire son mur à la frontière avec le Mexique, le projet est au coeur d'une nouvelle polémique. En Arizona, des sites d'une importance précieuse sont actuellement en train d'être détruits pour permettre la construction d'une nouvelle portion de la barrière.

C'est un membre du Congrès, Raúl M. Grijalva, qui a tiré la sonnette d'alarme dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux il y a quelques jours. Il y explique s'être récemment rendu au sein de l'Organ Pipe Cactus National Monument, un parc qui jouxte la frontière, et avoir constaté que les équipes avaient commencé à s'attaquer à plusieurs sites dont un connu sous le nom de Monument Hill.

Le problème est que la région d'Organ Pipe Cactus, localisée dans le désert de Sonora, recèle un double trésor. Depuis 1976, elle constitue une réserve de biosphère mondialement reconnue pour héberger des espèces végétales et animales rares. Mais le National Monument est également réputé pour abriter des sites considérés comme sacrés par la tribu voisine des Tohono O'odham.

Or, c'est précisément certains de ces sites que les équipes de construction ont commencé à détruire à l'explosif. Parmi eux, figure ainsi Monument Hill, une colline où les O'odham ont "inhumé avec respect" les membres d'autres tribus qu'ils ont combattues, y compris des guerriers apaches, précise Raúl M. Grijalva.

Une barrière à travers 70 km du parc

Interrogé par The Washington Post, les autorités ont confirmé les travaux. "L'entreprise de construction a démarré un dynamitage contrôlé, en préparation de la construction du nouveau système de mur de frontière au sein de la Roosevelt Reservation à Monument Mountain", a expliqué un porte-parole du U.S. Customs and Border Protection (CBP - Service des douanes et de la protection des frontières).

"Le dynamitage contrôlé est ciblé et se poursuivra par intermittence durant tout le mois", a-t-il précisé. Selon les responsables du projet, l'objectif est d'ériger une barrière de 9 mètres de haut qui traversera près de 70 kilomètres du parc national. Si la CBP a assuré mener une "surveillance environnementale" au cours des travaux, la tribu des Tohono O'odham elle, n'aurait nullement été consultée, dénonce Raúl Grijalva.

Le membre du congrès a expliqué avoir envoyé début janvier une lettre au Department of Homeland Security (Département de la Sécurité intérieure) afin d'exprimer de "sérieuses préoccupations" au sujet du projet de construction. Il y appelait à mener une consultation urgente avec la nation Tohono O’odham. "Je n'ai aucune réponse à aucune requête", a-t-il affirmé à CBS News.

"Il n'y a eu aucune consultation impliquant la nation. Ce gouvernement est simplement en train de piétiner l'histoire de la tribu - et pour dire violemment les choses, ses ancêtres", a-t-il poursuivi, qualifiant la destruction en cours de "sacrilège". En plus des sites funéraires présents sur place, des archéologues ont récemment identifié des endroits abritant des artéfacts et des ossements remontant jusqu'à 10.000 ans.

Des paysages en partie "massacrés"

D'après un rapport obtenu par le Washington Post l'an passé, la construction du mur pourrait affecter jusqu'à 22 sites archéologiques au sein de l'Organ Pipe Cactus National Monument. Et pas seulement, comme l'ont déploré des spécialistes qui s'inquiètent de l'impact que les opérations vont avoir sur l'écosystème unique et préservée de cette région d'Arizona.

Laiken Jordahl, spécialiste du Center for Biological Diversity travaillant sur les questions relatives aux frontières, s'est rendu sur place. Il s'est retrouvé face à des cactus abattus et des bulldozers. Les équipes de construction ont "massacré" des parties de la montagne, a-t-il affirmé au Washington Post. "Ça a complètement changé - une bande de terre a disparu en plein milieu".


Source : Géo
Crédit : Carolyn Van Houten/The Washington Post via Getty Images

Les équipes de construction du mur en plein travail en janvier dernier au niveau d'une montagne de l'Organ Pipe Cactus National Monument en Arizona.

Des sites sacrés amérindiens détruits pour construire le mur de Trump en Arizona Actualités

Des sites sacrés amérindiens détruits pour construire le mur de Trump en Arizona

Aux Etats-Unis, les équipes en charge de la construction du mur de Trump ont commencé à détruire des sites de l'Organ Pipe Cactus National Monument dans le désert de Sonora. Une opération dénoncée par la tribu des Tohono O'odham qui considère ces sites comme sacrés.

Alors que la justice a récemment autorisé le président Donald Trump à utiliser 3,6 milliards de dollars (environ 3,2 milliards d'euros) pour construire son mur à la frontière avec le Mexique, le projet est au coeur d'une nouvelle polémique. En Arizona, des sites d'une importance précieuse sont actuellement en train d'être détruits pour permettre la construction d'une nouvelle portion de la barrière.

C'est un membre du Congrès, Raúl M. Grijalva, qui a tiré la sonnette d'alarme dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux il y a quelques jours. Il y explique s'être récemment rendu au sein de l'Organ Pipe Cactus National Monument, un parc qui jouxte la frontière, et avoir constaté que les équipes avaient commencé à s'attaquer à plusieurs sites dont un connu sous le nom de Monument Hill.

Le problème est que la région d'Organ Pipe Cactus, localisée dans le désert de Sonora, recèle un double trésor. Depuis 1976, elle constitue une réserve de biosphère mondialement reconnue pour héberger des espèces végétales et animales rares. Mais le National Monument est également réputé pour abriter des sites considérés comme sacrés par la tribu voisine des Tohono O'odham.

Or, c'est précisément certains de ces sites que les équipes de construction ont commencé à détruire à l'explosif. Parmi eux, figure ainsi Monument Hill, une colline où les O'odham ont "inhumé avec respect" les membres d'autres tribus qu'ils ont combattues, y compris des guerriers apaches, précise Raúl M. Grijalva.

Une barrière à travers 70 km du parc

Interrogé par The Washington Post, les autorités ont confirmé les travaux. "L'entreprise de construction a démarré un dynamitage contrôlé, en préparation de la construction du nouveau système de mur de frontière au sein de la Roosevelt Reservation à Monument Mountain", a expliqué un porte-parole du U.S. Customs and Border Protection (CBP - Service des douanes et de la protection des frontières).

"Le dynamitage contrôlé est ciblé et se poursuivra par intermittence durant tout le mois", a-t-il précisé. Selon les responsables du projet, l'objectif est d'ériger une barrière de 9 mètres de haut qui traversera près de 70 kilomètres du parc national. Si la CBP a assuré mener une "surveillance environnementale" au cours des travaux, la tribu des Tohono O'odham elle, n'aurait nullement été consultée, dénonce Raúl Grijalva.

Le membre du congrès a expliqué avoir envoyé début janvier une lettre au Department of Homeland Security (Département de la Sécurité intérieure) afin d'exprimer de "sérieuses préoccupations" au sujet du projet de construction. Il y appelait à mener une consultation urgente avec la nation Tohono O’odham. "Je n'ai aucune réponse à aucune requête", a-t-il affirmé à CBS News.

"Il n'y a eu aucune consultation impliquant la nation. Ce gouvernement est simplement en train de piétiner l'histoire de la tribu - et pour dire violemment les choses, ses ancêtres", a-t-il poursuivi, qualifiant la destruction en cours de "sacrilège". En plus des sites funéraires présents sur place, des archéologues ont récemment identifié des endroits abritant des artéfacts et des ossements remontant jusqu'à 10.000 ans.

Des paysages en partie "massacrés"

D'après un rapport obtenu par le Washington Post l'an passé, la construction du mur pourrait affecter jusqu'à 22 sites archéologiques au sein de l'Organ Pipe Cactus National Monument. Et pas seulement, comme l'ont déploré des spécialistes qui s'inquiètent de l'impact que les opérations vont avoir sur l'écosystème unique et préservée de cette région d'Arizona.

Laiken Jordahl, spécialiste du Center for Biological Diversity travaillant sur les questions relatives aux frontières, s'est rendu sur place. Il s'est retrouvé face à des cactus abattus et des bulldozers. Les équipes de construction ont "massacré" des parties de la montagne, a-t-il affirmé au Washington Post. "Ça a complètement changé - une bande de terre a disparu en plein milieu".


Source : Géo
Crédit : Carolyn Van Houten/The Washington Post via Getty Images

Les équipes de construction du mur en plein travail en janvier dernier au niveau d'une montagne de l'Organ Pipe Cactus National Monument en Arizona.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

13 - Bouches du Rhône

Du 7 au 15 janvier 2021

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


21 - Côte d'Or

Du 3 juillet au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"AU COEUR DES SAISONS"

Et si on prenait le temps de regarder passer les saisons, de vivre à leur rythme, de redécouvrir le plaisir d'observer la Nature et ses changements.
Cette nouvelle exposition, conçue et réalisée par le Jardin des sciences et Biodiversité, vous plonge « Au coeur des saisons », de façon ludique et accessible à tous les publics, en famille comme entre amis…

Jardin des sciences & biodiversité
Jardin de l’Arquebuse
14 rue Jehan de Marville & 1 avenue Albert 1er
21000 DIJON
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


34 - Hérault

Du 26 septembre au 28 février 2021

EXPOSITION
"DERNIERS IMPRESSIONNISTES"

Des paysages maritimes de la Bretagne aux plaisirs des plages de la Belle Époque, des paysages urbains ou champêtres aux portraits virtuoses, partez sur les pas des peintres intimistes ayant tous respiré le parfum de l’impressionnisme.
Riche de 70 peintures et d’une trentaine de dessins ou lithographies, l’exposition qui fait étape à Lodève est la première en France à rendre à ce courant l’importance qui lui revient.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


45 - Loiret

Les 4 juillet et 22 août

VISITES
"ART DES JARDINS"

Art de vivre et Nouvelles Renaissances en Val-de-Loire.
L’Arboretum des Grandes Bruyères, « Jardin Remarquable » vous présentant pas moins de 5 types de jardins, vous invite à découvrir leur histoire et leurs spécificités.
Visite guidée à 15h. Inscription obligatoire, nombre de participants limité.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 15 novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu'au 29 août 2021

EXPOSITION
"MON DODO"

A quoi sert de dormir ? Que se passe-t-il quand je dors ? Pourquoi je rêve ? Telles sont les questions que peuvent se poser les enfants lorsqu’ils vont se coucher pour la sieste ou pour la nuit.
Au travers des expériences et des approches diverses, l’exposition invite les 2-7 ans à découvrir leurs besoins en quantité et qualité de sommeil tout en abordant les notions de cycle et le rôle du sommeil dans leur développement.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


67 - Bas-Rhin

A partir du 4 juillet

ESCAPE GAME LIGNE MAGINOT

Participez à une partie d'escape game et découvrez la Ligne Maginot comme si vous y étiez soldat!
Dans l'antre de la forteresse sont cachés les indices qui vous permettront de sauver l'équipage de l’asphyxie... Attention, vous n'avez que 40 minutes !
Equipes de 2 à 6 joueurs. A partir de 10 ans accompagnés de leurs parents.

Forteresse de la Ligne Maginot
Route D65 direction Pfaffenbronn
67510 Lembach
03 88 94 48 62 / 03 88 94 43 16
www.lignemaginot.fr


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


88 - Vosges

Du 6 juillet au 30 août

ANIMATIONS SCIENCES
PLANÉTARIUM EPINAL

Qui n'a jamais rêvé de faire décoller une fusée (en papier) ? Ce sera possible cet été ! L'atelier "réveillez vos sens", quant à lui, sera parfait pour les enfants à partir de 3 ans. Nous proposons également des soirées d'observation du ciel du soir, une initiation à la paléontologie, la découverte des petites bêtes qui peuplent la mare du Planétarium et bien d'autre choses encore !

Planétarium Epinal
Rue Dom Pothier
88000 Epinal
03 29 35 08 02
www.planetarium-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités