Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Des nurseries sous l’eau pour "repeupler la mer"
Actualités

Des nurseries sous l’eau pour "repeupler la mer"

A une dizaine de mètres de profondeur, à la sortie du port de La Ciotat, trois plongeurs détachent un grand filet blanc couvrant une cage sous-marine, libérant dans ce mouvement des centaines de bébés poissons. Leur objectif: "repeupler la mer".

Une nursery pour des poissons réacclimatés

Sous le filet apparaît une «biohut», une cage faite de grillages et de coquilles d'huîtres, qui sert pendant quelques jours de nursery à des poissons réacclimatés à leur milieu naturel. Jeunes mérous bruns, rascasses, congres, rougets et dorades grises se dispersent peu à peu dans les profondeurs de la Méditerranée.

L'opération réalisée mercredi vient parachever plusieurs mois de travail pour la PME Ecocean, basée à Montpellier. Première étape, son «coeur de métier», explique son président Gilles Lecaillon: la capture de larves, pour permettre la «restauration écologique» des milieux marins endommagés par les activités humaines, notamment dans des ports, en France ou à l'étranger.

«Dans ce domaine, nous avons développé des solutions innovantes complémentaires qui sont validées scientifiquement», dit-il, rappelant que la société, créée en 2003, avait été fondée à partir du constat que depuis les années 1950, le nombre d'espèces marines en danger n'a cessé de croître, victimes de la pollution, de la destruction des habitats ou encore de la surexploitation des ressources marines.

Un relâchement en guise d’ultime étape

La conservation ne suffit donc plus, il faut «réparer» l'écosystème et «repeupler la mer», argumente Gilles Lecaillon. La solution la plus simple proposée par l'entreprise est donc celle des «biohuts», et consiste uniquement à déposer ces cages sous-marines dans des zones dégradées comme des ports.

Mais la solution la plus complète, baptisée «Biorestore», vise à «repeupler la mer» en trois étapes: la pêche de post-larves qui sont ensuite acclimatées et élevées dans des nurseries à terre, puis relâchées en milieu naturel.

C'est cette troisième étape déterminante qui a eu lieu mercredi lorsqu'un millier de bébés poissons pêchés et élevés depuis mars ont été relâchés dans le cadre du projet Casciomar, un contrat de baie portant sur la zone Cassis, La Ciotat, Marseille (Bouches-du-Rhône).

Présente dans une quinzaines de ports en France

Parmi les gros projets actuels en France de cette entreprise qui emploie 12 personnes, figurent notamment le volet biodiversité de l'extension du port de Calais, ou encore un projet de «reconquête du milieu» qui démarre en partenariat avec Veolia au large de Toulon (Var) pour limiter les dégâts d'une station d'épuration.

Présente dans une quinzaine de ports en France, Ecocean vise également l'international, où elle est déjà active à Baltimore (côte est des Etats-Unis), aux Pays-bas, au Danemark, en Corée du Sud ou encore en Jordanie. «L'Europe du Nord est une zone cible qui semble prometteuse», commente Gilles Lecaillon.

Les clients d'Ecocean, qui est bénéficiaire et a réalisé un chiffre d'affaires de 1,1 million d'euros en 2016, sont des gestionnaires de ports collectivités locales, aménageurs côtiers ou industriels «désireux de compenser l'impact qu'ils ont sur le milieu naturel», explique-t-il, notamment dans les secteurs pétrolier et de l'éolien en mer.
 

Source : 20 Minutes
Crédit : BORIS HORVAT / AFP

Des scientifiques observent de jeunes poissons évoluer dans un biohut, une nursery sous-marine mise au point par la PME montpelliéraine Ecocean.

Des nurseries sous l’eau pour "repeupler la mer" Actualités

Des nurseries sous l’eau pour "repeupler la mer"

A une dizaine de mètres de profondeur, à la sortie du port de La Ciotat, trois plongeurs détachent un grand filet blanc couvrant une cage sous-marine, libérant dans ce mouvement des centaines de bébés poissons. Leur objectif: "repeupler la mer".

Une nursery pour des poissons réacclimatés

Sous le filet apparaît une «biohut», une cage faite de grillages et de coquilles d'huîtres, qui sert pendant quelques jours de nursery à des poissons réacclimatés à leur milieu naturel. Jeunes mérous bruns, rascasses, congres, rougets et dorades grises se dispersent peu à peu dans les profondeurs de la Méditerranée.

L'opération réalisée mercredi vient parachever plusieurs mois de travail pour la PME Ecocean, basée à Montpellier. Première étape, son «coeur de métier», explique son président Gilles Lecaillon: la capture de larves, pour permettre la «restauration écologique» des milieux marins endommagés par les activités humaines, notamment dans des ports, en France ou à l'étranger.

«Dans ce domaine, nous avons développé des solutions innovantes complémentaires qui sont validées scientifiquement», dit-il, rappelant que la société, créée en 2003, avait été fondée à partir du constat que depuis les années 1950, le nombre d'espèces marines en danger n'a cessé de croître, victimes de la pollution, de la destruction des habitats ou encore de la surexploitation des ressources marines.

Un relâchement en guise d’ultime étape

La conservation ne suffit donc plus, il faut «réparer» l'écosystème et «repeupler la mer», argumente Gilles Lecaillon. La solution la plus simple proposée par l'entreprise est donc celle des «biohuts», et consiste uniquement à déposer ces cages sous-marines dans des zones dégradées comme des ports.

Mais la solution la plus complète, baptisée «Biorestore», vise à «repeupler la mer» en trois étapes: la pêche de post-larves qui sont ensuite acclimatées et élevées dans des nurseries à terre, puis relâchées en milieu naturel.

C'est cette troisième étape déterminante qui a eu lieu mercredi lorsqu'un millier de bébés poissons pêchés et élevés depuis mars ont été relâchés dans le cadre du projet Casciomar, un contrat de baie portant sur la zone Cassis, La Ciotat, Marseille (Bouches-du-Rhône).

Présente dans une quinzaines de ports en France

Parmi les gros projets actuels en France de cette entreprise qui emploie 12 personnes, figurent notamment le volet biodiversité de l'extension du port de Calais, ou encore un projet de «reconquête du milieu» qui démarre en partenariat avec Veolia au large de Toulon (Var) pour limiter les dégâts d'une station d'épuration.

Présente dans une quinzaine de ports en France, Ecocean vise également l'international, où elle est déjà active à Baltimore (côte est des Etats-Unis), aux Pays-bas, au Danemark, en Corée du Sud ou encore en Jordanie. «L'Europe du Nord est une zone cible qui semble prometteuse», commente Gilles Lecaillon.

Les clients d'Ecocean, qui est bénéficiaire et a réalisé un chiffre d'affaires de 1,1 million d'euros en 2016, sont des gestionnaires de ports collectivités locales, aménageurs côtiers ou industriels «désireux de compenser l'impact qu'ils ont sur le milieu naturel», explique-t-il, notamment dans les secteurs pétrolier et de l'éolien en mer.
 

Source : 20 Minutes
Crédit : BORIS HORVAT / AFP

Des scientifiques observent de jeunes poissons évoluer dans un biohut, une nursery sous-marine mise au point par la PME montpelliéraine Ecocean.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

22 - Côtes d'Armor

Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


88 - Vosges

Du 22 au 24 novembre

SALON DE LA CREATION TEXTILE ET MODE
"COUSU DE FIL ROUGE"

Le Salon « Cousu de fil rouge » invite les amoureux des belles choses, à la Rotonde de Thaon-les-Vosges, dans une ambiance Art-Déco aux allures de grands magasins parisiens.
Plus de 50 artisans d’art du Grand Est viennent présenter leurs trésors sur un salon rythmé par les animations spectaculaires, où la beauté rivalise avec l’ingéniosité.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com


Du 30 novembre au 1er décembre

SALON MINÉRAUX, FOSSILES, BIJOUX, LITHOTHÉRAPIE

Pour cette 2ème édition, à Epinal, une trentaine d'exposants professionnels viennent de la France entière pour exposer et vendre des minéraux et fossiles du monde entier.
Des créateurs de bijoux en pierres naturelles seront présents et vous pourrez également trouver des pierres de santé pour la lithothérapie.

Office de Tourisme d'Epinal
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
Tél. 03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités