Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Climat : les sombres scénarios des experts français
Actualités

Climat : les sombres scénarios des experts français

Aucun doute : les activités humaines et l'utilisation de combustibles fossiles réchauffent le climat. Mais difficile d'affirmer si nous devrons supporter 1, 3 ou 6°C de plus d'ici 2100. Les paramètres atmosphériques et bio-géophysiques sont multiples et influent les uns sur les autres. Surtout, nos propres choix de société demeurent une inconnue de poids. Que se passera-t-il ? Parmi "les futurs physiquement plausibles", selon le mot de la coprésidente du groupe 1 du GIEC Valérie Masson Delmotte, le pire des cas envisagés, bien que peu probable, pourrait voir le mercure grimper de 7°C de plus qu'en 1850 d'ici 80 ans, tandis que le scénario le plus optimiste a désormais de la peine à contenir le réchauffement en dessous des 2°C. Entre ces deux hypothèses extrêmes, les autres scénarios aboutissent chaque fois bien au-dessus des objectifs affichés dans l'accord de Paris. Charriant avec eux leur lot de désastres.  

Simuler le système terrestre

C'est ce que montrent les simulations effectuées à partir des nouveaux modèles français construits par l'Institut Pierre Simon de Laplace (IPSL) et le Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM). Cet exercice international viendra informer le prochain rapport du GIEC en 2021 et devra être complété par les modélisations d'une vingtaine d'autres centres de recherches à travers le monde.

En moulinant les dynamiques du carbone dans l'atmosphère, ses interactions avec les océans et les sols, l'impact des aérosols et l'utilisation des terres, ces modèles numériques simulent l'ensemble du système terrestre. Ils permettent de calculer les évolutions des températures en fonction de l'augmentation des quantités de dioxyde de carbone présentes dans l'atmosphère. Preuve de la solidité de la méthode, ces modèles reproduisent fidèlement l'évolution des températures du globe dans le passé.  

Première mauvaise nouvelle : ces nouveaux modèles, plus dynamiques et plus réalistes que les précédents, sont globalement plus sensibles à l'augmentation du dioxyde de carbone. En clair, pour la même quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, les dizaines de simulations réalisées montrent qu'il fera plus chaud que ce que nous pensions. Un résultat que les climatologues expliquent encore mal.

Un scénario avec une hausse de 7°C est peu probable

"Il est possible que d'ici 2100, les températures soient un peu plus élevées que ce que nous avions prévu, mais si l'on se concentre sur les scénarios les moins émissifs, nos résultats sont assez similaires aux précédents" tempère le chercheur au CNRM David Salas y Mélia. Certes, le pire des scénarios établis atteint 7°C à la fin du siècle, soit 2°C de plus que les précédentes estimations, mais il est considéré comme peu probable par la communauté scientifique. "Il se passe quelque chose du côté des politiques climatiques, donc nous ne sommes plus tout à fait sur cette trajectoire" explique ainsi la climatologue Pascale Braconnot Pour suivre ce scénario du pire "il faudrait presque faire un effort pour utiliser le plus d'énergies fossiles possible".

Mais même sans jouer à se faire peur, ces nouvelles simulations ne sont pas rassurantes. Si nous continuons comme aujourd'hui, le mercure pourrait tout de même grimper de 2 à 4°C par rapport à notre climat actuel. Pire, parmi les différents scénarios envisagés, tous voient leur température augmenter jusqu'en 2040 au minimum, et "un seul est compatible avec l'accord de Paris, puisqu'il dépasse de peu les 1,5°C" alerte le chercheur du CNRM Roland Séférian. Qualifié de "développement durable", ce scénario doux impliquerait un effort d'atténuation très important et une coopération internationale pour atteindre la neutralité carbone d'ici à 2060, ainsi que le captage d'au moins 10 milliards de tonnes de carbone par an. Tous les autres scénarios envisagés par les modèles français dépassent la barre des deux degrés. Des résultats qui montrent qu'il "n'est pas encore impossible du point de vue des lois physiques" de respecter l'accord de Paris, mais que "la partie semble mal engagée" conclut le chercheur.

Définir la société de demain

Ces résultats provisoires devront être confrontés à l'ensemble des autres modèles climatiques développés pour les besoins du prochain rapport du GIEC afin de gagner en robustesse. D'autant que certains semblent laisser la porte ouverte au maintien des températures en-dessous d'un degré et demi. De plus, l'une des nouveautés de ces modèles climatiques est de prendre en compte des données socio-économiques afin de représenter différentes sociétés futures potentielles en fonction de leurs richesses, de leur niveau de coopération ou encore de leur dépendance aux énergies fossiles. Une méthode qui permet aux climatologues de construire "des archétypes qui ne prédisent pas la manière dont le futur va se dérouler" indique Roland Séférian. Mais qui permettent de comprendre combien chaque degré compte et que l'amplitude du réchauffement sera largement déterminée par nos choix dans les années à venir.  


Source : L'Express
Crédit : Jahz Gonzalez / Unsplash

Climat : les sombres scénarios des experts français Actualités

Climat : les sombres scénarios des experts français

Aucun doute : les activités humaines et l'utilisation de combustibles fossiles réchauffent le climat. Mais difficile d'affirmer si nous devrons supporter 1, 3 ou 6°C de plus d'ici 2100. Les paramètres atmosphériques et bio-géophysiques sont multiples et influent les uns sur les autres. Surtout, nos propres choix de société demeurent une inconnue de poids. Que se passera-t-il ? Parmi "les futurs physiquement plausibles", selon le mot de la coprésidente du groupe 1 du GIEC Valérie Masson Delmotte, le pire des cas envisagés, bien que peu probable, pourrait voir le mercure grimper de 7°C de plus qu'en 1850 d'ici 80 ans, tandis que le scénario le plus optimiste a désormais de la peine à contenir le réchauffement en dessous des 2°C. Entre ces deux hypothèses extrêmes, les autres scénarios aboutissent chaque fois bien au-dessus des objectifs affichés dans l'accord de Paris. Charriant avec eux leur lot de désastres.  

Simuler le système terrestre

C'est ce que montrent les simulations effectuées à partir des nouveaux modèles français construits par l'Institut Pierre Simon de Laplace (IPSL) et le Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM). Cet exercice international viendra informer le prochain rapport du GIEC en 2021 et devra être complété par les modélisations d'une vingtaine d'autres centres de recherches à travers le monde.

En moulinant les dynamiques du carbone dans l'atmosphère, ses interactions avec les océans et les sols, l'impact des aérosols et l'utilisation des terres, ces modèles numériques simulent l'ensemble du système terrestre. Ils permettent de calculer les évolutions des températures en fonction de l'augmentation des quantités de dioxyde de carbone présentes dans l'atmosphère. Preuve de la solidité de la méthode, ces modèles reproduisent fidèlement l'évolution des températures du globe dans le passé.  

Première mauvaise nouvelle : ces nouveaux modèles, plus dynamiques et plus réalistes que les précédents, sont globalement plus sensibles à l'augmentation du dioxyde de carbone. En clair, pour la même quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, les dizaines de simulations réalisées montrent qu'il fera plus chaud que ce que nous pensions. Un résultat que les climatologues expliquent encore mal.

Un scénario avec une hausse de 7°C est peu probable

"Il est possible que d'ici 2100, les températures soient un peu plus élevées que ce que nous avions prévu, mais si l'on se concentre sur les scénarios les moins émissifs, nos résultats sont assez similaires aux précédents" tempère le chercheur au CNRM David Salas y Mélia. Certes, le pire des scénarios établis atteint 7°C à la fin du siècle, soit 2°C de plus que les précédentes estimations, mais il est considéré comme peu probable par la communauté scientifique. "Il se passe quelque chose du côté des politiques climatiques, donc nous ne sommes plus tout à fait sur cette trajectoire" explique ainsi la climatologue Pascale Braconnot Pour suivre ce scénario du pire "il faudrait presque faire un effort pour utiliser le plus d'énergies fossiles possible".

Mais même sans jouer à se faire peur, ces nouvelles simulations ne sont pas rassurantes. Si nous continuons comme aujourd'hui, le mercure pourrait tout de même grimper de 2 à 4°C par rapport à notre climat actuel. Pire, parmi les différents scénarios envisagés, tous voient leur température augmenter jusqu'en 2040 au minimum, et "un seul est compatible avec l'accord de Paris, puisqu'il dépasse de peu les 1,5°C" alerte le chercheur du CNRM Roland Séférian. Qualifié de "développement durable", ce scénario doux impliquerait un effort d'atténuation très important et une coopération internationale pour atteindre la neutralité carbone d'ici à 2060, ainsi que le captage d'au moins 10 milliards de tonnes de carbone par an. Tous les autres scénarios envisagés par les modèles français dépassent la barre des deux degrés. Des résultats qui montrent qu'il "n'est pas encore impossible du point de vue des lois physiques" de respecter l'accord de Paris, mais que "la partie semble mal engagée" conclut le chercheur.

Définir la société de demain

Ces résultats provisoires devront être confrontés à l'ensemble des autres modèles climatiques développés pour les besoins du prochain rapport du GIEC afin de gagner en robustesse. D'autant que certains semblent laisser la porte ouverte au maintien des températures en-dessous d'un degré et demi. De plus, l'une des nouveautés de ces modèles climatiques est de prendre en compte des données socio-économiques afin de représenter différentes sociétés futures potentielles en fonction de leurs richesses, de leur niveau de coopération ou encore de leur dépendance aux énergies fossiles. Une méthode qui permet aux climatologues de construire "des archétypes qui ne prédisent pas la manière dont le futur va se dérouler" indique Roland Séférian. Mais qui permettent de comprendre combien chaque degré compte et que l'amplitude du réchauffement sera largement déterminée par nos choix dans les années à venir.  


Source : L'Express
Crédit : Jahz Gonzalez / Unsplash

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

02 - Aisne

Le 1er novembre

VISITE GUIDEE NOCTURNE

A la tombée de la nuit, l'homme mystère vous conte l'histoire du fort à la lumière de la lanterne.

Fort de Condé
20 ter rue du Bois Morin
02880 Chivres-Val
03 23 54 40 00
www.fortdeconde.com


04 - Alpes-de-Hautes-Provence

Le 20 octobre

4ÈME ÉDITION DES AUTOMNALES DE SALAGON
"FRUITS ET LÉGUMES DE SAISON"

Salagon invite petits et grands à découvrir ou redécouvrir les fruits et légumes de saison. Ateliers pour tous et animations (fabrication de jouets et gourmandises, atelier compote, Quizz et jeu… Visite guidées du jardin des Temps Modernes. Conférence sur « L’histoire des fruits dans les Alpes du Sud ».

Salagon, musée et jardins
Le prieuré
04300 Mane
04 92 75 70 50
www.musee-de-salagon.com


09 - Ariège

Le 23 octobre

ANIMATION
"VIENS GOÛTER À LA MAISON" et "PERLES PRÉHISTORIQUES"

De 14h00 à 17h30, à l’aide de silex, d’os, de grès ou encore de cuir, vous découvrirez comment réaliser des éléments de parures en stéatite. Ainsi embellis, vous pourrez déguster un délicieux goûter maison.
Sur inscription. Adulte 8,50 €, enfant 7 €.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


Le 19 octobre

INITIATION AU TRAVAIL MANUEL DU BOIS

De 14h00 à 17h30, venez découvrir le travail manuel du bois tout au long de cette après-midi. Vous fabriquerez une spatule grâce à la plane et au banc à planer (sorte de banc-étau) et peut être d’autres objets en bois du quotidien.
Sur inscription. Adulte 18 €, enfant 15 €.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


18 - Cher

Jusqu'au 2 novembre

EXPOSITION
"PORTRAITS DE JARDINS"

Du jardin médiéval, vivrier et médicinal, jusqu’aux jardins ouvriers nourriciers en passant par le jardin ornemental et le jardin sauvage réserve de biodiversité, l’exposition vous propose de parcourir une histoire des jardins intimement liée à celle des Hommes.

La Tuilerie
27 rue du lieutenant Petit
18150 La Guerche-sur-l’Aubois
02 48 74 23 93
www.ciap-latuilerie.fr


21 - Côte d'Or

► Jusqu'au 17 novembre

EXPOSITION
"NATURE INCOGNITO" : la face cachée des villes

Vous me reconnaissez ? Je fais partie des millions d’espèces sauvages, animales ou végétales qui vivent dans les villes, tout près de chez nous et qui, pour la plupart, demeurent « Incognito » !
La nouvelle exposition du Jardin des sciences & Biodiversité vous invite à voir la ville autrement

Le Jardin des Sciences
Parc de l’Arquebuse
1 avenue Albert 1er & 14 rue Jehan de Marville
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

Du 29 au 31 octobre

STAGE D'ASTRONOMIE
"PETITE OURSE"

Les médiateurs du Planétarium de Bretagne initieront les jeunes astronomes de 8 à 14 ans à l'observation du ciel nocturne, à travers des expériences ludiques et pédagogiques et des observation. Apprentissage de l'utilisation d'une carte du ciel, de jumelles, lunette et télescope. Faire la différence entre les étoiles et les planètes et reconnaître les phases de la Lune. Inscription obligatoire.

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


Le 22 décembre

SEANCES AU PLANETARIUM DE BRETAGNE

A l'occasion du solstice, le Planétarium de Bretagne vous invite pour deux séances au tarif spécial de 4 €.  A 15h00 : "Les astres et les Marées". A 16h00 : "Le phénomène des saisons".

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
« LE MONDE DE JULES VERNE »

L’exposition présente le créateur et poète, évoque ses voyages extraordinaires d’un nouveau genre littéraire puis explore sa quête de l’ailleurs.
Gravures, affiches de cinéma, maquettes, dessins de reconstitutions des machines de Jules Verne, carte géante représentant les itinéraires des personnages…rythment le parcours de l’exposition.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
« GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE »

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Du 19 octobre au 8 mars 2020

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février 2020

EXPOSITION
Ensor, Magritte, Alechinsky...

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


48 - Lozère

Jusqu'au 30 octobre

EXPOSITION PHOTOS

Jérôme Lauze propose de découvrir "La Lozère En Toutes Saisons".

La Ferme Caussenarde d'Autrefois
Hyelzas, 48150 Hures-La Parade
04 66 45 65 25
www.ferme-caussenarde.com


50 - Manche

Jusqu'au 5 janvier 2020

EXPOSITION
"DÉTOURS EN COTENTIN"

Il y a sept ans, la famille du photographe Gustave Bazire (1893-1941) découvre 1 400 plaques de verre. Aujourd'hui, le Cotentin expose les vues de l'artiste.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 3 novembre

EXPOSITION
"VU, PAS VU, PAS PRIS …"
Mimétisme et camouflage dans la nature

Manger ou être mangé... la lutte pour la survie dans le monde animal passe par différents stratagèmes. Illustrations, animaux vivants ou naturalisés, tout est mis en œuvre dans l’exposition pour que mimétisme, camouflage, et dissimulation n’aient plus de secret pour vous.

Centre Eden
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


78 - Yvelines

Du 21 au 31 octobre

HOLI'FARM'DAYS

Créa'lloween. Pour les 3-7 ans, après une visite guidée, vous participerez à un atelier de décoration d'Halloween.
Sensoriel'oween. Pour les 7-12 ans, après une visite guidée, vous participerez à un atelier sensoriel en dégustant nos yaourt.
Durée 2 heures. Réservation obligatoire.

Ferme de Grignon - AgroParisTech
Route de la Ferme
01 30 54 37 34
www.fermedegrignon.fr

Lieux:

Découvrir toutes les activités