Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Climat, biodiversité, pollution... Dans quel état environnemental est la France ?
Actualités

Climat, biodiversité, pollution... Dans quel état environnemental est la France ?

Qualité de l’air, acidifications des océans, changement d’utilisation des sols, érosion de la biodiversité, changement climatique… Quel est l’état environnemental de la France ? C’est à cette vaste question que répond le panorama publié jeudi par le ministère de la Transition écologique et sobrement intitulée « L’environnement en France ».

Depuis 1994, ce travail est réalisé tous les quatre ans par le service statistique du ministère de la transition écologique. « C’est un engagement pris par l’Etat, en signant la convention d'Aahrus, de rendre accessible et disponible l’information environnementale », rappelle Elisabeth Borne, ministre de la transition écologique.

Des émissions de gaz à effet de serre en baisse depuis 1990

Cette évaluation, la septième depuis 1994, s’étale sur près de 200 pages. Un pavé de mauvaises nouvelles ? Pas tout à fait. Certains indicateurs sont au vert. A commencer par les quantités de gaz à effet de serre émises en France. Même si elles sont reparties à la hausse depuis 2017, il n’en reste pas moins qu’elles ont diminué de 18 % entre 1990 et 2017, rappelle le rapport. « La seule exception est le transport, secteur pour lequel les émissions ont bondi de 10 % depuis 1990 », détaille Christelle Larrieu, chargée de mission « synthèses environnementales » au ministère de la Transition écologique.

Même tendance pour les émissions de polluants dans l’air extérieur : elles ont globalement baissé sur la période 2000-2017. Christelle Larrieu prend l’exemple du dioxyde de souffre (SO2) « dont les rejets ont diminué de 77 % sur cette période, du fait du développement des énergies renouvelables, aux économies d’énergie, ou encore à l’utilisation de combustibles moins soufrés. » Les émissions d' oxyde d’azote (Nox) ont par ailleurs baissé de 49 %, grâce au renouvellement du parc de véhicules ainsi qu’à l’équipement progressif des véhicules en pots catalytique, et malgré l’intensification du trafic et l’accroissement du parc de véhicules.

De plus en plus d’emplois liés à la protection de l’environnement

Le rapport note également une amélioration de la qualité chimique de nos rivières. « Certes, la situation est contrastée d’un territoire à l’autre, commence Valéry Morard, sous-directeur de l’information environnementale au ministère. Mais, une nouvelle fois, la tendance globale est à la baisse. » La présence des nitrates a ainsi baissé de 12 % en France métropolitaine entre 1998 et 2017. « Ces progrès s’expliquent notamment par une réglementation plus contraignante sur les teneurs en phosphates dans les détergents, par un moindre recours aux engrais phosphorés et par l’amélioration des performances des stations d’épuration », précise le rapport. Pour ce qui est des teneurs en pesticides, même s’ils sont encore nombreux à être détectés dans la plupart des cours d’eau, leur présence globale a diminué de 19 % en métropole et de 21 % en outre-mer entre 2008 et 2017, ce que le rapport explique par l’interdiction de plusieurs herbicides sur cette période.

Un autre chiffre enthousiasmant est le nombre de Français travaillant directement dans les domaines de la protection de l’environnement. « Cela présentait 500.000 emplois en 2017, précise Christelle Larrieu. Après sept années de croissance, ce chiffre s’était stabilisé entre 2011 et 2015 et est reparti à la hausse depuis. Ces “éco-activités” représentent aujourd’hui 1,8 % de l‘emploi total en France. »

Qualité de l’air et émissions de gaz à effet de serre… La France pas au niveau

Voilà quelques bonnes nouvelles. Il y en a d’autres encore au fil des 200 pages de ce rapport. Il n’empêche, en parallèle, de nombreux indicateurs de l‘état de l’environnement en France se dégradent. Et sur d’autres encore, les efforts restent largement insuffisants

Dans un jugement rendu jeudi, la Cour de justice de l’Union européenne a épinglé la France pour avoir dépassé « de manière systématique et persistante » le seuil limite de dioxyde d’azote, un gaz polluant issus des moteurs diesel. Tout un symbole. Sur les émissions de gaz à effet de serre, si elles ont baissé depuis 1990, la France reste loin de la cible fixée par l' Accord de Paris sur le climat qui appelle à limiter le réchauffement à au moins +2°C d’ici 2100.

Artificialisation des sols et empreintes cachées de nos consommations

Autre indicateur dans le rouge : l’artificialisation des sols. Soit la transformation d’un sol à caractère naturel (terres agricoles, forestières ou laissée en friche, etc.) par l’urbanisation ou le développement d’infrastructures. « Son rythme reste élevé en dépit des dispositions mises en place pour la maîtriser, note Valéry Morard. Chaque année, on peut considérer qu’on perd 0,1 % du territoire en France ou l’équivalent d’un département tous les dix ans », précise Christelle Larrieu.

Cette artificialisation des sols est l’un des facteurs qui induit la perte de biodiversité, autre point noir en France. Sur quelque 10.000 espèces évaluées sur le territoire, particulièrement riche en biodiversité grâce à ses Outre-mer, 18 % sont éteintes ou menacées d’extinction.

Enfin, le rapport insiste sur l’empreinte matière des Français, celle que nos modes de consommations engendrent. « Nous n’avons pas conscience du poids réel de nos consommations, constate Valéry Morard. C’est-à-dire de l’ensemble des ressources naturelles qui sont mobilisées pour la production des biens d’équipements que nous achetons. » Le cas des smartphones est parlant. Tout au long de son cycle de vie (extraction de matières premières, fabrication, utilisation, élimination), un téléphone portable pesant 120 grammes va nécessiter 70 kg de matières mobilisant plus de 70 matériaux différents, pointe le rapport.

Un rapport à retrouver sur un site Internet dédié

« En moyenne, chaque Français mobilise près de 13 tonnes de matières par an pour ses besoins en biens et services, souligne Valéry Morard. Soit 873 millions de tonnes par an si on totalise les empreintes des 66 millions de Français. » Une partie de ces matières est extraite sur le territoire national, une autre est mobilisée hors de nos frontières pour produire des biens et services qui seront ensuite importées.

C’est alors l’un des messages clés de ce rapport : l’impact écologique de la France ne peut être examiné dans le seul cadre de nos limites territoriales. Le document est consultable  sur un site Internet dédié. « C’est une nouveauté de cette septième évaluation, précise Elisabeth Borne. Le rapport s’accompagne d’une plateforme web où l’ensemble de ces données sur l’état de l’environnement en France sera regroupé et actualisé et enrichi régulièrement. »


Source : 20 minutes
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP

Climat, biodiversité, pollution... Dans quel état environnemental est la France ? Actualités

Climat, biodiversité, pollution... Dans quel état environnemental est la France ?

Qualité de l’air, acidifications des océans, changement d’utilisation des sols, érosion de la biodiversité, changement climatique… Quel est l’état environnemental de la France ? C’est à cette vaste question que répond le panorama publié jeudi par le ministère de la Transition écologique et sobrement intitulée « L’environnement en France ».

Depuis 1994, ce travail est réalisé tous les quatre ans par le service statistique du ministère de la transition écologique. « C’est un engagement pris par l’Etat, en signant la convention d'Aahrus, de rendre accessible et disponible l’information environnementale », rappelle Elisabeth Borne, ministre de la transition écologique.

Des émissions de gaz à effet de serre en baisse depuis 1990

Cette évaluation, la septième depuis 1994, s’étale sur près de 200 pages. Un pavé de mauvaises nouvelles ? Pas tout à fait. Certains indicateurs sont au vert. A commencer par les quantités de gaz à effet de serre émises en France. Même si elles sont reparties à la hausse depuis 2017, il n’en reste pas moins qu’elles ont diminué de 18 % entre 1990 et 2017, rappelle le rapport. « La seule exception est le transport, secteur pour lequel les émissions ont bondi de 10 % depuis 1990 », détaille Christelle Larrieu, chargée de mission « synthèses environnementales » au ministère de la Transition écologique.

Même tendance pour les émissions de polluants dans l’air extérieur : elles ont globalement baissé sur la période 2000-2017. Christelle Larrieu prend l’exemple du dioxyde de souffre (SO2) « dont les rejets ont diminué de 77 % sur cette période, du fait du développement des énergies renouvelables, aux économies d’énergie, ou encore à l’utilisation de combustibles moins soufrés. » Les émissions d' oxyde d’azote (Nox) ont par ailleurs baissé de 49 %, grâce au renouvellement du parc de véhicules ainsi qu’à l’équipement progressif des véhicules en pots catalytique, et malgré l’intensification du trafic et l’accroissement du parc de véhicules.

De plus en plus d’emplois liés à la protection de l’environnement

Le rapport note également une amélioration de la qualité chimique de nos rivières. « Certes, la situation est contrastée d’un territoire à l’autre, commence Valéry Morard, sous-directeur de l’information environnementale au ministère. Mais, une nouvelle fois, la tendance globale est à la baisse. » La présence des nitrates a ainsi baissé de 12 % en France métropolitaine entre 1998 et 2017. « Ces progrès s’expliquent notamment par une réglementation plus contraignante sur les teneurs en phosphates dans les détergents, par un moindre recours aux engrais phosphorés et par l’amélioration des performances des stations d’épuration », précise le rapport. Pour ce qui est des teneurs en pesticides, même s’ils sont encore nombreux à être détectés dans la plupart des cours d’eau, leur présence globale a diminué de 19 % en métropole et de 21 % en outre-mer entre 2008 et 2017, ce que le rapport explique par l’interdiction de plusieurs herbicides sur cette période.

Un autre chiffre enthousiasmant est le nombre de Français travaillant directement dans les domaines de la protection de l’environnement. « Cela présentait 500.000 emplois en 2017, précise Christelle Larrieu. Après sept années de croissance, ce chiffre s’était stabilisé entre 2011 et 2015 et est reparti à la hausse depuis. Ces “éco-activités” représentent aujourd’hui 1,8 % de l‘emploi total en France. »

Qualité de l’air et émissions de gaz à effet de serre… La France pas au niveau

Voilà quelques bonnes nouvelles. Il y en a d’autres encore au fil des 200 pages de ce rapport. Il n’empêche, en parallèle, de nombreux indicateurs de l‘état de l’environnement en France se dégradent. Et sur d’autres encore, les efforts restent largement insuffisants

Dans un jugement rendu jeudi, la Cour de justice de l’Union européenne a épinglé la France pour avoir dépassé « de manière systématique et persistante » le seuil limite de dioxyde d’azote, un gaz polluant issus des moteurs diesel. Tout un symbole. Sur les émissions de gaz à effet de serre, si elles ont baissé depuis 1990, la France reste loin de la cible fixée par l' Accord de Paris sur le climat qui appelle à limiter le réchauffement à au moins +2°C d’ici 2100.

Artificialisation des sols et empreintes cachées de nos consommations

Autre indicateur dans le rouge : l’artificialisation des sols. Soit la transformation d’un sol à caractère naturel (terres agricoles, forestières ou laissée en friche, etc.) par l’urbanisation ou le développement d’infrastructures. « Son rythme reste élevé en dépit des dispositions mises en place pour la maîtriser, note Valéry Morard. Chaque année, on peut considérer qu’on perd 0,1 % du territoire en France ou l’équivalent d’un département tous les dix ans », précise Christelle Larrieu.

Cette artificialisation des sols est l’un des facteurs qui induit la perte de biodiversité, autre point noir en France. Sur quelque 10.000 espèces évaluées sur le territoire, particulièrement riche en biodiversité grâce à ses Outre-mer, 18 % sont éteintes ou menacées d’extinction.

Enfin, le rapport insiste sur l’empreinte matière des Français, celle que nos modes de consommations engendrent. « Nous n’avons pas conscience du poids réel de nos consommations, constate Valéry Morard. C’est-à-dire de l’ensemble des ressources naturelles qui sont mobilisées pour la production des biens d’équipements que nous achetons. » Le cas des smartphones est parlant. Tout au long de son cycle de vie (extraction de matières premières, fabrication, utilisation, élimination), un téléphone portable pesant 120 grammes va nécessiter 70 kg de matières mobilisant plus de 70 matériaux différents, pointe le rapport.

Un rapport à retrouver sur un site Internet dédié

« En moyenne, chaque Français mobilise près de 13 tonnes de matières par an pour ses besoins en biens et services, souligne Valéry Morard. Soit 873 millions de tonnes par an si on totalise les empreintes des 66 millions de Français. » Une partie de ces matières est extraite sur le territoire national, une autre est mobilisée hors de nos frontières pour produire des biens et services qui seront ensuite importées.

C’est alors l’un des messages clés de ce rapport : l’impact écologique de la France ne peut être examiné dans le seul cadre de nos limites territoriales. Le document est consultable  sur un site Internet dédié. « C’est une nouveauté de cette septième évaluation, précise Elisabeth Borne. Le rapport s’accompagne d’une plateforme web où l’ensemble de ces données sur l’état de l’environnement en France sera regroupé et actualisé et enrichi régulièrement. »


Source : 20 minutes
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


45 - Loiret

Du 9 au 24 octobre

CONCOURS PHOTOS
"AUTOMNE"  

L’automne est une saison extraordinaire à l’Arboretum des Grandes Bruyères. Les tableaux paysagers prennent des couleurs flamboyantes et les ambiances vous transportent en Chine et au Canada. Le rouge, l’orange et le jaune se déclinent en mille nuances éclatantes. Immergez-vous dans ces paysages, photographiez-les et tentez de gagner des cadeaux ! Ouvert à tous, petits et grands, amateurs et professionnels.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


Les 17 et 24 octobre

VISITES GUIDÉES - Arboretum des Grandes Bruyères
"DIMANCHE D'AUTOMNE"  

Visites guidées à 15h Certains arbres ont leurs plus beaux atours à l’automne. Ils revêtent leurs manteaux aux couleurs flamboyantes et créent entre eux des paysages exceptionnels. Au delà encore de la beauté, chacun a son histoire et ses petits secrets. Venez les découvrir et vous émerveiller ! Adulte 15 € / 6-12 ans 5 € / Gratuit jusqu'à 5 ans.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 7 novembre

EXPOSITION
"LA VIE SECRÈTE DU SOL"

Quand on sait que les organismes vivants du sol représentent environ ¼ des espèces animales connues et le rôle joué par ces organismes dans l’équilibre et la richesse des sols on comprend mieux l’importance de bien les connaitre pour mieux les protéger.
L’exposition « La vie secrète du sol », conçue et réalisée par le Centre Eden, lève le voile sur ce monde mystérieux, les mécanismes complexes et les interactions entre les organismes.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


74 - Haute-Savoie

Du 23 octobre au 6 novembre

ACRO AVENTURES TALLOIRES
"CHASSE AU TRÉSOR D’HALLOWEEN"

Partez à la chasse au trésor. Une activité familiale accessible à tous ! "Hervé l’Araignée" de 3 à 7 ans et "Le Fantôme des Dents de Lanfon" de 8 à 13 ans.

Acro'Aventures Talloires
Route de Planfait
74290 Talloires
06 07 56 90 58
www.talloires.acro-aventures.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités