Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Chine : vers des êtres humains génétiquement modifiés
Actualités

Chine : vers des êtres humains génétiquement modifiés

L'être humain génétiquement modifié, ce n'est pas pour demain. En Occident en tout cas. Comme le révèle le site The Conversation, depuis l'année dernière, avec la création de l'outil CRISPR-cas9 d'édition génétique, la science a fait un grand pas en avant dans ce domaine. Seulement, les populations européennes et américaines ne sont pas prêtes pour de telles expériences. En Asie, en revanche, la Chine et l'Inde ne sont pas totalement opposées à l'idée de créer des surhommes.

La peur de l'eugénisme

Les études citées par The Conversation permettent ainsi de constater la méfiance de l'opinion publique concernant ces technologies, et ce, malgré le progrès constant de notre environnement scientifique. D'après le sondage de Pew Study, par exemple, 68 % de la population américaine serait inquiète à l'idée de modifier les gènes des foetus pour épargner certaines maladies au nourrisson. Et l'intervention scientifique pour rendre les enfants plus intelligents ou plus beaux est encore moins soutenue par la population occidentale, qui redoute les erreurs et les dérives éthiques de l'eugénisme.

Cependant, en Asie, les avis sont moins tranchés. Si ces pratiques sont tout aussi décriées au Japon qu'en Europe ou aux États-Unis, la Chine et l'Inde sont plus ouvertes au débat, notamment en ce qui concerne la question de l'éradication des maladies. Cette divergence pourrait faire de ces deux pays les leaders en matière d'eugénisme et de modification génétique, voire de traitement du cancer.

Le rôle primordial des autorités pour la recherche

En effet, The Conversation rappelle que « grâce au financement du gouvernement chinois, la Chine a été le premier pays à éditer les gènes d'embryons humains en utilisant l'outil CRISPR-cas9 en 2015. La Chine a aussi ouvert la voie aux modifications génétiques non-germinales des cellules du tissu humain dans le cadre de traitements de patients atteints de cancers ». Dans le même temps, aux États-Unis, l'édition génétique n'est pas clairement interdite, mais aucun fonds fédéral ne peut financer de telles recherches, ce qui ralentit considérablement - voire empêche - les travaux des chercheurs américains.

« Il y a deux facteurs primordiaux qui contribuent à l'émergence de technologie d'amélioration génétique », explique The Conversation. « La recherche pour les développer et le soutien de l'opinion publique pour les déployer. Sur ces deux points, l'Occident est loin derrière la Chine. » D'autant que contrairement aux démocraties occidentales, la Chine est moins à l'écoute de l'opinion publique. « Les dirigeants peuvent donc jouer un rôle majeur en façonnant l'opinion publique afin de l'aligner sur les priorités du gouvernement. » Enfin, même si les Nations unies intervenaient pour réguler l'amélioration génétique, cela ne freinerait pas la Chine qui « a déjà prouvé qu'elle était prête à rejeter les normes internationales pour promouvoir ses propres intérêts ».

« Même des augmentations marginales pourraient avoir des effets significatifs »

Les avantages qu'aurait l'empire du Milieu à mener une telle politique ne sont que des spéculations pour le moment, mais il ne faut pas les négliger. En effet, « si on met de côté les objections éthiques et sanitaires, l'amélioration génétique a le potentiel d'apporter d'importants avantages nationaux », d'après The Conversation. « Même des augmentations marginales via l'édition de gênes pourraient avoir des effets significatifs sur la croissance économique d'un pays. Certains gènes pourraient donner à quelques athlètes un avantage dans des compétitions internationales intenses. D'autres gènes pourraient avoir un effet sur les tendances violentes, en suggérant que les modifications génétiques puissent réduire le taux de crimes. »

Voilà pourquoi le site scientifique estime que, dans sa course pour devenir la première puissance mondiale, la Chine pourrait mener une grande politique scientifique en faveur de l'édition génétique. Et rien ne pourrait l'arrêter, pas même les considérations éthiques de l'Occident : « Compte tenu du bilan de la Chine en matière de droits de l'homme dans d'autres domaines, on peut se demander si la pression internationale aurait beaucoup d'effet », conclut The Conversation.

 

Source : Le Point
Crédit : Thinkstock / Getty

La Chine a été le premier pays à éditer les gènes d'embryons humains en utilisant l'outil CRISPR-cas9 en 2015. Il fonctionne comme des ciseaux génétiques : il cible une zone spécifique de l’ADN, la coupe et y insère la séquence que l’on souhaite.

Chine : vers des êtres humains génétiquement modifiés Actualités

Chine : vers des êtres humains génétiquement modifiés

L'être humain génétiquement modifié, ce n'est pas pour demain. En Occident en tout cas. Comme le révèle le site The Conversation, depuis l'année dernière, avec la création de l'outil CRISPR-cas9 d'édition génétique, la science a fait un grand pas en avant dans ce domaine. Seulement, les populations européennes et américaines ne sont pas prêtes pour de telles expériences. En Asie, en revanche, la Chine et l'Inde ne sont pas totalement opposées à l'idée de créer des surhommes.

La peur de l'eugénisme

Les études citées par The Conversation permettent ainsi de constater la méfiance de l'opinion publique concernant ces technologies, et ce, malgré le progrès constant de notre environnement scientifique. D'après le sondage de Pew Study, par exemple, 68 % de la population américaine serait inquiète à l'idée de modifier les gènes des foetus pour épargner certaines maladies au nourrisson. Et l'intervention scientifique pour rendre les enfants plus intelligents ou plus beaux est encore moins soutenue par la population occidentale, qui redoute les erreurs et les dérives éthiques de l'eugénisme.

Cependant, en Asie, les avis sont moins tranchés. Si ces pratiques sont tout aussi décriées au Japon qu'en Europe ou aux États-Unis, la Chine et l'Inde sont plus ouvertes au débat, notamment en ce qui concerne la question de l'éradication des maladies. Cette divergence pourrait faire de ces deux pays les leaders en matière d'eugénisme et de modification génétique, voire de traitement du cancer.

Le rôle primordial des autorités pour la recherche

En effet, The Conversation rappelle que « grâce au financement du gouvernement chinois, la Chine a été le premier pays à éditer les gènes d'embryons humains en utilisant l'outil CRISPR-cas9 en 2015. La Chine a aussi ouvert la voie aux modifications génétiques non-germinales des cellules du tissu humain dans le cadre de traitements de patients atteints de cancers ». Dans le même temps, aux États-Unis, l'édition génétique n'est pas clairement interdite, mais aucun fonds fédéral ne peut financer de telles recherches, ce qui ralentit considérablement - voire empêche - les travaux des chercheurs américains.

« Il y a deux facteurs primordiaux qui contribuent à l'émergence de technologie d'amélioration génétique », explique The Conversation. « La recherche pour les développer et le soutien de l'opinion publique pour les déployer. Sur ces deux points, l'Occident est loin derrière la Chine. » D'autant que contrairement aux démocraties occidentales, la Chine est moins à l'écoute de l'opinion publique. « Les dirigeants peuvent donc jouer un rôle majeur en façonnant l'opinion publique afin de l'aligner sur les priorités du gouvernement. » Enfin, même si les Nations unies intervenaient pour réguler l'amélioration génétique, cela ne freinerait pas la Chine qui « a déjà prouvé qu'elle était prête à rejeter les normes internationales pour promouvoir ses propres intérêts ».

« Même des augmentations marginales pourraient avoir des effets significatifs »

Les avantages qu'aurait l'empire du Milieu à mener une telle politique ne sont que des spéculations pour le moment, mais il ne faut pas les négliger. En effet, « si on met de côté les objections éthiques et sanitaires, l'amélioration génétique a le potentiel d'apporter d'importants avantages nationaux », d'après The Conversation. « Même des augmentations marginales via l'édition de gênes pourraient avoir des effets significatifs sur la croissance économique d'un pays. Certains gènes pourraient donner à quelques athlètes un avantage dans des compétitions internationales intenses. D'autres gènes pourraient avoir un effet sur les tendances violentes, en suggérant que les modifications génétiques puissent réduire le taux de crimes. »

Voilà pourquoi le site scientifique estime que, dans sa course pour devenir la première puissance mondiale, la Chine pourrait mener une grande politique scientifique en faveur de l'édition génétique. Et rien ne pourrait l'arrêter, pas même les considérations éthiques de l'Occident : « Compte tenu du bilan de la Chine en matière de droits de l'homme dans d'autres domaines, on peut se demander si la pression internationale aurait beaucoup d'effet », conclut The Conversation.

 

Source : Le Point
Crédit : Thinkstock / Getty

La Chine a été le premier pays à éditer les gènes d'embryons humains en utilisant l'outil CRISPR-cas9 en 2015. Il fonctionne comme des ciseaux génétiques : il cible une zone spécifique de l’ADN, la coupe et y insère la séquence que l’on souhaite.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 4 avril au 23 août

EXPOSITION
"ÉRIC BOURRET. TERRES"

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu’au 26 avril

EXPOSITION
"VIRAL, DU MICROBE AU FOU RIRE, TOUT S’ATTRAPE !"

Quel est le point commun entre une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Plus qu’une exposition, Viral est une expérience pédagogique, amusante et contagieuse !
Pour tout public à partir de 7 ans.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


62 - Pas-de-Calais

Avril

ATELIERS
J DUBOIS HORTICULTEUR

♦Atelier "le compost" : réalisez votre compost simplement. Le 20 avril de 18h à 20h.
♦Atelier "réaliser un abri à insectes" : on lève le voile sur les insectes qui peuplent nos jardins. Le 22 avril de 14h30 à 16h45.
♦Printemps des possibles - Festival nature, environnement et ESS : nature, local, partage, coopératif. Les 25 et 26 avril.

J Dubois Horticulteur
244 rue de l’Université
62400 Béthune
03 21 57 59 01
www.j-dubois.fr


Du 12 au 24 avril

ANIMATION
"VIENS FABRIQUER TA COURONNE DE ROI OU REINE"

Dans le cadre de la visite, les enfants pourront fabriquer leur propre couronne avant de se costumer et de se mettre dans la peau d’un Roi ou d’une Reine de 1520 !

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00
www.tour-horloge-guines.com


71 - Saône et Loire

► Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


76 - Seine maritime

Les 25 et 26 avril

SALON INTERNATIONAL DE LA LAINE

Accueillant plus de 40 exposants internationaux, ce salon est une première en Normandie. Fils, patrons, kits, échanges, de quoi mettre en valeur le travail artisanal, explorer les savoir-faire.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités