Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Chine : la reprise du commerce lié au tigre et au rhinocéros signe "leur arrêt de mort"
Actualités

Chine : la reprise du commerce lié au tigre et au rhinocéros signe "leur arrêt de mort"

L'annonce, le 29 octobre 2018, par la Chine d'une reprise limitée du commerce de produits issus du tigre et du rhinocéros provoque la colère des défenseurs des animaux, qui parlent "d'arrêt de mort" pour ces espèces en danger.

Pékin justifie sa décision par la recherche et la vente d'oeuvres d'art

La vente de produits tels que l'os de tigre ou la corne de rhinocéros, recherchés par la médecine traditionnelle, pourra être autorisée dans certaines circonstances "particulières", a annoncé le gouvernement chinois dans une circulaire signée par le Premier ministre Li Keqiang. Parmi celles-ci, Pékin cite la recherche scientifique, la vente d'oeuvres d'art et "la recherche et les traitements médicaux". Une autorisation spéciale sera requise pour le recours à ces produits, stipule la circulaire. Seuls des médecins employés par des hôpitaux reconnus par l'Administration nationale de médecine traditionnelle pourront les utiliser. Les volumes commerciaux seront "strictement contrôlés" et le commerce de ces produits interdit en dehors des cas prévus, selon le texte. Les autorités chargées du patrimoine et du tourisme pourront seules autoriser "des échanges culturels temporaires" d'oeuvres fabriquées à partir de ces animaux.

Les ONG craignent que cette circulaire permette le blanchiment des produits du braconnage

Cette libéralisation remplace une interdiction totale décidée en 1993. Mais le marché noir a remplacé le commerce légal et de nombreux produits interdits entrent en Chine, notamment par le Vietnam, selon des mouvements écologistes. Ces derniers contestent la décision du gouvernement chinois, expliquant qu'elle est destinée à utiliser des produits issus d'animaux en captivité mais qu'elle ne pourra qu'accroître la menace sur la faune sauvage. "Par cette annonce, le gouvernement chinois signe l'arrêt de mort des rhinocéros et des tigres sauvages", accuse Iris Ho, responsable de l'association Humane Society International à Washington, citée dans un communiqué. Selon elle, la nouvelle politique suivie à Pékin va aboutir à créer une filière de "blanchiment" de produits de braconnage. "La reprise du commerce légal risque non seulement de servir de couverture au trafic clandestin, elle va aussi stimuler une demande qui avait décliné depuis l'entrée en vigueur de la prohibition", abonde Margaret Kinnaird, la responsable biodiversité au Fonds mondial pour la nature (WWF), dans un communiqué.

Des animaux inscrits dans la Liste rouge de l'UICN

Le tigre (Panthera tigris) est classé dans la catégorie des espèces en danger d'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il existe une demande persistante en Chine pour des produits dérivés de cet animal (os, griffes, moustaches, pénis..), parés de pouvoirs très controversées, notamment aphrodisiaques, dans la médecine traditionnelle. Le nombre des tigres élevés en captivité en Chine a fortement augmenté ces dernières années : on en compte aujourd'hui plus de 6.000, alors que la planète n'abriterait plus au total qu'un peu plus de 3.000 individus en liberté.

Quant aux différentes espèces de rhinocéros, l'UICN les classe soit en catégorie "vulnérable", "quasi-menacée" ou "en danger critique d'extinction". C'est le cas du rhinocéros noir (Diceros bicornis), qui vivait encore à 100.000 spécimens en Afrique en 1960. En 2016, ils n'étaient que 28.000 rhinocéros toutes espèces confondues en Afrique et en Asie, selon un rapport de l'ONU. La corne était à l'origine prescrite en médecine traditionnelle contre la fièvre. Mais de prétendues vertus contre le cancer ont provoqué une augmentation de la demande, notamment au Vietnam, dans les années 2000.

Depuis Londres, Kate Nustedt, directrice de programme à l'association Animals in the Wild / Protection mondiale des animaux, qualifie de "complet scandale" l'élevage d'animaux sauvages à des fins pharmaceutiques. "Des alternatives synthétiques existent qui constituent un avenir sans cruauté pour la médecine asiatique traditionnelle", estime-t-elle.


Source : AFP / Scoences et avenir
Crédit : Tony KARUMBA / AFP

Selon la médecine traditionnelle chinoise, les cornes de rhinocéros auraient des vertus thérapeutiques notamment contre le cancer, ce qui n'a jamais été prouvé.

Chine : la reprise du commerce lié au tigre et au rhinocéros signe "leur arrêt de mort" Actualités

Chine : la reprise du commerce lié au tigre et au rhinocéros signe "leur arrêt de mort"

L'annonce, le 29 octobre 2018, par la Chine d'une reprise limitée du commerce de produits issus du tigre et du rhinocéros provoque la colère des défenseurs des animaux, qui parlent "d'arrêt de mort" pour ces espèces en danger.

Pékin justifie sa décision par la recherche et la vente d'oeuvres d'art

La vente de produits tels que l'os de tigre ou la corne de rhinocéros, recherchés par la médecine traditionnelle, pourra être autorisée dans certaines circonstances "particulières", a annoncé le gouvernement chinois dans une circulaire signée par le Premier ministre Li Keqiang. Parmi celles-ci, Pékin cite la recherche scientifique, la vente d'oeuvres d'art et "la recherche et les traitements médicaux". Une autorisation spéciale sera requise pour le recours à ces produits, stipule la circulaire. Seuls des médecins employés par des hôpitaux reconnus par l'Administration nationale de médecine traditionnelle pourront les utiliser. Les volumes commerciaux seront "strictement contrôlés" et le commerce de ces produits interdit en dehors des cas prévus, selon le texte. Les autorités chargées du patrimoine et du tourisme pourront seules autoriser "des échanges culturels temporaires" d'oeuvres fabriquées à partir de ces animaux.

Les ONG craignent que cette circulaire permette le blanchiment des produits du braconnage

Cette libéralisation remplace une interdiction totale décidée en 1993. Mais le marché noir a remplacé le commerce légal et de nombreux produits interdits entrent en Chine, notamment par le Vietnam, selon des mouvements écologistes. Ces derniers contestent la décision du gouvernement chinois, expliquant qu'elle est destinée à utiliser des produits issus d'animaux en captivité mais qu'elle ne pourra qu'accroître la menace sur la faune sauvage. "Par cette annonce, le gouvernement chinois signe l'arrêt de mort des rhinocéros et des tigres sauvages", accuse Iris Ho, responsable de l'association Humane Society International à Washington, citée dans un communiqué. Selon elle, la nouvelle politique suivie à Pékin va aboutir à créer une filière de "blanchiment" de produits de braconnage. "La reprise du commerce légal risque non seulement de servir de couverture au trafic clandestin, elle va aussi stimuler une demande qui avait décliné depuis l'entrée en vigueur de la prohibition", abonde Margaret Kinnaird, la responsable biodiversité au Fonds mondial pour la nature (WWF), dans un communiqué.

Des animaux inscrits dans la Liste rouge de l'UICN

Le tigre (Panthera tigris) est classé dans la catégorie des espèces en danger d'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il existe une demande persistante en Chine pour des produits dérivés de cet animal (os, griffes, moustaches, pénis..), parés de pouvoirs très controversées, notamment aphrodisiaques, dans la médecine traditionnelle. Le nombre des tigres élevés en captivité en Chine a fortement augmenté ces dernières années : on en compte aujourd'hui plus de 6.000, alors que la planète n'abriterait plus au total qu'un peu plus de 3.000 individus en liberté.

Quant aux différentes espèces de rhinocéros, l'UICN les classe soit en catégorie "vulnérable", "quasi-menacée" ou "en danger critique d'extinction". C'est le cas du rhinocéros noir (Diceros bicornis), qui vivait encore à 100.000 spécimens en Afrique en 1960. En 2016, ils n'étaient que 28.000 rhinocéros toutes espèces confondues en Afrique et en Asie, selon un rapport de l'ONU. La corne était à l'origine prescrite en médecine traditionnelle contre la fièvre. Mais de prétendues vertus contre le cancer ont provoqué une augmentation de la demande, notamment au Vietnam, dans les années 2000.

Depuis Londres, Kate Nustedt, directrice de programme à l'association Animals in the Wild / Protection mondiale des animaux, qualifie de "complet scandale" l'élevage d'animaux sauvages à des fins pharmaceutiques. "Des alternatives synthétiques existent qui constituent un avenir sans cruauté pour la médecine asiatique traditionnelle", estime-t-elle.


Source : AFP / Scoences et avenir
Crédit : Tony KARUMBA / AFP

Selon la médecine traditionnelle chinoise, les cornes de rhinocéros auraient des vertus thérapeutiques notamment contre le cancer, ce qui n'a jamais été prouvé.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

07 - Adèche

Du 1er mai au 15 novembre
Exposition "ENTRE TERRE ET EAU"

Crises sociales et environnementales dans le Delta du Danube en Roumanie, à la fin du Néolithique. A près de 2 000 km de l'Ardèche, comment se passe la fin de la Préhistoire au bord du fleuve et de la Mer Noire ? Une exposition franco-roumaine inédite, interactive et immersive, à découvrir à la Cité de la Préhistoire !

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020
Exposition
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019
Exposition "GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

Exposition de plein air
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


25 - Doubs

Du 23 novembre 2018 au 22 avril 2019
Exposition « FROID »

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre
LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


61 - Orne

Du 13 octobre au 23 décembre
Exposition : "LES HAIES", Joël Auxenfans

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Du 15 septembre au 15 décembre
Exposition "L’abbé Pierre photographe, un regard sur le monde"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org

Lieux:

Découvrir toutes les activités