Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions
Actualités

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions

Une pincée de poudre d'os de chimpanzé, de la salive de gecko et un soupçon de cerveau de vautour. Une potion magique ? Non, simplement quelques substances prisées de l'énorme trafic de parties d'animaux aux vertus soi-disant miraculeuses. En Asie ou en Afrique ces ingrédients hors de prix sont la clé de remèdes ancestraux prescrits en médecine traditionnelle contre le sida, l'asthme ou encore les gueules de bois. À l'heure où les scientifiques, réunis à Medellín, tentent de mettre en lumière le déclin des espèces, les experts soulignent que ces ingrédients sont tout simplement de "prétendus médicaments miracles inventés par des charlatans".

Outre la fameuse corne de rhinocéros ou les écailles de pangolins, d'autres substances souvent arrachées à des espèces en danger sont moins connues, comme les griffes de paresseux, les branchies de raies manta, ou encore les embryons de macaques. "Nous ne critiquerons jamais les pratiques traditionnelles, commente John Scanlon, secrétaire général de la Convention internationale sur le commerce des espèces menacées (Cites). Mais nous dénonçons ceux qui abusent de gens vulnérables en leur présentant certains produits issus de la vie sauvage qui auraient des propriétés qui ne sont pas associées à la médecine traditionnelle".

En ligne de mire de ces croyances se trouvent les cornes de rhinocéros vendues comme remède contre le cancer. Un fantasme qui a contribué à décimer les populations. "La crise du braconnage des rhinocéros, qui a commencé vers 2007 (...), trouve son origine dans des usages médicinaux bidons", souligne ainsi Richard Thomas, de l'organisation TRAFFIC. En 1960, quelque 100.000 rhinocéros noirs vivaient encore en Afrique. En 2016, ils n'étaient plus que 28.000, en Afrique et en Asie, toutes espèces confondues, selon un rapport de l'ONU.

Des études et des déclarations

La corne de rhinocéros était à l'origine prescrite en médecine traditionnelle chinoise contre la fièvre. Certaines études ont même conclu à une certaine efficacité en la matière. Mais elles précisaient qu'elles n'en avaient pas plus que l'aspirine. Ce sont les déclarations d'un homme politique vantant les propriétés anti-cancer de la corne qui seraient à l'origine d'une augmentation de la demande au Vietnam dans les années 2000, même si, insiste Richard Thomas, "cette déclaration n'avait aucune base scientifique". Les vertus attribuées à cette corne ont ensuite évolué, certains s'en servant pour soigner une gueule de bois, d'autres simplement pour afficher leur richesse. Malgré l'interdiction en Chine, la demande n'a pas diminué, et le produit se vend à des dizaines de milliers de dollars le kilo. Au Vietnam, ce braconnage a causé, en 2011, la mort de la dernière espèce de rhinocéros de Java.

D'autres ingrédients semblent plus opérants, comme la bile d'ours qui contient un acide efficace contre une maladie du foie, aujourd'hui synthétisé. Mais pour de nombreux autres, la demande se nourrit des superstitions, selon les experts. C'est le cas des écailles de pangolins, petit fourmilier à longue queue dont deux des huit espèces sont en "danger critique". Les écailles de l'animal sont vendues en Asie à 500 dollars le kilo, pour soigner l'asthme ou les migraines, encore une fois, "sans aucune preuve scientifique", selon Richard Thomas. Aucune preuve non plus que le gecko tokay soigne le sida, ou que les os de tigre stimulent la virilité.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Cover Images/SIPAancer.

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions Actualités

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions

Une pincée de poudre d'os de chimpanzé, de la salive de gecko et un soupçon de cerveau de vautour. Une potion magique ? Non, simplement quelques substances prisées de l'énorme trafic de parties d'animaux aux vertus soi-disant miraculeuses. En Asie ou en Afrique ces ingrédients hors de prix sont la clé de remèdes ancestraux prescrits en médecine traditionnelle contre le sida, l'asthme ou encore les gueules de bois. À l'heure où les scientifiques, réunis à Medellín, tentent de mettre en lumière le déclin des espèces, les experts soulignent que ces ingrédients sont tout simplement de "prétendus médicaments miracles inventés par des charlatans".

Outre la fameuse corne de rhinocéros ou les écailles de pangolins, d'autres substances souvent arrachées à des espèces en danger sont moins connues, comme les griffes de paresseux, les branchies de raies manta, ou encore les embryons de macaques. "Nous ne critiquerons jamais les pratiques traditionnelles, commente John Scanlon, secrétaire général de la Convention internationale sur le commerce des espèces menacées (Cites). Mais nous dénonçons ceux qui abusent de gens vulnérables en leur présentant certains produits issus de la vie sauvage qui auraient des propriétés qui ne sont pas associées à la médecine traditionnelle".

En ligne de mire de ces croyances se trouvent les cornes de rhinocéros vendues comme remède contre le cancer. Un fantasme qui a contribué à décimer les populations. "La crise du braconnage des rhinocéros, qui a commencé vers 2007 (...), trouve son origine dans des usages médicinaux bidons", souligne ainsi Richard Thomas, de l'organisation TRAFFIC. En 1960, quelque 100.000 rhinocéros noirs vivaient encore en Afrique. En 2016, ils n'étaient plus que 28.000, en Afrique et en Asie, toutes espèces confondues, selon un rapport de l'ONU.

Des études et des déclarations

La corne de rhinocéros était à l'origine prescrite en médecine traditionnelle chinoise contre la fièvre. Certaines études ont même conclu à une certaine efficacité en la matière. Mais elles précisaient qu'elles n'en avaient pas plus que l'aspirine. Ce sont les déclarations d'un homme politique vantant les propriétés anti-cancer de la corne qui seraient à l'origine d'une augmentation de la demande au Vietnam dans les années 2000, même si, insiste Richard Thomas, "cette déclaration n'avait aucune base scientifique". Les vertus attribuées à cette corne ont ensuite évolué, certains s'en servant pour soigner une gueule de bois, d'autres simplement pour afficher leur richesse. Malgré l'interdiction en Chine, la demande n'a pas diminué, et le produit se vend à des dizaines de milliers de dollars le kilo. Au Vietnam, ce braconnage a causé, en 2011, la mort de la dernière espèce de rhinocéros de Java.

D'autres ingrédients semblent plus opérants, comme la bile d'ours qui contient un acide efficace contre une maladie du foie, aujourd'hui synthétisé. Mais pour de nombreux autres, la demande se nourrit des superstitions, selon les experts. C'est le cas des écailles de pangolins, petit fourmilier à longue queue dont deux des huit espèces sont en "danger critique". Les écailles de l'animal sont vendues en Asie à 500 dollars le kilo, pour soigner l'asthme ou les migraines, encore une fois, "sans aucune preuve scientifique", selon Richard Thomas. Aucune preuve non plus que le gecko tokay soigne le sida, ou que les os de tigre stimulent la virilité.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Cover Images/SIPAancer.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

07 - Adèche

Du 1er mai au 15 novembre
Exposition "ENTRE TERRE ET EAU"

Crises sociales et environnementales dans le Delta du Danube en Roumanie, à la fin du Néolithique. A près de 2 000 km de l'Ardèche, comment se passe la fin de la Préhistoire au bord du fleuve et de la Mer Noire ? Une exposition franco-roumaine inédite, interactive et immersive, à découvrir à la Cité de la Préhistoire !

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


Du 20 octobre au 4 novembre
Démonstration "LES SECRETS DU FEU"

Un animateur de la Cité de la Préhistoire vous dévoile les différentes techniques d’allumage du feu à la manière préhistorique, bien avant l’invention du briquet : en frottant des cailloux ou du bois, tout simplement !
Durée : 30 min. De 11h45, 14h et 16h45.

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


Du 20 octobre au 4 novembre
Visite spéciale Famille "LE COFFRE MYSTÉRIEUX"

Venez explorer la préhistoire autrement en partant à la recherche d’un mystérieux objet préhistorique dans la Cité. Un voyage dans le Temps pour petits et grands, qui devront revêtir les habits et ustensiles de nos
ancêtres pour traverser les âges anciens. Accompagnés par un archéologue et sa machine à remonter le Temps, saurez vous résoudre l’énigme ?
Durée : 1h15. A partir de 5 ans.

Grand Site de l’Aven d’Orgnac
Place Robert de Joly
07150 Orgnac–L’Aven
04 75 38 65 10
www.orgnac.com


14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020
Exposition
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 6 janvier 2019
Exposition "GRAINES"

Elles sont partout… Du petit-déjeuner au coucher, dans nos vêtements, dans notre alimentation, dans nos parcs et jardins… sans même y penser elles font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale.
Cette nouvelle exposition, très ludique, propose à tous les visiteurs de découvrir une grande variété de graines d’ici et d’ailleurs et de s’interroger sur leurs enjeux dans un contexte de changement climatique et sociétal.

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


Jusqu’au 31 mars 2019

Exposition de plein air
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 31 décembre
LES JARDINS DE CHAMBORD

Le château a retrouvé en 2017 ses jardins à la française du XVIIIe siècle avec six hectares et demi au pied de la façade nord du château : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15 250 plantes...

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
http://www.bloischambord.com


49 - Maine et Loire

Du 20 octobre au 4 novembre
"CONTES ET RACONTÉES SPÉCIAL 3-9 ANS"

Les raconte-tapis débarquent au Bioparc pour plonger les enfants dans l’univers des contes animaliers ! Réunis autour de ces magnifiques créations tissées mains animées par nos soigneurs, les enfants découvrent le terrain d’aventure des personnages de l’histoire.

Bioparc Doué la Fontaine
103 rue de Cholet
49700 Doué-en-Anjou
02 41 59 18 58
www.bioparc-zoo.fr


61 - Orne

Du 13 octobre au 23 décembre
Exposition : "LES HAIES", Joël Auxenfans

Ecomusée du Perche
Prieuré de Sainte-Gauburge
61130 Saint-Cyr-la-Rosiere
02 33 73 48 06
www.ecomuseeduperche.fr


76 - Seine Maritime

Du 15 septembre au 15 décembre
Exposition "L’abbé Pierre photographe, un regard sur le monde"

L'exposition présente soixante-dix photographies inédites prises par l’abbé Pierre lui-même dans de nombreux pays. Elles témoignent de la vitalité des personnes pauvres dans le monde et dévoilent le regard lucide et plein d’amour.

Centre abbé Pierre - Emmaüs
Route d'Emmaüs
76690 Esteville
02 35 23 87 76
www.centre-abbe-pierre-emmaus.org


87 - Haute-Vienne

Du 1er avril au 4 novembre
Exposition : « L’ÉLOGE DE L’ÉTRANGE ET DE L’INCOMPRIS »

Une revisite du Cabinet des Curiosités par 7 artistes qui explorent des thèmes à la fois scientifiques et naturalistes, mais aussi oniriques et bouleversants, merveilleux et revendiquant.

La Cité des insectes
Chaud 87120 Nedde
05 55 04 02 55
www.lacitedesinsectes.com


31 octobre
LA CHASSE D’HALLOWEEN AUX PETITES BÊTES !

La Chasse d’Halloween aux petites bêtes ! Avec dégustation d’insectes ! des cadeaux pour tout le monde mais surtout la famille la mieux déguisée recevra une belle surprise.

La Cité des insectes
Chaud 87120 Nedde
05 55 04 02 55
www.lacitedesinsectes.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités