Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions
Actualités

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions

Une pincée de poudre d'os de chimpanzé, de la salive de gecko et un soupçon de cerveau de vautour. Une potion magique ? Non, simplement quelques substances prisées de l'énorme trafic de parties d'animaux aux vertus soi-disant miraculeuses. En Asie ou en Afrique ces ingrédients hors de prix sont la clé de remèdes ancestraux prescrits en médecine traditionnelle contre le sida, l'asthme ou encore les gueules de bois. À l'heure où les scientifiques, réunis à Medellín, tentent de mettre en lumière le déclin des espèces, les experts soulignent que ces ingrédients sont tout simplement de "prétendus médicaments miracles inventés par des charlatans".

Outre la fameuse corne de rhinocéros ou les écailles de pangolins, d'autres substances souvent arrachées à des espèces en danger sont moins connues, comme les griffes de paresseux, les branchies de raies manta, ou encore les embryons de macaques. "Nous ne critiquerons jamais les pratiques traditionnelles, commente John Scanlon, secrétaire général de la Convention internationale sur le commerce des espèces menacées (Cites). Mais nous dénonçons ceux qui abusent de gens vulnérables en leur présentant certains produits issus de la vie sauvage qui auraient des propriétés qui ne sont pas associées à la médecine traditionnelle".

En ligne de mire de ces croyances se trouvent les cornes de rhinocéros vendues comme remède contre le cancer. Un fantasme qui a contribué à décimer les populations. "La crise du braconnage des rhinocéros, qui a commencé vers 2007 (...), trouve son origine dans des usages médicinaux bidons", souligne ainsi Richard Thomas, de l'organisation TRAFFIC. En 1960, quelque 100.000 rhinocéros noirs vivaient encore en Afrique. En 2016, ils n'étaient plus que 28.000, en Afrique et en Asie, toutes espèces confondues, selon un rapport de l'ONU.

Des études et des déclarations

La corne de rhinocéros était à l'origine prescrite en médecine traditionnelle chinoise contre la fièvre. Certaines études ont même conclu à une certaine efficacité en la matière. Mais elles précisaient qu'elles n'en avaient pas plus que l'aspirine. Ce sont les déclarations d'un homme politique vantant les propriétés anti-cancer de la corne qui seraient à l'origine d'une augmentation de la demande au Vietnam dans les années 2000, même si, insiste Richard Thomas, "cette déclaration n'avait aucune base scientifique". Les vertus attribuées à cette corne ont ensuite évolué, certains s'en servant pour soigner une gueule de bois, d'autres simplement pour afficher leur richesse. Malgré l'interdiction en Chine, la demande n'a pas diminué, et le produit se vend à des dizaines de milliers de dollars le kilo. Au Vietnam, ce braconnage a causé, en 2011, la mort de la dernière espèce de rhinocéros de Java.

D'autres ingrédients semblent plus opérants, comme la bile d'ours qui contient un acide efficace contre une maladie du foie, aujourd'hui synthétisé. Mais pour de nombreux autres, la demande se nourrit des superstitions, selon les experts. C'est le cas des écailles de pangolins, petit fourmilier à longue queue dont deux des huit espèces sont en "danger critique". Les écailles de l'animal sont vendues en Asie à 500 dollars le kilo, pour soigner l'asthme ou les migraines, encore une fois, "sans aucune preuve scientifique", selon Richard Thomas. Aucune preuve non plus que le gecko tokay soigne le sida, ou que les os de tigre stimulent la virilité.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Cover Images/SIPAancer.

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions Actualités

Ces animaux qui paient le prix des croyances et superstitions

Une pincée de poudre d'os de chimpanzé, de la salive de gecko et un soupçon de cerveau de vautour. Une potion magique ? Non, simplement quelques substances prisées de l'énorme trafic de parties d'animaux aux vertus soi-disant miraculeuses. En Asie ou en Afrique ces ingrédients hors de prix sont la clé de remèdes ancestraux prescrits en médecine traditionnelle contre le sida, l'asthme ou encore les gueules de bois. À l'heure où les scientifiques, réunis à Medellín, tentent de mettre en lumière le déclin des espèces, les experts soulignent que ces ingrédients sont tout simplement de "prétendus médicaments miracles inventés par des charlatans".

Outre la fameuse corne de rhinocéros ou les écailles de pangolins, d'autres substances souvent arrachées à des espèces en danger sont moins connues, comme les griffes de paresseux, les branchies de raies manta, ou encore les embryons de macaques. "Nous ne critiquerons jamais les pratiques traditionnelles, commente John Scanlon, secrétaire général de la Convention internationale sur le commerce des espèces menacées (Cites). Mais nous dénonçons ceux qui abusent de gens vulnérables en leur présentant certains produits issus de la vie sauvage qui auraient des propriétés qui ne sont pas associées à la médecine traditionnelle".

En ligne de mire de ces croyances se trouvent les cornes de rhinocéros vendues comme remède contre le cancer. Un fantasme qui a contribué à décimer les populations. "La crise du braconnage des rhinocéros, qui a commencé vers 2007 (...), trouve son origine dans des usages médicinaux bidons", souligne ainsi Richard Thomas, de l'organisation TRAFFIC. En 1960, quelque 100.000 rhinocéros noirs vivaient encore en Afrique. En 2016, ils n'étaient plus que 28.000, en Afrique et en Asie, toutes espèces confondues, selon un rapport de l'ONU.

Des études et des déclarations

La corne de rhinocéros était à l'origine prescrite en médecine traditionnelle chinoise contre la fièvre. Certaines études ont même conclu à une certaine efficacité en la matière. Mais elles précisaient qu'elles n'en avaient pas plus que l'aspirine. Ce sont les déclarations d'un homme politique vantant les propriétés anti-cancer de la corne qui seraient à l'origine d'une augmentation de la demande au Vietnam dans les années 2000, même si, insiste Richard Thomas, "cette déclaration n'avait aucune base scientifique". Les vertus attribuées à cette corne ont ensuite évolué, certains s'en servant pour soigner une gueule de bois, d'autres simplement pour afficher leur richesse. Malgré l'interdiction en Chine, la demande n'a pas diminué, et le produit se vend à des dizaines de milliers de dollars le kilo. Au Vietnam, ce braconnage a causé, en 2011, la mort de la dernière espèce de rhinocéros de Java.

D'autres ingrédients semblent plus opérants, comme la bile d'ours qui contient un acide efficace contre une maladie du foie, aujourd'hui synthétisé. Mais pour de nombreux autres, la demande se nourrit des superstitions, selon les experts. C'est le cas des écailles de pangolins, petit fourmilier à longue queue dont deux des huit espèces sont en "danger critique". Les écailles de l'animal sont vendues en Asie à 500 dollars le kilo, pour soigner l'asthme ou les migraines, encore une fois, "sans aucune preuve scientifique", selon Richard Thomas. Aucune preuve non plus que le gecko tokay soigne le sida, ou que les os de tigre stimulent la virilité.


Source : Sciences et Avenir
Crédit : Cover Images/SIPAancer.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

25 - Doubs

Jusqu'au 9 janvier 2022

EXPOSITION
"DESTINS DE CIRQUE"

Cette exposition présente les destins des femmes et hommes du cirque entre ombres et lumières. Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films … évoquent l’art du cirque du XVIIIe siècle à nos jours.
Les fabuleux dessins aquarellés des sœurs Vesque, les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire éclairent ces destins de cirque.

Saline royale
Grande rue
25610 ARC-ET-SENANS
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 25 septembre 2021 au 27 mars 2022

EXPOSITION
"JEAN-FRANCIS AUBURTIN, UN ÂGE D'OR"

Jean-Francis Auburtin (1866-1930) s’inscrit dans la longue procession des peintres sur le motif : Delacroix, Courbet, Boudin, Jongkind, Monet...
En une centaine d'œuvres, le Musée de Lodève propose une rétrospective de ce peintre à redécouvrir.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


41 - Loir et Cher

Jusqu'au 6 novembre

SON & LUMIERE
CHATEAU ROYAL DE BLOIS

Chaque soir, dès la tombée de la nuit, devenez le témoin d'une expérience époustouflante !
Sur les 4 façades de la cour, projections d'images vidéo monumentales et effets spéciaux immersifs s’emparent de l’architecture grandiose des lieux, métamorphosent le château et lui donnent vie.

Office de Tourisme de Blois-Chambord
23 place du château
41000 Blois
02 54 90 41 41
www.bloischambord.com


45 - Loiret

Du 9 au 24 octobre

CONCOURS PHOTOS
"AUTOMNE"  

L’automne est une saison extraordinaire à l’Arboretum des Grandes Bruyères. Les tableaux paysagers prennent des couleurs flamboyantes et les ambiances vous transportent en Chine et au Canada. Le rouge, l’orange et le jaune se déclinent en mille nuances éclatantes. Immergez-vous dans ces paysages, photographiez-les et tentez de gagner des cadeaux ! Ouvert à tous, petits et grands, amateurs et professionnels.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


Les 17 et 24 octobre

VISITES GUIDÉES - Arboretum des Grandes Bruyères
"DIMANCHE D'AUTOMNE"  

Visites guidées à 15h Certains arbres ont leurs plus beaux atours à l’automne. Ils revêtent leurs manteaux aux couleurs flamboyantes et créent entre eux des paysages exceptionnels. Au delà encore de la beauté, chacun a son histoire et ses petits secrets. Venez les découvrir et vous émerveiller ! Adulte 15 € / 6-12 ans 5 € / Gratuit jusqu'à 5 ans.

Arboretum des Grandes Bruyères
45450 Ingrannes
02 38 57 28 24
www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr


50 - Manche

Jusqu'au 1er novembre

EXPOSITION
"RIVAGES"

Photographe et aventurière, Amélie Blondiaux a parcouru à l'automne 2020 l'intégralité du GR 223 pour capter les nombreuses facettes du littoral de la Manche et promouvoir la mobilité douce dans le département.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Jusqu'au 2 janvier 2022

EXPOSITION
"LE PEUPLE DES DUNES, DES GAULOIS SOUS LA PLAGE"

Menée en partenariat avec l’INRAP. Dans cette exposition visant à valoriser le site archéologique gaulois découvert sous la plage d’Urville-Nacqueville, c’est une véritable immersion dans la vie quotidienne de nos ancêtres, à la fois navigateurs et commerçants, qui vous sont proposée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


71 - Saône et Loire

Jusqu'au 7 novembre

EXPOSITION
"LA VIE SECRÈTE DU SOL"

Quand on sait que les organismes vivants du sol représentent environ ¼ des espèces animales connues et le rôle joué par ces organismes dans l’équilibre et la richesse des sols on comprend mieux l’importance de bien les connaitre pour mieux les protéger.
L’exposition « La vie secrète du sol », conçue et réalisée par le Centre Eden, lève le voile sur ce monde mystérieux, les mécanismes complexes et les interactions entre les organismes.

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


Jusqu'au 31 décembre

EXPOSITION
"LES COULEURS DU CHAROLAIS-BRIONNAIS"

Ils sont nés ici, y ont grandi ; ils y résident pour la plupart ou y séjournent durant les vacances…leur point commun ? Ils l’ont tous dans la tête et dans le cœur ! Le Charolais-Brionnais sera mis à l’honneur à travers 130 photographies des membres du groupe Facebook « Les Couleurs du Charolais-Brionnais ».

La Maison du Charolais
43 Route de Mâcon, RCEA N79 sortie 12
71120 Charolles
03 85 88 04 00
www.maison-charolais.com


74 - Haute-Savoie

Du 23 octobre au 6 novembre

ACRO AVENTURES TALLOIRES
"CHASSE AU TRÉSOR D’HALLOWEEN"

Partez à la chasse au trésor. Une activité familiale accessible à tous ! "Hervé l’Araignée" de 3 à 7 ans et "Le Fantôme des Dents de Lanfon" de 8 à 13 ans.

Acro'Aventures Talloires
Route de Planfait
74290 Talloires
06 07 56 90 58
www.talloires.acro-aventures.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités