Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs
Actualités

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs

Dans un hangar de la Drôme, des milliards de larves de papillons sont concentrées dans une petite salle immaculée. Leur destin : nourrir des insectes capables de protéger les cultures agricoles des ravageurs afin d'utiliser moins de pesticides. A Livron-sur-Drôme, l'entreprise Bioline Agrosciences, filiale d'InVivo (premier groupement français de coopératives agricoles), élève dans ce hangar de 17.000 mètres carré toutes sortes d'insectes protecteurs de plantes et friands... d'insectes.

Ephestia kuehniella, mite alimentaire, est le nerf de la guerre. Selon les cas, ses œufs vont nourrir les insectes lâchés plus tard dans les cultures ou servir d'hôtes aux œufs d'autres espèces chargées de traquer les ravageurs. Des millions d'œufs d'Ephestia sont répartis dans des supports de cartons alvéolés empilés pour former de petits buildings d'un genre particulier et gorgés de blé concassé dont se nourrissent les larves écloses. "C'est le HLM des larves" explique en souriant Sébastien Rousselle, le responsable marketing vêtu de la blouse blanche de rigueur, pour arpenter, avec les journalistes de l'AFP, les quelque 80 salles d'élevage qui composent le hangar. "Dans chacune des salles, on est capable de maintenir les conditions de luminosité, température et humidité optimales pour le développement des insectes, lesquelles varient selon les stades, explique-t-il. Ces larves, en se développant, respirent et créent de la chaleur" ajoute-t-il pour justifier le vrombissement permanent des aérateurs qui renouvellent l'air afin d'éviter une accumulation de chaleur et de CO2 qui serait fatale à cet élevage.

Le biocontrôle pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France

Le biocontrôle, ou lutte biologique, représente 30 millions d'euros du chiffre d'affaires pour Bioline, une goutte d'eau à l'échelle du groupe mais une goutte appelée à grossir. "Pour les œufs d'Ephestia, on vient de doubler la capacité de production et ce n'est pas suffisant" explique Elizabeth Macé, directrice marketing. Logique, compte tenu des décisions récentes des autorités françaises d'interdire à court ou moyen terme certaines molécules considérées comme nocives pour l'environnement ou la santé humaine. L'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP) a estimé tout récemment que le biocontrôle, qui représente actuellement 5% du marché, pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France.

La grande vedette du hangar, c'est le trichogramme, une micro-guêpe dont six espèces différentes prolifèrent. Selon les espèces, elles protègent vignes, soja, châtaigniers, tomates et buis. Mais leur principal champ de bataille est le champ de maïs et leur ennemi juré, la pyrale, une chenille qui se délecte des épis et des tiges. "Les trichogrammes sont commercialisés dans une dizaine de pays, en Europe et en Amérique du Sud. En France, ils protègent 110.000 hectares de maïs sur 2,7 millions" explique Mme Macé. "La femelle va pondre son propre œuf à l'intérieur de celui de l'insecte ravageur. Cet œuf va éclore et la larve qui en sortira va manger l'œuf de la pyrale de l'intérieur. Le stade auquel le ravageur fait des dégâts, ce sont les larves, donc on agit avant même que les dégâts aient eu lieu" précise Sébastien Rousselle.

Un marché dopé par la culture du cannabis

À l'aide d'un microscope, le responsable marketing révèle dans une coupelle remplie de milliers d'œufs d'Ephestia l'existence d'une petite société dans laquelle de plus en plus d'œufs ont viré du blanc au noir, signe qu'ils ont été colonisés par des trichogrammes. "On va trier tout ça et garder un maximum d'œufs noirs, qu'on va envoyer aux agriculteurs pour protéger leurs parcelles" explique M. Rousselle. Dans les mains de Julien Baduraux, agriculteur en Meurthe-et-Moselle, un carton de la taille d'un jeu d'échecs se découpe en 25 plaquettes de diffusion et "permet de protéger l'équivalent de deux terrains de football. Les diffuseurs sont faciles à mettre en place dans la parcelle. J'ai six hectares de maïs, je mets moins d'une heure" explique-t-il à l'AFP. Lors d'un essai comparatif entre son exploitation et celle de deux voisins, il affirme avoir constaté un résultat comparable à celui relevé dans une exploitation traitée chimiquement.

"Aux États-Unis, il y a un marché qui se développe énormément grâce à la culture du cannabis" souligne Mme Macé. En Europe, avec la pression exercée sur les usages de pesticides chimiques, le nombre de procédures d'homologations de produits de biocontrôle a dépassé en 2017 et pour la première fois celles concernant des molécules chimiques" conclue-t-elle.
 

Source : AFP
Crédit : AFP - ROMAIN LAFABREGUE

Un employé de Bioline Agrosciences tient une larve d'Ephestia kuehniella à Livron-sur-Drome, le 11 décembre 2018.

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs Actualités

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs

Dans un hangar de la Drôme, des milliards de larves de papillons sont concentrées dans une petite salle immaculée. Leur destin : nourrir des insectes capables de protéger les cultures agricoles des ravageurs afin d'utiliser moins de pesticides. A Livron-sur-Drôme, l'entreprise Bioline Agrosciences, filiale d'InVivo (premier groupement français de coopératives agricoles), élève dans ce hangar de 17.000 mètres carré toutes sortes d'insectes protecteurs de plantes et friands... d'insectes.

Ephestia kuehniella, mite alimentaire, est le nerf de la guerre. Selon les cas, ses œufs vont nourrir les insectes lâchés plus tard dans les cultures ou servir d'hôtes aux œufs d'autres espèces chargées de traquer les ravageurs. Des millions d'œufs d'Ephestia sont répartis dans des supports de cartons alvéolés empilés pour former de petits buildings d'un genre particulier et gorgés de blé concassé dont se nourrissent les larves écloses. "C'est le HLM des larves" explique en souriant Sébastien Rousselle, le responsable marketing vêtu de la blouse blanche de rigueur, pour arpenter, avec les journalistes de l'AFP, les quelque 80 salles d'élevage qui composent le hangar. "Dans chacune des salles, on est capable de maintenir les conditions de luminosité, température et humidité optimales pour le développement des insectes, lesquelles varient selon les stades, explique-t-il. Ces larves, en se développant, respirent et créent de la chaleur" ajoute-t-il pour justifier le vrombissement permanent des aérateurs qui renouvellent l'air afin d'éviter une accumulation de chaleur et de CO2 qui serait fatale à cet élevage.

Le biocontrôle pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France

Le biocontrôle, ou lutte biologique, représente 30 millions d'euros du chiffre d'affaires pour Bioline, une goutte d'eau à l'échelle du groupe mais une goutte appelée à grossir. "Pour les œufs d'Ephestia, on vient de doubler la capacité de production et ce n'est pas suffisant" explique Elizabeth Macé, directrice marketing. Logique, compte tenu des décisions récentes des autorités françaises d'interdire à court ou moyen terme certaines molécules considérées comme nocives pour l'environnement ou la santé humaine. L'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP) a estimé tout récemment que le biocontrôle, qui représente actuellement 5% du marché, pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France.

La grande vedette du hangar, c'est le trichogramme, une micro-guêpe dont six espèces différentes prolifèrent. Selon les espèces, elles protègent vignes, soja, châtaigniers, tomates et buis. Mais leur principal champ de bataille est le champ de maïs et leur ennemi juré, la pyrale, une chenille qui se délecte des épis et des tiges. "Les trichogrammes sont commercialisés dans une dizaine de pays, en Europe et en Amérique du Sud. En France, ils protègent 110.000 hectares de maïs sur 2,7 millions" explique Mme Macé. "La femelle va pondre son propre œuf à l'intérieur de celui de l'insecte ravageur. Cet œuf va éclore et la larve qui en sortira va manger l'œuf de la pyrale de l'intérieur. Le stade auquel le ravageur fait des dégâts, ce sont les larves, donc on agit avant même que les dégâts aient eu lieu" précise Sébastien Rousselle.

Un marché dopé par la culture du cannabis

À l'aide d'un microscope, le responsable marketing révèle dans une coupelle remplie de milliers d'œufs d'Ephestia l'existence d'une petite société dans laquelle de plus en plus d'œufs ont viré du blanc au noir, signe qu'ils ont été colonisés par des trichogrammes. "On va trier tout ça et garder un maximum d'œufs noirs, qu'on va envoyer aux agriculteurs pour protéger leurs parcelles" explique M. Rousselle. Dans les mains de Julien Baduraux, agriculteur en Meurthe-et-Moselle, un carton de la taille d'un jeu d'échecs se découpe en 25 plaquettes de diffusion et "permet de protéger l'équivalent de deux terrains de football. Les diffuseurs sont faciles à mettre en place dans la parcelle. J'ai six hectares de maïs, je mets moins d'une heure" explique-t-il à l'AFP. Lors d'un essai comparatif entre son exploitation et celle de deux voisins, il affirme avoir constaté un résultat comparable à celui relevé dans une exploitation traitée chimiquement.

"Aux États-Unis, il y a un marché qui se développe énormément grâce à la culture du cannabis" souligne Mme Macé. En Europe, avec la pression exercée sur les usages de pesticides chimiques, le nombre de procédures d'homologations de produits de biocontrôle a dépassé en 2017 et pour la première fois celles concernant des molécules chimiques" conclue-t-elle.
 

Source : AFP
Crédit : AFP - ROMAIN LAFABREGUE

Un employé de Bioline Agrosciences tient une larve d'Ephestia kuehniella à Livron-sur-Drome, le 11 décembre 2018.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

11 - Aude

Du 10 janvier 2019 au 14 février

COURS DE POTERIE : RAKU

Animés par la potière Cécile Dussaud. Jeudis 10, 17, 24, 31 janvier et 14 février, de 18h à 20h, à Amphoralis. La cuisson à la technique japonaise du raku sera ensuite effectuée le dimanche 24 février, de 14h à 18h.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


27 janvier

VISITE GUIDÉE
POTIERS GALLO-ROMAINS

Découvrez l’activité des potiers gallo-romains et de leur véritable « usine » d’amphores.

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


14 - Calvados

Jusqu’au 29 février 2020

EXPOSITION
"LES REQUINS ! 430 MILLIONS D’ANNÉES D’ÉVOLUTION"

Découvrez la grande diversité des requins, allant d’espèces de petites tailles, jusqu’aux poissons géants dont les dents sont plus grandes qu’une main humaine.
Cette exposition évoque également le grand danger auquel ils sont confrontés : l’Homme. Venez découvrir de nouvelles espèces et apprendre en vous amusant grâce à une fresque digitale.

Paléospace
Avenue Jean Moulin
14640 Villers-sur-Mer
02 31 81 77 60
www.paleospace-villers.fr


21 - Côte d'Or

Jusqu’au 31 mars 2019

EXPOSITION PLEIN-AIR
"IMPACTS ! HOMME-NATURE"

Venez découvrir les relations homme-nature au plus près du vivant !
De l’évolution du comportement animal à celui du climat et des milieux naturels, les chercheurs de Bourgogne et de Franche-Comté tentent de comprendre le rôle de l’Homme dans ces changements. Traversez ville, campagne et forêt et voyagez jusqu’aux pôles pour observer ces recherches in vivo !

Le Jardin des sciences
Parc de l’Arquebuse
21000 Dijon
03 80 48 82 00
www.dijon.fr


22 - Côtes d'Armor

22 février

CONFÉRENCE - SPECTACLE
"HISTOIRE ET ÉVOLUTION DE LA LUNE"

Pour l’ouverture de cette année du 50ème anniversaire de la mission Apollo 9, répétition générale avant le voyage vers la Lune, cette séance spéciale vous emmènera à la découverte de notre satellite.
Vendredi 22 février à 17h30. Tarif 4 €.

Planétarium de Bretagne
Parc du Radôme
22560 Pleumeur-Bodou
02 96 15 80 30
www.planetarium-bretagne.fr


25 - Doubs

Jusqu'au 22 avril 2019

EXPOSITION "FROID"

Véritable plongée dans l’univers du froid, l’exposition met en scène les multiples facettes du froid et plonge le visiteur dans des univers différents :
vie quotidienne, milieux extrêmes, biologie, physique, chimie, recherche, technologie, science-fiction... et l’invite à expérimenter.

Saline royale
Grande rue
25610 Arc-et-Senans
03 81 54 45 45
www.salineroyale.com


30 - Gard

Du 9 février au 10 mars

EXPOSITION
"VOLCANS, LA VIE DE LA TERRE"

Découvrez les grands mécanismes des profondeurs de la Terre, les menaces et richesses que représentent les volcans grâce à une vingtaine de manipulations interactives.
Exposition gratuite, tout public. Entrée libre de 10h à 18h en semaine ; 14h-18h samedi et dimanche.

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


14 février

CONFÉRENCE-SPECTACLE
"MATHÉMATIQUES, MAGIE ET MYSTÈRE

Durant cette conférence, des exemples de création de tours magiques à partir des maths seront présentés, et réciproquement  des tours de magie seront décortiqués pour y découvrir des maths.
Jeudi 14 février à 18h. Gratuit, sur réservation sur www.visiatome.fr(conseillée à partir de 11 ans).

Le Visiatome
CEA Marcoule
04 66 39 78 78
www.visiatome.fr


44 - Loire Atlantique

Du 8 au 19 mai 2019

EXPOSITION
"LES FLORALIES INTERNATIONALES DE NANTES"

Lors de cette prestigieuse manifestation florale, les visiteurs seront invités à découvrir dans le cadre exceptionnel du Parc de la Beaujoire des scènes ornementales élaborées par des professionnels et des amateurs passionnés.
Une représentation florale de haut niveau qui contribuera à les étonner, les dépayser, les faire rêver...

Floralies Internationales
Parc des Expositions de la Beaujoire
Route de Saint-Joseph de Porterie
44300 Nantes
http://comite-des-floralies.com/fre/

Lieux:

Découvrir toutes les activités