Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs
Actualités

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs

Dans un hangar de la Drôme, des milliards de larves de papillons sont concentrées dans une petite salle immaculée. Leur destin : nourrir des insectes capables de protéger les cultures agricoles des ravageurs afin d'utiliser moins de pesticides. A Livron-sur-Drôme, l'entreprise Bioline Agrosciences, filiale d'InVivo (premier groupement français de coopératives agricoles), élève dans ce hangar de 17.000 mètres carré toutes sortes d'insectes protecteurs de plantes et friands... d'insectes.

Ephestia kuehniella, mite alimentaire, est le nerf de la guerre. Selon les cas, ses œufs vont nourrir les insectes lâchés plus tard dans les cultures ou servir d'hôtes aux œufs d'autres espèces chargées de traquer les ravageurs. Des millions d'œufs d'Ephestia sont répartis dans des supports de cartons alvéolés empilés pour former de petits buildings d'un genre particulier et gorgés de blé concassé dont se nourrissent les larves écloses. "C'est le HLM des larves" explique en souriant Sébastien Rousselle, le responsable marketing vêtu de la blouse blanche de rigueur, pour arpenter, avec les journalistes de l'AFP, les quelque 80 salles d'élevage qui composent le hangar. "Dans chacune des salles, on est capable de maintenir les conditions de luminosité, température et humidité optimales pour le développement des insectes, lesquelles varient selon les stades, explique-t-il. Ces larves, en se développant, respirent et créent de la chaleur" ajoute-t-il pour justifier le vrombissement permanent des aérateurs qui renouvellent l'air afin d'éviter une accumulation de chaleur et de CO2 qui serait fatale à cet élevage.

Le biocontrôle pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France

Le biocontrôle, ou lutte biologique, représente 30 millions d'euros du chiffre d'affaires pour Bioline, une goutte d'eau à l'échelle du groupe mais une goutte appelée à grossir. "Pour les œufs d'Ephestia, on vient de doubler la capacité de production et ce n'est pas suffisant" explique Elizabeth Macé, directrice marketing. Logique, compte tenu des décisions récentes des autorités françaises d'interdire à court ou moyen terme certaines molécules considérées comme nocives pour l'environnement ou la santé humaine. L'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP) a estimé tout récemment que le biocontrôle, qui représente actuellement 5% du marché, pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France.

La grande vedette du hangar, c'est le trichogramme, une micro-guêpe dont six espèces différentes prolifèrent. Selon les espèces, elles protègent vignes, soja, châtaigniers, tomates et buis. Mais leur principal champ de bataille est le champ de maïs et leur ennemi juré, la pyrale, une chenille qui se délecte des épis et des tiges. "Les trichogrammes sont commercialisés dans une dizaine de pays, en Europe et en Amérique du Sud. En France, ils protègent 110.000 hectares de maïs sur 2,7 millions" explique Mme Macé. "La femelle va pondre son propre œuf à l'intérieur de celui de l'insecte ravageur. Cet œuf va éclore et la larve qui en sortira va manger l'œuf de la pyrale de l'intérieur. Le stade auquel le ravageur fait des dégâts, ce sont les larves, donc on agit avant même que les dégâts aient eu lieu" précise Sébastien Rousselle.

Un marché dopé par la culture du cannabis

À l'aide d'un microscope, le responsable marketing révèle dans une coupelle remplie de milliers d'œufs d'Ephestia l'existence d'une petite société dans laquelle de plus en plus d'œufs ont viré du blanc au noir, signe qu'ils ont été colonisés par des trichogrammes. "On va trier tout ça et garder un maximum d'œufs noirs, qu'on va envoyer aux agriculteurs pour protéger leurs parcelles" explique M. Rousselle. Dans les mains de Julien Baduraux, agriculteur en Meurthe-et-Moselle, un carton de la taille d'un jeu d'échecs se découpe en 25 plaquettes de diffusion et "permet de protéger l'équivalent de deux terrains de football. Les diffuseurs sont faciles à mettre en place dans la parcelle. J'ai six hectares de maïs, je mets moins d'une heure" explique-t-il à l'AFP. Lors d'un essai comparatif entre son exploitation et celle de deux voisins, il affirme avoir constaté un résultat comparable à celui relevé dans une exploitation traitée chimiquement.

"Aux États-Unis, il y a un marché qui se développe énormément grâce à la culture du cannabis" souligne Mme Macé. En Europe, avec la pression exercée sur les usages de pesticides chimiques, le nombre de procédures d'homologations de produits de biocontrôle a dépassé en 2017 et pour la première fois celles concernant des molécules chimiques" conclue-t-elle.
 

Source : AFP
Crédit : AFP - ROMAIN LAFABREGUE

Un employé de Bioline Agrosciences tient une larve d'Ephestia kuehniella à Livron-sur-Drome, le 11 décembre 2018.

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs Actualités

Biocontrôle : la lutte biologique, nouvelle arme des agriculteurs

Dans un hangar de la Drôme, des milliards de larves de papillons sont concentrées dans une petite salle immaculée. Leur destin : nourrir des insectes capables de protéger les cultures agricoles des ravageurs afin d'utiliser moins de pesticides. A Livron-sur-Drôme, l'entreprise Bioline Agrosciences, filiale d'InVivo (premier groupement français de coopératives agricoles), élève dans ce hangar de 17.000 mètres carré toutes sortes d'insectes protecteurs de plantes et friands... d'insectes.

Ephestia kuehniella, mite alimentaire, est le nerf de la guerre. Selon les cas, ses œufs vont nourrir les insectes lâchés plus tard dans les cultures ou servir d'hôtes aux œufs d'autres espèces chargées de traquer les ravageurs. Des millions d'œufs d'Ephestia sont répartis dans des supports de cartons alvéolés empilés pour former de petits buildings d'un genre particulier et gorgés de blé concassé dont se nourrissent les larves écloses. "C'est le HLM des larves" explique en souriant Sébastien Rousselle, le responsable marketing vêtu de la blouse blanche de rigueur, pour arpenter, avec les journalistes de l'AFP, les quelque 80 salles d'élevage qui composent le hangar. "Dans chacune des salles, on est capable de maintenir les conditions de luminosité, température et humidité optimales pour le développement des insectes, lesquelles varient selon les stades, explique-t-il. Ces larves, en se développant, respirent et créent de la chaleur" ajoute-t-il pour justifier le vrombissement permanent des aérateurs qui renouvellent l'air afin d'éviter une accumulation de chaleur et de CO2 qui serait fatale à cet élevage.

Le biocontrôle pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France

Le biocontrôle, ou lutte biologique, représente 30 millions d'euros du chiffre d'affaires pour Bioline, une goutte d'eau à l'échelle du groupe mais une goutte appelée à grossir. "Pour les œufs d'Ephestia, on vient de doubler la capacité de production et ce n'est pas suffisant" explique Elizabeth Macé, directrice marketing. Logique, compte tenu des décisions récentes des autorités françaises d'interdire à court ou moyen terme certaines molécules considérées comme nocives pour l'environnement ou la santé humaine. L'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP) a estimé tout récemment que le biocontrôle, qui représente actuellement 5% du marché, pourrait voir sa part tripler d'ici à 2025 en France.

La grande vedette du hangar, c'est le trichogramme, une micro-guêpe dont six espèces différentes prolifèrent. Selon les espèces, elles protègent vignes, soja, châtaigniers, tomates et buis. Mais leur principal champ de bataille est le champ de maïs et leur ennemi juré, la pyrale, une chenille qui se délecte des épis et des tiges. "Les trichogrammes sont commercialisés dans une dizaine de pays, en Europe et en Amérique du Sud. En France, ils protègent 110.000 hectares de maïs sur 2,7 millions" explique Mme Macé. "La femelle va pondre son propre œuf à l'intérieur de celui de l'insecte ravageur. Cet œuf va éclore et la larve qui en sortira va manger l'œuf de la pyrale de l'intérieur. Le stade auquel le ravageur fait des dégâts, ce sont les larves, donc on agit avant même que les dégâts aient eu lieu" précise Sébastien Rousselle.

Un marché dopé par la culture du cannabis

À l'aide d'un microscope, le responsable marketing révèle dans une coupelle remplie de milliers d'œufs d'Ephestia l'existence d'une petite société dans laquelle de plus en plus d'œufs ont viré du blanc au noir, signe qu'ils ont été colonisés par des trichogrammes. "On va trier tout ça et garder un maximum d'œufs noirs, qu'on va envoyer aux agriculteurs pour protéger leurs parcelles" explique M. Rousselle. Dans les mains de Julien Baduraux, agriculteur en Meurthe-et-Moselle, un carton de la taille d'un jeu d'échecs se découpe en 25 plaquettes de diffusion et "permet de protéger l'équivalent de deux terrains de football. Les diffuseurs sont faciles à mettre en place dans la parcelle. J'ai six hectares de maïs, je mets moins d'une heure" explique-t-il à l'AFP. Lors d'un essai comparatif entre son exploitation et celle de deux voisins, il affirme avoir constaté un résultat comparable à celui relevé dans une exploitation traitée chimiquement.

"Aux États-Unis, il y a un marché qui se développe énormément grâce à la culture du cannabis" souligne Mme Macé. En Europe, avec la pression exercée sur les usages de pesticides chimiques, le nombre de procédures d'homologations de produits de biocontrôle a dépassé en 2017 et pour la première fois celles concernant des molécules chimiques" conclue-t-elle.
 

Source : AFP
Crédit : AFP - ROMAIN LAFABREGUE

Un employé de Bioline Agrosciences tient une larve d'Ephestia kuehniella à Livron-sur-Drome, le 11 décembre 2018.

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


09 - Ariège

Le 15 février

"FABRIQUE TA FLÈCHE ET TON PROPULSEUR ! "

Au coin du feu, vous vous transformerez en chasseur préhistorique ! Vous fabriquerezune flèche et un propulseur en bois avec les moyens disponibles au néolithique… Le tout se terminera par un bon goûter de chez nous !
Le samedi 15 février 2020 de 14h à 17h30. Sur inscription. 8,50 €/adulte – 7 €/enfant.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


Le 22 février

BALLADE EN RAQUETTE
"À LA DÉCOUVERTE DES TRACES DANS LA NEIGE..."

Venez découvrir la neige autrement. Vous apprendrez à lire la neige, à fabriquer un abri, à allumer un feu dans la neige ou interpréter des traces sur la neige...(Pique-nique tiré du sac).
Le samedi 22 février de 10h à 17h30. Sur inscription. 30 €/adulte & 25 €/enfant à partir de 12 ans. Location de raquettes : 5 €/personne.

Au Pays des Traces
Ferme de Miguet
09190 Saint-Lizier    
05 61 66 47 98
www.paysdestraces.fr


11 - Aude

Le 26 janvier

"L'UNIVERS DES POTIERS"

Plongez dans l'univers des potiers lors d'une visite guidée au musée. Tarif : 5 € / 3 €

Amphoralis
Allée des potiers
11590 Sallèles d’Aude
04 68 46 89 48
www.amphoralis.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


22 - Côtes d'Armor

Du 15 décembre au 15 mars

EXPOSITION
"FRONDAISONS"
La fabrique d’un maquis de l’Argoat

Le pôle de l'Étang-Neuf présente l'oeuvre de Sophie Zénon, "Frondaisons", la fabrique de l'image d'un maquis de l'Argoat, une exposition de photographies et de vidéos.

Pôle de l'Étang-Neuf
22480 Saint-Connan
02 96 47 17 66
www.etangneufbretagne.com


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


30 - Gard

Jusqu'au 8 mars

EXPOSITION
« FEU », l’expo brûlante de la rentrée au Pont du Gard

FEU conçue par Universcience qui propose d’explorer la thématique de la maîtrise du feu par l’humain. Accessible dès 9 ans, cette exposition rassemble des installations audiovisuelles, des dispositifs multimédia et des expériences interactives ainsi que de nombreux objets visant à enrichir la connaissance des visiteurs et à déconstruire les idées reçues.

Site du Pont du Gard
La Bégude
400 route du Pont du Gard
30210 Vers-Pont-du-Gard
04 66 37 50 99
www.pontdugard.fr


34 - Hérault

Jusqu'au 23 février

EXPOSITION
"Ensor, Magritte, Alechinsky..."

L'exposition invite à un cheminement sensible sur les sentiers de l'art Belge à travers une sélection de chefsd’oeuvre des collections du Musée d'Ixelles (Bruxelles).

Musée de Lodève
square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


39 - Jura

Du 20 janvier au 2 avril

ATELIERS
"L’ŒIL ET LA MAIN"

Le Musée de la Lunette organise  une visite de l’exposition temporaire « Les lunettes en voient de toutes les couleurs ». Les enfants découvriront l’utilisation de la couleur en lunetterie, ses principes et surtout son design inspirant ! Ils participeront par la suite à un atelier artistique animé par l’une de nos artistes plasticiennes. Cet atelier est à destination des scolaires, de la maternelle au collège.

Musée de la Lunette
Place Jean Jaurès
39400 Morez - Hauts de Bienne
03 84 33 39 30
www.musee-lunette.fr


63 - Puy-de-Dôme

Janvier et février

"CLASSE NEIGE A PETITS PRIX"

Au Centre des Volcans propose un passeport Évasion Glacée à petits prix pour les derniers créneaux disponibles en janvier et février 2020.Venez découvrir les volcans sous la neige...

Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


De janvier à mars

SEJOURS SCOLAIRES
"LES 4 ÉLÉMENTS" et "L'AUVERGNE DES NEIGES"

Des tarifs imbattables sur les séjours scolaires pour les mois de janvier, février et mars 2020 ! Séjours à réserver rapidement.

.Au Centre des Volcans
Rue du Frère Genestier
63230 Pontgibaud
04 73 68 18 18 / 06 21 30 79 36
www.au-centre-des-volcans.fr


65 - Hautes-Pyrénées

Le 15 février

EXPÉDITION SOUTERRAINE
"GRAVER ET PEINDRE DANS UNE GROTTE"

Aller au fond d’une grotte pour peindre ou graver n’est pas une chose anodine ! Évoluer sur un sol accidenté, marcher, ramper ou encore escalader des parois dans l’obscurité et l’humidité montre que nos ancêtres prenaient des risques insensés ! Venez vivre un parcours initiatique dans la préhistoire. Réservation obligatoire. A partir de 8 ans.

Grottes préhistoriques de Gargas/Nestplori@
Route départementale 261
65660 Aventignan
https://grottesdegargas.fr


81 - Tarn

Jusqu'au 2 février

EXPOSITION
"PRESQUE"

Emmanuelle Pernet nous présente cette année, au travers d’une vingtaine de des-sins et d’une installation, son travail sur le mouvement et la persistance rétinienne.

Muséum d’histoire naturelle Philadelphe-Thomas
2 place Philadelphe Thomas
81600 Gaillac
05 63 57 36 31
www.ville-gaillac.fr


88 - Vosges

Du 21 au 23 février

SALON DES ANTIQUAIRES ET DE LA BROCANTE VOSGIENNE

35ème salon des antiquaires au Centre des Congrès à Épinal. 70 exposants venant de toute la France seront présents à cette occasion, venez chiner la lampe qui manque à votre salon !

Office de Tourisme
6 place Saint-Goëry
88000 Epinal
03 29 82 53 32
www.tourisme-epinal.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités