Bienvenue dans un nouveau monde... le notre

Afrique du Sud : le premier aéroport à énergie solaire
Actualités

Afrique du Sud : le premier aéroport à énergie solaire

En apparence, rien ne distingue l’aéroport sud-africain de George (sud) des autres. Niché entre l’océan Indien et la majestueuse chaîne de montagnes de l’Outeniqua, l’établissement est pourtant unique: il est le seul du continent à fonctionner à l’énergie solaire.

Tour de contrôle, escalators, comptoirs d’enregistrement, carrousels à bagages, restaurants, même les distributeurs de billets sont branchés sur la petite centrale solaire installée le long de la piste, au milieu d’un champ de pissenlits.

Avec 2.000 panneaux photovoltaïques, elle produit chaque jour jusqu’à 750 kW d’électricité, qui couvrent largement les 400 kW nécessaires à l’alimentation de l’aéroport.

Le surplus bascule sur le réseau municipal. En septembre, « 274 foyers ont été approvisionnés en électricité verte », annonce fièrement l’aéroport sur un écran dans le hall.

Avec 700.000 passagers par an, l’aéroport régional de George, construit pour l’ancien président Pieter Botha (1984-1989) qui possédait une maison dans la région, est très fréquenté par les touristes et les golfeurs. Il sert aussi de « hub » pour le transport de fleurs, huîtres ou autres poissons.

Il est désormais le premier en Afrique et le second au monde, après celui de Cochin en Inde, à fonctionner à l’énergie solaire.

George fait office de « projet pilote », explique Marclen Stallenberg, directeur de la maintenance de l’aéroport.

Victimes de leur géographie, George et ses 150.000 habitants sont soumis à « la météo la plus imprévisible qui soit », poursuit-il. En une demi-heure, les températures peuvent chuter d’une dizaine de degrés et le ciel bleu céder la place à une bruine épaisse.

« On s’est dit que si la centrale solaire thermique fonctionnait à George, cela pourrait marcher partout en Afrique du Sud », explique M. Stallenberg.

Même les jours de pluie, l’installation produit du courant propre pour alimenter l’aéroport. En cas de besoin cependant, comme la nuit, l’établissement bascule automatiquement sur le réseau électrique traditionnel.

Le bilan écologique de l’initiative est encourageant. Depuis le lancement de la centrale solaire en septembre 2015, l’aéroport a réduit ses rejets en dioxyde de carbone de 1.229 tonnes, soit l’équivalent de 103.934 litres de fuel.

Sa facture d’électricité en a aussi profité. Elle a baissé de 40% en un an, se félicite la directrice de l’aéroport, Brenda Voster.

Les commerçants de l’aéroport, eux, ne voient pas encore la différence sur leur facture. Il leur faudra attendre entre 5 et 10 ans avant que soit amorti l’investissement initial de 16 millions de rands (1 million d’euros), reconnaît Brenda Voster.

En revanche, « les coupures d’électricité, c’est du passé », se réjouit-elle, dans un pays où les problèmes récurrents de courant minent la première économie industrialisée du continent.

Depuis le passage au solaire, « on n’a pas remplacé d’ordinateurs », qui souffraient avant énormément des variations d’électricité, constate avec soulagement Robyn Spence, employée d’une société de location de voitures.

Dans un restaurant, la responsable de cuisine, Lelona Madlingozi, se plaint cependant d’avoir subi deux coupures de trois heures en un mois. « On ne pouvait rien vendre », lâche-t-elle. En cas de coups durs, les panneaux solaires alimentent en priorité les services essentiels, se justifie l’aéroport.

L’introduction du solaire s’inscrit dans la politique de la Compagnie des aéroports sud-africains (Acsa), gestionnaire de neuf aéroports, qui vise à « réduire son impact environnemental » et sa dépendance vis-à-vis du réseau national, explique son président Skhumbuzo Macozoma.

Tributaire à plus de 90% du charbon pour sa production d’électricité, l’Afrique du Sud cherche à diversifier son approvisionnement énergétique pour éviter les coupures.

A ce jour, les énergies alternatives représentent moins de 1% de la production d’électricité en Afrique du Sud, pays qui bénéficie pourtant d’un ensoleillement exceptionnel (8,5 heures par jour).

Après le succès de George, l’aéroport de Kimberley (centre), la capitale du diamant, et celui d’Upington (est) se sont aussi récemment mis au vert.

Et quid du solaire dans les aéroports internationaux comme Johannesburg ? Tout dépendra des résultats des expériences régionales et du coût, répond Acsa, sans avancer de calendrier.

« L’empreinte carbone des avions est désastreuse. Si on peut compenser » en faisant fonctionner les aéroports au solaire, « c’est une bonne nouvelle », se réjouit un passager à George, Brent Petersen, 33 ans.

L’aéroport envisage désormais de se doter de batteries capables de conserver l’énergie générée en journée, et d’augmenter la capacité de production de sa centrale de 250 kW. L’objectif est double: alimenter l’aéroport de jour comme de nuit et revendre une partie de la production à la municipalité.

 

Source : AFP
Crédit : AFP GIANLUIGI GUERCIA

Afrique du Sud : le premier aéroport à énergie solaire Actualités

Afrique du Sud : le premier aéroport à énergie solaire

En apparence, rien ne distingue l’aéroport sud-africain de George (sud) des autres. Niché entre l’océan Indien et la majestueuse chaîne de montagnes de l’Outeniqua, l’établissement est pourtant unique: il est le seul du continent à fonctionner à l’énergie solaire.

Tour de contrôle, escalators, comptoirs d’enregistrement, carrousels à bagages, restaurants, même les distributeurs de billets sont branchés sur la petite centrale solaire installée le long de la piste, au milieu d’un champ de pissenlits.

Avec 2.000 panneaux photovoltaïques, elle produit chaque jour jusqu’à 750 kW d’électricité, qui couvrent largement les 400 kW nécessaires à l’alimentation de l’aéroport.

Le surplus bascule sur le réseau municipal. En septembre, « 274 foyers ont été approvisionnés en électricité verte », annonce fièrement l’aéroport sur un écran dans le hall.

Avec 700.000 passagers par an, l’aéroport régional de George, construit pour l’ancien président Pieter Botha (1984-1989) qui possédait une maison dans la région, est très fréquenté par les touristes et les golfeurs. Il sert aussi de « hub » pour le transport de fleurs, huîtres ou autres poissons.

Il est désormais le premier en Afrique et le second au monde, après celui de Cochin en Inde, à fonctionner à l’énergie solaire.

George fait office de « projet pilote », explique Marclen Stallenberg, directeur de la maintenance de l’aéroport.

Victimes de leur géographie, George et ses 150.000 habitants sont soumis à « la météo la plus imprévisible qui soit », poursuit-il. En une demi-heure, les températures peuvent chuter d’une dizaine de degrés et le ciel bleu céder la place à une bruine épaisse.

« On s’est dit que si la centrale solaire thermique fonctionnait à George, cela pourrait marcher partout en Afrique du Sud », explique M. Stallenberg.

Même les jours de pluie, l’installation produit du courant propre pour alimenter l’aéroport. En cas de besoin cependant, comme la nuit, l’établissement bascule automatiquement sur le réseau électrique traditionnel.

Le bilan écologique de l’initiative est encourageant. Depuis le lancement de la centrale solaire en septembre 2015, l’aéroport a réduit ses rejets en dioxyde de carbone de 1.229 tonnes, soit l’équivalent de 103.934 litres de fuel.

Sa facture d’électricité en a aussi profité. Elle a baissé de 40% en un an, se félicite la directrice de l’aéroport, Brenda Voster.

Les commerçants de l’aéroport, eux, ne voient pas encore la différence sur leur facture. Il leur faudra attendre entre 5 et 10 ans avant que soit amorti l’investissement initial de 16 millions de rands (1 million d’euros), reconnaît Brenda Voster.

En revanche, « les coupures d’électricité, c’est du passé », se réjouit-elle, dans un pays où les problèmes récurrents de courant minent la première économie industrialisée du continent.

Depuis le passage au solaire, « on n’a pas remplacé d’ordinateurs », qui souffraient avant énormément des variations d’électricité, constate avec soulagement Robyn Spence, employée d’une société de location de voitures.

Dans un restaurant, la responsable de cuisine, Lelona Madlingozi, se plaint cependant d’avoir subi deux coupures de trois heures en un mois. « On ne pouvait rien vendre », lâche-t-elle. En cas de coups durs, les panneaux solaires alimentent en priorité les services essentiels, se justifie l’aéroport.

L’introduction du solaire s’inscrit dans la politique de la Compagnie des aéroports sud-africains (Acsa), gestionnaire de neuf aéroports, qui vise à « réduire son impact environnemental » et sa dépendance vis-à-vis du réseau national, explique son président Skhumbuzo Macozoma.

Tributaire à plus de 90% du charbon pour sa production d’électricité, l’Afrique du Sud cherche à diversifier son approvisionnement énergétique pour éviter les coupures.

A ce jour, les énergies alternatives représentent moins de 1% de la production d’électricité en Afrique du Sud, pays qui bénéficie pourtant d’un ensoleillement exceptionnel (8,5 heures par jour).

Après le succès de George, l’aéroport de Kimberley (centre), la capitale du diamant, et celui d’Upington (est) se sont aussi récemment mis au vert.

Et quid du solaire dans les aéroports internationaux comme Johannesburg ? Tout dépendra des résultats des expériences régionales et du coût, répond Acsa, sans avancer de calendrier.

« L’empreinte carbone des avions est désastreuse. Si on peut compenser » en faisant fonctionner les aéroports au solaire, « c’est une bonne nouvelle », se réjouit un passager à George, Brent Petersen, 33 ans.

L’aéroport envisage désormais de se doter de batteries capables de conserver l’énergie générée en journée, et d’augmenter la capacité de production de sa centrale de 250 kW. L’objectif est double: alimenter l’aéroport de jour comme de nuit et revendre une partie de la production à la municipalité.

 

Source : AFP
Crédit : AFP GIANLUIGI GUERCIA

LE GUIDE Naturellement

Agenda . . .

01 - Ain

Du 30  août au 13 septembre

CONCERTS
"LES MUSICALES DU PARC DES OISEAUX"

Des artistes engagés en faveur de la protection de l’environnement et des musiciens de légende viendront fêter les 50 ans du Parc des Oiseaux.
Paul Personne - Zazie - Paolo Comte - Daniel Guichard - Vitaa & Slimane - The Dire Straits Expérience - Ibrahim Maalouf - Maxime Le Forestier - Yannick Noah - Louis Bertignac - Gauvin Sers - La Rue Ketanou.

Parc des Oiseaux
01330 Villars Les Dombes
04 74 98 05 54
www.parcdesoiseaux.com


13 - Bouches du Rhône

Du 11 au 19 juin

BALADES EN MER
CONGRÈS MONDIAL DE LA NATURE DE L’UICN

Lors de ce rendez vous, des balades en mer à bord de l'Hélios, la seule vedette à passagers hybride de la compagnie Marseillaise ICARD MARITME, seront organisées par : Le parc National de la Côte Bleue : 10 juin - Le conservatoire du littoral : 11 & 16 juin - Le parc National des Calanques : 15 & 20 juin.

1 quai Marcel Pagnol
13007 Marseille
04 91 330 329
www.iucncongress2020


25 - Doubs

Du 15 février au 3 mai 2020

EXPOSITION
"GEORGES FESSY ET LA PHOTOGRAPHIE"

Exposition en coproduction avec le Familistère de Guise. Georges Fessy et la photographie est une rétrospective présentée à travers plus d’une centaine de photographies qui traduit la diversité d’une vie de photographe : paysages, portraits, natures mortes, objets d’art, vues d’architectures.

Saline royale
Grande Rue
25610 Arc et Senans
www.salineroyale.com


34 - Hérault

Du 4 avril au 23 août

EXPOSITION
"ÉRIC BOURRET. TERRES"

Les photographies d’Eric Bourret font un écho troublant aux collections géologiques et archéologiques du Musée de Lodève : elles rappellent à la fois les strates successives laissées par le temps et l’éphémère temporalité de l’homme.

Musée de Lodève
Square George Auric
34700 Lodève
04 67 88 86 10
www.museedelodeve.fr


50 - Manche

Du 8 février au 24 mai

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES
"LA HAGUE : A L’EPREUVE DU TEMPS"

De vallées encaissées en roches mystérieuses, du littoral déchiqueté aux champs quadrillés de murets, le regard d’Antoine Soubigou s’est posé sur une Hague intemporelle et tourmentée.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
"VIE SAUVAGE EN COTENTIN"

Une exposition pour les curieux de nature mais aussi pour les amateurs de belles images... L’association "Regards" basée à Cormelles-le-Royal dans le Calvados rassemble des photographes naturalistes, passionnés d’image et de nature.

Manoir du Tourp
Omonville-la-Rogue
50440 La Hague  
02 33 01 85 89
www.letourp.com


59 - Nord

Jusqu’au 26 avril

EXPOSITION
"VIRAL, DU MICROBE AU FOU RIRE, TOUT S’ATTRAPE !"

Quel est le point commun entre une bactérie, une émotion, une rumeur, une vidéo et un bâillement ? La contagion bien sûr ! Plus qu’une exposition, Viral est une expérience pédagogique, amusante et contagieuse !
Pour tout public à partir de 7 ans.

Forum départemental des Sciences
1 place de l’Hôtel de ville
59650 Villeneuve d’Ascq
03 59 73 96 00
www.forumdepartementaldessciences.fr


62 - Pas-de-Calais

Avril

ATELIERS
J DUBOIS HORTICULTEUR

♦Atelier "le compost" : réalisez votre compost simplement. Le 20 avril de 18h à 20h.
♦Atelier "réaliser un abri à insectes" : on lève le voile sur les insectes qui peuplent nos jardins. Le 22 avril de 14h30 à 16h45.
♦Printemps des possibles - Festival nature, environnement et ESS : nature, local, partage, coopératif. Les 25 et 26 avril.

J Dubois Horticulteur
244 rue de l’Université
62400 Béthune
03 21 57 59 01
www.j-dubois.fr


Du 12 au 24 avril

ANIMATION
"VIENS FABRIQUER TA COURONNE DE ROI OU REINE"

Dans le cadre de la visite, les enfants pourront fabriquer leur propre couronne avant de se costumer et de se mettre dans la peau d’un Roi ou d’une Reine de 1520 !

La Tour de l’Horloge
Rue du Château
62340 Guînes
03 21 19 59 00
www.tour-horloge-guines.com


71 - Saône et Loire

► Du 4 avril au 1er novembre

EXPOSITION
"BÊTISE ET BALIVERNES, IDÉES REÇUES SUR LA NATURE"

« les chauves-souris s'accrochent dans les cheveux » ; « les grenouilles sont vertes et les crapauds marron » ; « les moustiques préfèrent les peaux sucrées… », autant d’idées reçues et de fausses informations qui ont souvent la vie dure ! Une scénographie originale et les illustrations humoristiques de Roland Garrigue raviront aussi bien les petits que les grands !

Centre EDEN
26 rue de l’Eglise
71290 Cuisery
03 85 27 08 00
www.centre-eden71.fr


76 - Seine maritime

Les 25 et 26 avril

SALON INTERNATIONAL DE LA LAINE

Accueillant plus de 40 exposants internationaux, ce salon est une première en Normandie. Fils, patrons, kits, échanges, de quoi mettre en valeur le travail artisanal, explorer les savoir-faire.

Château de Miromesnil
76550 Tourville-sur-Arques
02 35 85 02 80
www.chateaumiromesnil.com

Lieux:

Découvrir toutes les activités